Bandeau

Conférence

mis à jour le 16/11/14

dix.18

 

« Aspects de la guerre dans Le Feu d’Henri Barbusse »

par Gérard Gengembre

Professeur à la New York University de Paris.
Professeur émérite à l’Université de Caen. Docteur en Littérature Française. Ancien agrégé répétiteur à l’École Normale Supérieure.

 

CONFERENCE GRATUITE ET OUVERTE A TOUS : 
Professeurs, étudiants, élèves des classes préparatoires.

 

Il s'agira d'abord de resituer ce texte dans le genre du roman ou du récit de guerre, en le comparant à des œuvres qui lui sont contemporaines, comme Gaspard de René Benjamin (1915) ou L’Appel du sold'Adrien Bertrand (1916), puis d'interroger son statut littéraire : témoignage ? document ? fiction ? Il faut étudier les procédures de littérarisation, se demander quel rapport elles entretiennent avec le naturalisme ou la littérature populiste, mettre en évidence l'organisation sous forme de chronique, la tentation épique, etc. Il convient également d'évaluer la portée du texte : Le Feu fut aussi lu comme un écrit engagé, délivrant un message pacifiste, ou bien attaché à l'esprit de l'Union sacrée. Se pose donc la question de son orientation idéologique et de ses ambiguïtés. Faut-il lire ou non Le Feu à la lumière des ouvrages postérieurs de Barbusse? On sait que, en 1917, dans une préface à une édition spéciale du Feu, Henri Barbusse déclarera : « Je vous aiderai à garder en vous l’enfer que vous avez hanté (...) Je vous empêcherai d’oublier de quel rayon de beauté morale et de parfait holocauste s’éclaira là-bas, en vous,  la monstrueuse et dégoûtante horreur de la guerre ».

Gérard Gengembre.