Bandeau

Stage commun au scolaire et périscolaire : le jardin pédagogique

mis à jour le 30/10/14

Des enseignants du primaire et des  animateurs de la Ville de Paris ont participé ensemble à un stage de formation sur l’Education au développement durable (EDD) : « La communauté éducative et le jardin pédagogique ».
Cette formation a été construite en partenariat avec le groupe EDD Education nationale 1er degré, la DEVE et la DASCO.
Dès cette phase de préparation, les formateurs ont travaillé en complémentarité.

 

Point de départ et objectifs

L’idée était de créer des synergies entre des acteurs présents sur un même lieu mais travaillant sur des projets distincts ou sur des actions similaires mais non concertées.
L’objectif général du stage est de créer et gérer, en commun et en complémentarité, un jardin partagé tout au long de l'année dans une démarche de développement durable.

Une complémentarité nécessaire

Les formateurs de la Maison du jardinage de la Ville de Paris et du Centre de ressources d’éducation à l’environnement (CREE) ont apporté les bases théoriques et pratiques du jardinage en milieu urbain.

Les binômes enseignant-animateur ont ensuite organisé et planifié sur les temps à la fois scolaire et périscolaire leurs projets respectifs d’éco-jardinage.

photo Claire Dauvilliers, CPC
L'apport de l'Education nationale a permis d’aborder les aspects environnementaux, économiques, sociaux et culturels de l’EDD. Des outils utiles à l’élaboration des projets sont ainsi venus compléter la formation : ressources, exemples de projets interdisciplinaires réalisés, notion (incontournable) de partenariat.

Echanges fructueux au service d'un projet commun

La formation a commencé par un atelier d’échange portant sur l’intérêt de jardiner en commun. Les participants ont exprimé leurs attentes individuelles et pris conscience des contraintes respectives pour mieux travailler ensemble.
Semis, binage, boutures, rempotage, jardins d’artistes, de pleine terre, hors sol, horizontaux, verticaux, jardins extraordinaires réalisés à partir d’objets de récupération, jardins biologiques : compost, paillage, engrais verts, préparation du sol… les bottes étaient de rigueur !
En partant d’un diaporama de l’état actuel des sites, enrichis de la réflexion partagée au cours du stage, chacun des binômes a élaboré son projet pédagogique et construit en commun le calendrier des activités au jardin.

Un bilan en forme de plébiscite

Le dernier jour, si certes la question du temps commun à trouver demeurait une difficulté systématiquement évoquée (concertation pour le montage des projets, le partage des tâches et l’organisation du suivi), les avantages de cette complémentarité nouvellement construite étaient les plus fréquemment cités par les animateurs comme par les enseignants : «plus de sens pour les élèves du fait de la cohésion et de la cohérence entre tous les acteurs, complémentarité des compétences et des idées, possibilité de couvrir tous les besoins ludique, artistique et scientifique  de l’enfant et de l’élève, renforcement du lien scolaire/périscolaire, plus de temps consacré au projet… ».

Stagiaires et formateurs se sont félicités de cette expérience innovante et partagée, de cette complicité nouvelle et porteuse d’avenir.