Bandeau

Table ronde avec I. Maalouf - 10 janvier 2015

Cinq pièces, émanant de cinq musiciens de générations différentes, ont été choisies dans le cadre de l'option facultative du baccalauréat pour asseoir la réflexion et l’analyse relative à la question plus large des métissages. Elles convoquent des formes souvent simples mais où le discours mélodique, le travail du phrasé ou de l’ornementation exigent un temps important pour se développer.

1. Ibrahim Maalouf (1980), "They don't care about us", in album Diagnostic

2. Rabih Abou-Khalil (1957), "Mourir pour ton décolleté", in album Songs for Sad Women

3. Avishai Cohen (1971), "Aurora", in album Aurora

4. Jasser Haj Youssef (1980), "Friggya", in album Sira

5. Marcel Khalifé (1950), "Caress", in album Caress

Les quatre problématiques du programme de terminale (l'œuvre et son organisation, l'œuvre et ses pratiques, l'œuvre et l'histoire, l'œuvre, la musique et les autres arts) pourront aisément être mobilisées par les professeurs pour réfléchir ces musiques, mesurer leur originalité et développer des pratiques musicales originales.

L’intervention d’Ibrahim Maalouf s’inscrit dans la question du programme limitatif du baccalauréat « Le Jazz et l’orient » qui interroge le dialogue des cultures. Sous la forme d’un témoignage artistique, elle vient participer à l’élaboration de ressources documentaires et pédagogiques plus larges pour les professeurs.

Cette intervention est découpée ici en 14 extraits vidéo, chaque extrait abordant une problématique particulière sur le sujet du baccalauréat.

  • Introduction de la table ronde

  • Le jazz et l'orient

  • L'héritage d'Ibrahim Maalouf

  • Liberté et contraintes dans la musique

  • Pédagogie et improvisation

  • They don't care about us

  • Commentaires sur les artistes au programme du baccalauréat

  • Explications sur la trompette

  • Le public d'I. Maalouf

  • La microtonalité : quart de ton ou pas ?

  • Considérations sur la musique vocale

  • Le rock chez Maalouf

  • L'intelligence émotionnelle

  • Considérations sur les attentats des 7 et 9 janvier 2015