Bandeau

Mention à l'École Élémentaire 188 Alésia

logo petits artistes Mention « autre regard » attribuée à cette école pour le concours "Les petits Artistes de la Mémoire" lors d'une cérémonie de remise des prix à l'Élysée le 11 novembre 2014.

Remise du prix avec le président de la républiqueDepuis plusieurs années, l’école élémentaire 188 Alésia s’est engagé dans des actions de commémoration et de mémoire.

En s’inscrivant au concours :
« Les Petits Artistes de la Mémoire », l’école participe au dispositif national du Centenaire de la Grande Guerre .

Descriptif

Sous l'impulsion de Monsieur Gauthier Lechevalier directeur de l'école, la classe de CM1/CM2 et ses enseignants,  Mmes Lakhdar, Jaffré et Turquand d’Auzay, s'engagent dans la démarche qui constitue à la réalisation collective d’une œuvre mémorielle.
Le choix a été fait  d’imaginer le journal d’une parisienne, femme de poilu et de s’intéresser au quotidien de ses proches sur le front mais aussi à la vie des civils à Paris pendant la guerre.

Prix "Autre Regard"
Huit thématiques ont été choisies qui constitueront  les pages du carnet de Marie, notre parisiennne :

  • la mobilisation en août 1914
  • les premiers combats de l’automne 14,
  • les tranchées,
  • le Chemin des Dames,
  • la vie à Paris,
  • les femmes pendant la guerre,
  • l’armistice
  • l’après-guerre.

Les enseignants constituent des dossiers rassemblant des documents d’époque.Des sorties dans les musées et sur les sites sont organisées. En croisant toutes ces données, les élèves donnent vie à Marie.
Dans son carnet, cette habitante du 14ème arrondissement de Paris, dans le quartier de notre école, rassemble des courriers échangés avec ses hommes, découvre l’horreur du conflit et fait le récit de Paris au temps de la guerre.

Un travail interdisciplinaire

Pilotés par Mme Turquand D’Auzay, professeur de la Ville de Paris en arts visuels et Mme Jaffré et Mme Lakhdar, professeurs des écoles, les élèves du CM1/CM2 grâce à un travail interdisciplinaire (histoire, arts visuels, production d’écrit) réalisent, en équipe, un carnet, récit des temps de guerre.

Présentation du carnet

Ce carnet imaginaire est rédigé par Marie. Elle est née en 1883 et vit à Paris avec sa famille dans le 14ème arrondissement de Paris. Elle est mariée à Albert. Au début de la guerre, elle a 30 ans et a deux enfants : Augustin, 10 ans, et Jeanne, 8 ans.

Son mari artilleur est mobilisé. Il rejoint le 62ème régiment d’artillerie à Epinal. Il participe aux batailles du Chemin des Dames en 1917.
Marie parle aussi de son frère Paul, aviateur qui appartient à l’escadre de combat n°12 de la Division Aérienne.

Jean, fantassin au 151ème régiment d’infanterie un cousin de Marie participe également aux premiers combats de l’été 14 en région parisienne.

Le carnet de Marie commence par la mobilisation d’août 14. Il s’achève à la fin de l’année 19 avec le retour à la vie civile de son mari et de son frère traumatisés par la guerre

À voir