▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Paris-Pékin, 2015, un renouvellement qui tient sa promesse

mis à jour le 06/05/15

François Weil, recteur de l’académie, chancelier des Universités de Paris, s'est déplacé, jeudi 30 avril 2015, pour signer à Pékin avec Xian Lianping, directeur général de la Commission éducative de Beijing, le renouvellement de la convention de partenariat Paris-Pékin datant de 2012

Jeudi 30 avril 2015, François Weil, recteur de l’académie, chancelier des Universités de Paris, s'est déplacé pour signer  à Beijin/Pékin avec Xian Lianping, directeur général de la Commission éducative de Beijing, le renouvellement de la convention de partenariat Paris-Pékin datant de 2012 en présence de chefs d’établissements pékinois et parisiens.

 

Signature renouvellement Convention Paris-Pékin 2015

 

Le travail autour de la promotion de la langue chinoise à Paris a porté ses fruits :  ce sont 5 000 élèves parisiens qui étudient le chinois dans les collèges et lycées de la capitale et 7 Sections internationales bilingues (réparties sur trois écoles élémentaires, deux collèges et deux lycées) ouvertes pour répondre aux besoins d'ouverture vers la langue, la culture et le monde.

Apprendre le chinois à Paris

 La signature de renouvellement de cette convention permet de créer de nouveaux appariements entre les établissements de Paris et ceux  de Pékin :

- le lycée Carnot et le lycée Jacques Decour, qui ont signé avec deux lycées importants de la capitale chinoise, le lycée n°21 de Beijing tout d’abord, et le lycée rattaché à l’université BISU (Beijing International Studies University)

- l’Ecole Estienne, qui fait référence dans le monde des arts du livre et de la reliure, signe un partenariat avec un établissement chinois. Cela permettra de donner une nouvelle dimension à nos échanges dans un domaine culturel qui est également cher à nos deux pays

 - Deux nouveaux accords associent également le collège Antoine Coysevox et l'école élémentaire Levassor avec leurs partenaires pékinois, pour faire qu’au plus tôt dans leur scolarité les élèves aient accès à une langue et une culture étrangère

 

La réciprocité  va être mise en place à Pékin : on assiste à l’ouverture de sections de langue française dans certains établissements de Beijing/Pékin au niveau des lycées et collèges.