Bandeau

Lieux de mémoires et écriture de la mémoire

Une action interdisciplinaire (lettres, arts, éducation civique, histoire) menée en 2006-2007 au lycée professionnel Edmond Rostand, avec des productions d'élèves variées, de nombreux intervenants, et selon des objectifs autour de l'écriture, l'image, la culture, la lecture, l'éducation à la citoyenneté, la recherche documentaire, le numérique, etc.
Visionnez notamment les films réalisés par les élèves, primés au Festival du réel.

Présentation

Partenaire culturel CNAM

 Ce projet a eu pour finalités de s'interroger sur le le passé et le patrimoine -les lieux de mémoire en particulier (comme traces du passé)- pour mieux s'insérer dans la société et pour mieux se connaître. Cette finalité a traversé les cours de français mais aussi ceux d'histoire géographie. Ce projet a été le fil rouge de l'année pour la classe.

Pourquoi ce projet ?

S'interroger sur les lieux de mémoire, ce peut être d'une part, interroger une société sur ce qu'elle fait de son passé, comment elle constitue son patrimoine et pourquoi. Ces questions contribuent à la formation du citoyen dans la mesure où cela questionne les références et valeurs hitoriques et culturelles partagées par une société. D'autre part s'interroger sur les lieux de mémoire peut aussi se faire à travers les histoires plus personnelles des hommes notamment à travers la diversité des écrits du moi : que dit-on de son passé ? Comment et pourquoi ? Cette approche permet de concourir à la construction de l'identité des élèves.
Par ailleurs, ce projet se situe dans la continuité d'une formation sur l'écriture de la mémoire, dirigée par Sylvie Cedershiold, de l'académie de Paris.

La mise en oeuvre

Ce fil rouge a pris corps dans différentes réalisations : des séquences en français problématisées autour de cette question d'écriture de la mémoire, des visites dans différents musées en lien avec le programme d'histoire-géographie, un voyage pédagogique au camp d'Auschwitz, la réalisation d'un film documentaire et la réalisation de portraits filmés.

Le public

Ce projet a été conduit avec une classe de première bac pro hygiène environnement et, en partie, avec une classe de terminale Bac Pro de la même spécialité. Ces classes sont marquées par la diversité des origines, des cultures, des histoires personnelles. Par conséquent on peut supposer que ces élèves ne partagent pas toujours au sein du groupe classe et avec la société, des modes de vie, des représentations, des valeurs, des références culturelles communes. Ces classes sont aussi souvent marquées par un parcours scolaire difficile. Les matières générales et notamment les cours de français et d'histoire sont dans la plupart des cas des matières qui posent problème, qui les mettent en difficulté. En effet les valeurs et références culturelles véhiculées par l'école ne font pas toujours echo en eux parce qu'elles sont trop abstraites, trop éloignées de leurs représentations et considérées comme inutiles. La fréquentation des musées, de sites historiques en lien avec le programme d'histoire géographie et le programme de français, devaient permettre une meilleure appropriation des enseignements dans la mesure où, à travers les lieux et les collections des musées, le passé, les références historiques ou culturelles enseignées devenaient plus réelles, plus consistantes.

S'interroger sur le passé s'est aussi s'interroger sur son propre passé, son histoire personnelle et celles des autres (qu'ils soient réels ou fictifs.) Les élèves ont réalisé des portraits filmés. Cet atelier les a mis en situation de "créateurs" en soulevant toutes les questions liées à la forme, aux contenus et aux enjeux de ce qui allait être dit et vu. Cette situation d'écriture et de réalisation devait également développer des compétences de lecture ( mieux appréhender la lecture et l'analyse d'oeuvres littéraires ou cinématographiques.) Cette mise en mots et en images d'eux-mêmes est aussi une mise à distance nécessaire à la construction de leur identité.Elle passe aussi par une double confrontation aux autres : assumer son discours, son identité et découvrir l'autre.

Projet

Projet Mémoires : Auschwitz

Le temps en passant, efface-t-il toutes ses traces ? Le passé reste en partie inscrit dans notre mémoire, mémoire personnelle, quand il s'agit de la vie d'un homme, mémoire collective quand il s'agit de la société. (Parfois ces deux mémoires se croisent).

Comment garder des traces du temps qui passe, des évènements qui se succèdent, dans l'histoire de chacun ou dans l'Histoire des sociétés ?

Quels lieux sont destinés à cette conservation du passé ? Que garde-t-on du passé dans les lieux de mémoire  (musées, sites...) ? Pour qui ? Pourquoi en faire ?

A titre individuel,  certains lieux restent gravés dans nos mémoires et retiennent de façon privilégiée les traces du passé. Quels sont ces lieux ? Quelle image en avons-nous ?

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la politique définie par le projet d'établissement qui vise à permettre la réussite personnelle et scolaire des élèves et qui cherche à développer la connaissance d'autres cultures  pour mieux accepter les différences et trouver une place dans la classe, le lycée, la société.

Pour découvrir l'intégralité du projet initial, ouvrez le document joint ci-dessous intitulé "Projet Mémoires".

Objectifs

 

Partenaire culturel IMA

 

Objectifs disciplinaires et transversaux

 

Ecriture

Rédiger des récits.
Rédiger des poèmes.
Organiser un document informatif.
Construire une argumentation.

Lecture

Lire un récit autobiographique.
Lire un roman épistolaire.
Lire un recueil de témoignages et caractériser son organisation.
Lire, selectionner et organiser des informations.

Image

Réaliser un documentaire.
Réaliser un portrait filmé.
Se familiariser avec la démarche et le langage technique de la production d'images animées.
Réaliser des productions en respectant la legislation liée à l'image (et la découvrir.)

Oral

Ecouter l'autre en classe à l'occasion d' échange d'idées et d'exposés.
Présenter, seul face à la classe, un support et justifier son choix.
Prendre la parole lors d'un débat.

Numérique

Construire un document composite (incluant plusieurs types d' éléments-images, textes.)
Rechercher et sélectionner des informations sur Internet, en repérer l'origine.
Découvrir les étapes du montage vidéo et le fonctionnement d'un logiciel de montage.

Culture

Découvrir et caractériser des lieux de mémoire différents (sites, musée, institut, mémorial, archives).
Rendre les musées accessibles aux élèves et développer leur envie d'y pénétrer spontanément.
Se construire des références culturelles et historiques grâce aux collections des différents musées.
Construire une réflexion sur ce que nous faisons du passé et comment nous construisons l'histoire dans nos sociétés occidentales pour faciliter la compréhension et le sens des cours d'histoire . (Confronter cette approche avec des cultures à tradition orales).

Réalisations

Partenaire culturel Orsay Progression annuelle en Lettres 
Présentation des séquences qui ont servi le projet

 

 

 

SEQUENCE 1 : sur les traces du passé, quels enjeux pour la littérature ?

Groupement de textes: Marcel Proust (du côté de chez Swann, Grasset 1913, Gallimard, 1919) ; Georges Perec (Espèces d'espaces, Galilée, 1974) ; Youri Rytkhéou (l'étrangère aux yeux bleus, actes Sud, 2001.) Primo Levy (extrait de « si c'est un homme »
Objectifs : revoir des notions (situation de communication et d'énonciation, genre et type de discours, visée.)

Les deux séquences suivantes ont permis également de préparer le voyage à Auschwitz.

SEQUENCE 2 : Inconnu à cette adresse de Katherine Kressmann-Taylor

Objectif : Lire un roman épistolaire historique engagé contre le nazisme et l'antisémitisme.

SEQUENCE 3 : Ecrire pour témoigner, la seconde guerre mondiale dans la littérature

Objectif : confronter différents types de témoignages (lecture intégrale de « Paroles d'étoiles » Librio. Flammarion, 2002. Groupement de textes.)

Découvrir les productions d'élèves suite à notre retour d'Auschwitz (récits de voyage et poésies mises en image.)
  • Visionner le film documentaire réalisé après le voyage au camp d'Auschwitz, en cliquant sur le lien vers Page Web "Voir le film documentaire" .
  • Lire les productions d'élèves
    • Lire les récits du voyage d'étude à Auschwitz des élèves, en cliquant ci-dessous sur le document correspondant.
    • Lire les récits autobiographiques des élèves, en cliquant ci-dessous sur le document correspondant.

SEQUENCE 4 : récit d'enfance

Objectif : Lire et caractériser un récit autobiographique
La ceinture, d'Ahmed Abodehman. (Lire le prologue sur le site du CRDP /parcours francophones/pistes pédagogiques/séance 2, cliquez sur « extrait 1 : le prologue, dans la première colonne.)

  • Voir quelques productions d'élèves (Récits d'enfance)
    Lire les récits autobiographiques des élèves, dans la partie "en savoir plus"
  • Réalisation de portraits (cinématographiques).
    Visionner le générique et les portraits filmés des élèves, dans la partie "en savoir plus"

SEQUENCE 5 : l'homme et le temps dans la poésie

Objectifs : revoir et consolider des notions d'analyse poétique.
Aborder l'histoire littéraire.

Une année au musée

Découvrez la présentation des parcours dans les différents musées parisiens, du voyage au camp d'Auschwitz, de la fiche guide pour réaliser le compte rendu de ces parcours et d'une production d'élève dans le document ci-dessous intitulé "Projet Mémoires : une année au musée".

Bilan

Partenaire culturel Cité des sciences et de l'industrie

Des adaptations nécessaires

Le projet initial a été en partie modifié et s'est adapté à la situation en début d'année. Le dossier d'atelier artistique n'a eu de réponse que début novembre.
En attendant, certaines visites de musées pouvaient être financées en partie par le lycée et ont été maintenues.
Notre lycée a bien été sélectionné pour le voyage au camp d'Auschwitz.
Au retour des vacances de Toussaints nous apprenons que des fonds (de la DAAC) ont été débloqués, soit 800 euros. Une partie de ces fonds serviront à financer les visites des musées, l'autre servira à rémunérer un intervenant artistique (500 euros). Le projet initial prévoyait un atelier d'écriture et un atelier cinématographique. C'est ce dernier qui sera retenu.

L'atelier photographie et cinéma

INTERVENANT : BENJAMIN SERERO (réalisateur)
Nombre de séances : 3x5heures (qui ont été en réalité été doublées).
Nous n'avions pas envisagé de réaliser un film sur notre voyage au camp d'Auschwitz. Nous avions pris la caméra et je pensais que nous pourrions facilement réaliser un montage de ces images. Benjamin Serero était d'accord pour intervenir dans ce cadre. Finalement ce film a pris plus de temps que ce que j'imaginais. Pratiquement toutes les séances ont été utilisées pour le premier film. Mais Benjamin Serero a voulu mener à son terme notre projet de départ à savoir la réalisation de portraits filmés.

Une année au musée

Les visites se sont déroulées comme prévu. Nous avons bénéficier en fin d'année d'invitations pour l'exposition « changer d'ère » à la cité des sciences.

Les séquences

Les séquences de français et d'histoire géographie se sont déroulées comme prévu et ont atteint les objectifs énoncés.

Le blog

Il n'a pas été fait ni même commencé à être construit. Par manque de temps.

Bilans des objectifs généraux

Développer la tolérance en découvrant d'autres histoires, d'autres cultures. » (cf projet)

Cet objectif a été atteint par le portrait et le récit des histoires de chaque élève. Ils ont appris à mieux se connaître à mieux s'accepter. Notre voyage d'étude à Auschwitz et le travail en français qui le préparait a également permis de comprendre les processus d'exclusion et de haine de l'Autre. Le récit autobiographique la ceinture a conduit à s'interroger sur la place et le poids de la tradition et du groupe dans la vie et également la construction de soi dans la rupture avec ce groupe et cette tradition.

Echanger et travailler avec les autres pour les découvrir (points communs et différences) et ainsi mieux les accepter et mieux s'accepter

Toutes les séances de l'atelier cinématographique ont laissé une large place à l'oral et ont développer des capacités liées à l'oral (écouter, exposer, participer) et ont amené les élèves à construire un discours cohérent et adapté à la situation de communication.

Rendre compte de ses recherches

Grâce aux productions écrites et cinématographiques qui ont suivi le voyage en Pologne (cf le film documentaire) et par le bilan sur nos parcours aux musées (cf une année au musée.) Ces travaux rendent compte d'un contenu et de la forme que ce contenu peut prendre selon la situation, les enjeux.

Rendre les musées accessibles aux élèves et développer leur envie d'y retourner

La qualité des conférencières ou conférenciers a largement contribué à atteindre cet objectif. En effet ils ont su mettre à la porter des élèves leurs connaissances et donner du sens aux visites (aller au musée en cherchant à répondre à une question, en orientant sa visite par un thème). Dès lors les musées sont devenus des lieux vivants dans lesquels les élèves ne se sont pas sentis écrasé par une masse compacte d'informations et un lieu où l'on va chercher et découvrir des réponses. Ils ont découvert également qu'il n'était pas nécessaire de tout voir mais de piocher parmi les collections. Par ailleurs passer à côté d'une œuvre, la voir sans forcément s'y intéresser c'est déjà une façon de la connaître et peut être d'y revenir et, quoiqu'il en soit, de pouvoir la mobiliser à une autre occasion. Au musée du CNAM par exemple, nous avions un parcours défini mais nous sommes passés à travers les salles et avons vu différents objets qui ont été rappelés lors du cours d'histoire. Le simple fait de connaître ces objets, ancre les connaissances dans le concret et les rendent ainsi plus solides. D'autre part les parcours libres ont amené les élèves à chercher et trouver les clefs de lecture des objets ou œuvres (en lisant simplement les encarts, en s'appuyant sur une brochure etc...) les rendant ainsi plus autonomes dans la recherche d'informations.

Références aux programmes

Ce que le projet a permis

« Mettre en œuvre des compétences nouvelles ou réactualisées dans le domaine de la culture générale. »

« Concourir à la formation de la personne et du citoyen : la fréquentation des textes et des œuvres, qu'elles soient littéraires, picturales ou filmiques, est le moyen privilégié de l'appropriation d'une culture commune et de la construction d'une identité personnelle ».

« De réaliser des tâches globales et complexes » (films, compte rendu.)
Préambule du programme BO n°11 du 15 juin 1995.

Connaissances des œuvres et des discours

« œuvres romanesques
un recueil ou un groupement de textes poétiques;
Complétées par des groupements de textes courts, ces œuvres relèvent d'époques ou de courants de pensée variés. Elles permettent l'approche de différents mouvements littéraires ou esthétiques et marquent l'évolution des idées. »

« En liaison avec l'enseignement de l'histoire ou de l'éducation artistique, leur étude peut donner lieu à des recherches documentaires, à des visites d'exposition ou de musées, à l'exploitation d'œuvres cinématographiques, à la constitution de dossiers. »

« En dehors de la classe, le futur bachelier est incité à lire des textes de la littérature française ou étrangère et à compléter ainsi les référents culturels qui contribuent à l'épanouissement de la personne et au développement de l'esprit critique. »

Les séances de cet atelier ont particulièrement développé les capacités liées à l'oral