Accueil du rectorat

12 boulevard d'Indochine 75019 Paris
Tél : 01.44.62.40.40

L'accueil du public est maintenu exclusivement sur rendez-vous (port du masque obligatoire).

L'académie de Paris accueille le Premier ministre coréen

Visite PM Corée Collège Flaubert 218

En prélude à l’ouverture de l’année France-Corée 2015-2016, M. Hwang Kyo Ahn, Premier ministre de la République de Corée et Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se sont rendus le 18 septembre au collège Gustave Flaubert (75013) accompagnés de François Weil, recteur de l’académie, chancelier des universités de Paris, de Claude Michellet, directeur de l’académie, et Fabien Penone, ambassadeur de France en Corée.

Alors que s’est ouverte l'année France-Corée 2015-2016 qui marque les 130 ans de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, M. Hwang Kyo Ahn, Premier ministre de la République de Corée s'est rendu dans un des cinq établissements de la capitale qui a mis en place des ateliers favorisant la connaissance de la culture coréenne par les élèves parisiens.

Au collège Gustave Flaubert, les ministres ont assisté à un cours de langue coréenne, une démonstration de Samulnori (percussions coréennes) et Pansoeri (chant et percussion) avant d’échanger avec l’équipe pédagogique de l'établissement.

La culture sud-coréenne dans les établissements. 

Depuis 2008, l’académie de Paris a ainsi mené de nombreuses actions en établissements permettant l’accès à la culture coréenne. Des séances hebdomadaires conduites par des intervenants-artistes coréens ont été proposées aux élèves grâce à l’aide précieuse de l’ambassade de Corée du Sud en France. Des ateliers aussi riches que variés : exercice d'écriture en art du geste, initiation à la musique à percussion ou encore à la danse masquée, deux arts traditionnels coréens.

 Visite PM Corée Collège Flaubert 159

Visite PM Corée Collège Flaubert 124Démonstration de Samulnori, percussions coréennes.

En avril dernier, l’académie de Paris a d’ailleurs signé une convention inter-académique avec le rectorat de la métropole de Séoul marquant ainsi sa la volonté d’intensifier ses relations avec la Corée du Sud dans des domaines à la fois d’expertise professionnelle, de pratiques pédagogiques, et d’échanges au niveau de l’enseignement professionnel.

Objectif : travailler ensemble les axes suivants :

  • Favoriser les échanges numériques et les mobilités des élèves ;

  • Accroître les mobilités et les actions de formation entre les enseignants et les cadres de chacune des académies ;

  • Simplifier l’accueil de délégations pour des missions d’échanges dans le domaine de l'éducation ;

  • Développer l’enseignement de la langue du partenaire.

Dans cette optique des établissements parisiens ouvriront cette année à titre expérimental l’enseignement du coréen comme langue vivante. Une aubaine pour les élèves de l’académie, car ces derniers auront dorénavant la possibilité de présenter cette option au baccalauréat.

Une maison à la Cité internationale universitaire de Paris

Le partenariat qui lie Paris et de Séoul ne se limite pas à l’enseignement scolaire. En effet, la chancellerie des universités de Paris a mis à disposition un terrain d’implantation d’une surface de 2600 m2 afin que la Corée du Sud puisse avoir sa maison à la CiuP. Une contribution française de près de 7,7 millions d’euros à la réalisation du projet.

Ce jeudi 17 septembre, le Premier ministre coréen s’est donc rendu à la CiuP. Accueilli par François Weil, recteur de l’académie, chancelier des universités de Paris, Marcel Pochard, président de la CIUP et Fabien Penone, ambassadeur de France en Corée du Sud, il a découvert le terrain où s’élèvera la Maison de son pays d'ici 2017.

Visite PM Corée CiuP 104Maquette de la future maison de la Corée à la Ciup.

À travers la construction de cet édifice, la République de Corée et la France affirment leur volonté commune de favoriser la coopération universitaire et culturelle entre les deux pays en développant l’accueil d’étudiants, de chercheurs et d’artistes coréens à Paris.