Bandeau

Traducteur automatique ou dictionnaire : comment utiliser les outils de traduction en classe de seconde

mis à jour le 28/01/15

Nous voyons nos élèves utiliser des traducteurs automatiques avec des résultats parfois peu satisfaisants. Cette séquence vise à leur enseigner une meilleure utilisation de ces outils.

Objectifs

  • Partir d'une pratique existante et massive chez les élèves (à vérifier en début de séquence) de l'usage du traducteur automatique en ligne pour leur travail personnel en langues vivantes
  • Démythifier et expliquer le fonctionnement de ces outils
  • Montrer qu'ils ne sont pas fiables si utilisés seuls et sans vérification minutieuse : parfois l'usage de sa mémoire, de son cours et éventuellement d'un dictionnaire, papier ou en ligne, est plus rapide et efficace et dans tous les cas, l'exercice n'est utile pour les élèves que s'ils cherchent effectivement à construire les phrases par eux-mêmes.

Présentation de la séquence

La séquence est composée de deux séances élaborées avec un professeur d'espagnol à l'intention de sa classe de seconde.

Le point de départ est un travail sur l'expression écrite, exercice qui amène les élèves à chercher une traduction de leurs idées du français vers l'espagnol. Nous proposons aux élèves de décrire un tableau ou d'une image en lien avec le thème étudié en cours en trois phrases maximum.

L'idée est de confronter la traduction obtenue avec le traducteur automatique à celle élaborée à l'aide d'un dictionnaire afin de faire réfléchir les élèves sur les différences : le traducteur automatique a-t-il fait des contresens, évitables grâce à la réflexion ? Le traducteur "humain" a-t-il mal choisi ses mots dans le dictionnaire ?

Les apports de la séquence sont de plusieurs types :

  • identifier les différents outils (dictionnaires et traducteurs automatiques) et leur fonctionnement (choix du mot par l'usager dans le dictionnaire, proposition de mots selon des corpus et des statistiques pour des outils de type Google traduction)
  • prendre conscience des écarts avec le texte initial dans le cas d'utilisation d'un traducteur automatique (en faisant traduire par le traducteur le résultat obtenu à partir d'un texte initial)
  • prendre conscience que le traducteur automatique est plus facile à utiliser en partant de la langue étrangère vers la langue maternelle car les non-sens, les contresens et les mal-dits sont plus repérables et plus faciles à corriger.
  • pointer deux risques : faire trop confiance au traducteur et risquer de proposer une traduction erronée ; ne pas progresser dans la maîtrise de la langue en ne faisant pas l'effort intellectuel nécessaire à la traduction.

Déroulement de la séquence

Première séance :

  • Présentation de la séquence et de ses objectifs.
  • Demander aux élèves quelle méthode ils utilisent habituellement pour écrire un court texte en espagnol
  • A partir de leurs réponses, les classer en binômes selon les usages qui ressortent (en général, trois : google traduction, reverso et dictionnaire papier avec le cours en appui)
  • Présentation du document iconographique et travail de rédaction en temps limité en groupe de deux, en utilisant l'outil de prédilection du binôme (10 minutes maximum)
  • Comparaison des méthodes du point de vue des apprentissages : un élève est choisi comme rapporteur de chaque méthode (trois rapporteurs) : chacun présente la méthode utilisée aux autres et ce qu'il a retenu de l'exercice
  • Les autres élèves sont invités à commenter et à compléter la présentation de leurs camarades.

Deuxième séance :

  • comparaison des textes obtenus (comparaison de l'efficacité linguistique) : chaque groupe présente son résultat
  • reprise des résultats et caractérisation des erreurs
  • point sur le fonctionnement des traducteurs automatiques et des dictionnaires
  • A partir de la traduction du texte espagnol obtenu grâce au traducteur automatique, montrer les limites de cet outil utilisé sans prise de distance
  • Souligner les intérêts et les risques de chaque méthode
  • Elaboration en commun d'une fiche méthode

Auteur

Emilie Benoît, professeur-documentaliste au lycée Jacques-Decour (75009), année 2013-2014

Ateliers GIPTIC
  • Tout savoir sur l'identité numérique la protection des données et la cyber violence - 2e session
  • Tout savoir sur l'identité numérique la protection des données et la cyber violence - 3e session
À voir