Bandeau

Une modalité d'évaluation certificative adaptée aux spécificités de la voie professionnelle

mis à jour le 17/11/15

Lorsqu'ils sont préparés dans le cadre d'une formation, les diplômes professionnels comportent deux modalités d'évaluation certificative : le contrôle terminal par épreuves ponctuelles et le Contrôle en Cours de Formation (CCF).

Depuis 1990, des textes à caractère pédagogique et organisationnel ont accompagné l'extension progressive du CCF à tous les diplômes professionnels du second degré.

Définition et caractéristiques

Définition

Le CCF est une modalité d'évaluation certificative, c'est à dire une évaluation réalisée en vue de la délivrance d'un diplôme. Le CCF porte sur les compétences, les connaissances et les attitudes dites "terminales" qui sont définies dans l'arrêté de création de chaque diplôme professionnel et qui sont regroupées au sein d'unités.

L'évaluation par CCF est réalisée par sondage sur les lieux où se déroule la formation (établissement et milieu professionnel), par les formateurs eux-mêmes (enseignants et/ou tuteurs ou maîtres d'apprentissage), au moment où les candidats ont atteint le niveau requis ou ont bénéficié des apprentissages nécessaires et suffisants pour aborder une évaluation sommative et certificative.

Le CCF s'intègre naturellement dans le processus de la formation. Le formateur évalue, quand c'est possible et sans interrompre ce processus, ceux qui sont réputés avoir atteint les compétences et connaissances visées par la situation d'évaluation.

L'explicitation des termes de cette définition

- Evaluation certificative : elle concerne la délivrance du diplôme. Elle consiste donc à mesurer le niveau atteint par le candidat par rapport au niveau requis pour se voir délivrer une unité d'un diplôme professionnel. Il ne s'agit pas de mesurer les progrès réalisés par le candidat (évaluation formative) mais de vérifier, par sondage, s'il possède les compétences et les connaissances constitutives de l'unité. Le règlement d'examen de chaque spécialité professionnelle du diplôme précise le nombre, la nature et les modalités de passation des évaluations nécessaires à la délivrance du diplôme.

- En cours de formation : le CCF n'est possible que dans le cadre d'une formation. Les situations d'évaluation se déroulent le plus souvent dans la deuxième moitié de la formation mais peuvent, dans certains cas, se dérouler très rapidement après l'entrée en formation. C'est en particulier le cas des candidats relevant de la formation continue : lorsqu'ils ont bénéficié d'un positionnement à leur entrée en formation et que celui-ci fait apparaître un niveau de maîtrise suffisant pour l'obtention d'une unité, les formateurs peuvent proposer immédiatement des situations d'évaluation. Cette possibilité favorise la mise en œuvre de parcours individualisés de formation.

- Compétences terminales : ce sont les compétences qu'il faut posséder pour obtenir un diplôme : elles sont décrites dans l'arrêté de création de ce diplôme. Le CCF n'a pas pour but d'évaluer des compétences intermédiaires, mais bien celles qui sont visées au stade final de la formation ; néanmoins, certaines d'entre elles peuvent être atteintes avant la fin de la formation.

- Par sondage : de même que les épreuves ponctuelles terminales, le CCF ne cherche pas à évaluer de manière exhaustive toutes les compétences d'une unité, mais un ensemble pertinent de compétences caractéristiques de cette unité. La sélection des compétences évaluées est laissée à l'initiative des équipes pédagogiques, dans le cadre du règlement de l'examen.

- Par les formateurs : le CCF repose sur la responsabilité de l'équipe des formateurs, dont l'une des missions est de procéder à l'évaluation. Leurs propositions sont transmises au jury, qui procède aux ajustements nécessaires. A la différence de l'organisation des épreuves ponctuelles, la mise en œuvre du CCF ne donne pas lieu à convocation des enseignants, l'évaluation se déroulant sur le temps consacré à la formation.

Situation d'évaluation :
une situation est dite " d'évaluation " lorsqu'elle permet, à l'occasion de la réalisation d'une activité dans un contexte donné, de vérifier, par sondage, qu'un candidat possède les compétences et les savoirs constitutifs d'une unité du diplôme. La délivrance d'une unité s'appuie sur une ou plusieurs situations d'évaluation.
La nature des situations d'évaluation (type d'activités, modalités de déroulement) est définie par le règlement d'examen de chaque spécialité de diplôme. Leur durée, en général précisée, doit être limitée et cohérente par rapport à la durée de l'épreuve ponctuelle La période à laquelle ces situations doivent être mises en place est, dans certains cas, précisée par le règlement d'examen.

Positionnement réglementaire : procédure permettant à des candidats de la formation initiale ou continue de bénéficier, par décision du recteur, en fonction de leurs études, de leur expérience professionnelle ou des diplômes détenus, d'une réduction de la durée réglementaire de formation (heures d'enseignement et période en entreprise). Le positionnement a pour objet de fixer la durée de formation qui sera requise lors de l'inscription à l'examen. Il peut être ou non conjugué avec les dispenses d'épreuves. Cette procédure concerne principalement le baccalauréat professionnel et le BP, dont les règlements généraux, définis par décret, prévoient les durées horaires de formation nécessaires pour que les candidats puissent se présenter à l'examen. Pour le CAP, dont aucun texte n'a fixé la durée de formation nécessaire pour se présenter à l'examen, le positionnement est cependant possible pour déterminer la durée de la formation en entreprise qui, elle, est fixée par arrêté.

- Positionnement pédagogique : effectué en début de formation il vise à identifier les acquis du candidat (compétences, savoirs et savoir-faire) pour construire un parcours personnalisé de formation. Dans la formation continue, le positionnement pédagogique permet aussi de déterminer si une situation d'évaluation peut être mise en place rapidement.

Les objectifs du CCF

Adapter l'évaluation à la diversité des situations de formation

Par définition, le CCF s'effectue dans le cadre même de la formation, en établissement et en milieu professionnel. Les activités et les supports d'évaluation prennent donc en compte la diversité des équipements utilisés pour la formation et les spécificités du contexte local. Le CCF autorise ainsi une grande diversité des mises en situation d'évaluation (problématiques professionnelles, démarches expérimentales, activités des entreprises locales …).

Rapprocher l'évaluation de l'acte de formation

Parce qu'il se déroule pendant la formation et non à l'issue de celle-ci, le CCF permet de rétroagir sur la formation. Les situations d'évaluation peuvent donner lieu à des synthèses qui aident le candidat à se situer dans sa formation et constituent pour lui un élément de motivation.

Les principes pédagogiques

L'homogénéité de l'évaluation

Le CCF évalue les mêmes compétences et connaissances terminales, mises en œuvre dans les mêmes types d'activités et avec les mêmes données, que les épreuves ponctuelles.
C'est en ce sens que l'on peut parler d'une homogénéité de l'évaluation : si les modalités de contrôle sont différentes selon qu'il s'agit de CCF ou d'épreuves ponctuelles terminales, elles portent bien sur des compétences et des connaissances identiques.

L'approche globale de l'évaluation

L'évaluation par CCF ne consiste pas à évaluer successivement chacune des compétences et connaissances constitutives du diplôme. Elle requiert une approche globale qui conduit également à ne pas la réduire à une variante de l'épreuve ponctuelle : le CCF ne consiste pas à fractionner l'activité prévue pour l'épreuve ponctuelle, à l'étaler dans le temps ou à la bâtir sur une succession de problématiques qui seraient des sous-ensembles de cette épreuve ponctuelle.

Des situations d'évaluation en nombre limité

Les compétences constitutives d'une unité sont évaluées dans des situations d'évaluations dont le nombre, limité, est fixé par le règlement d'examen figurant dans l'arrêté de création du diplôme.

Des compétences évaluées en une seule fois

Afin d'éviter la surévaluation, une compétence, même si elle est mise en oeuvre dans plusieurs situations d'évaluation, n'est évaluée que dans une seule situation, sauf consignes particulières du règlement d'examen.

Une évaluation individualisée

Le CCF n'est pas une succession de plusieurs examens, identiques pour tous : les candidats en formation sont évalués dès qu'ils atteignent l'ensemble des compétences correspondant à la situation faisant l'objet du CCF. Ainsi, l'évaluation simultanée de l'ensemble des candidats en formation ne peut être envisagée que si tous sont réputés avoir atteint le niveau requis pour l'évaluation, ou ont reçu la formation correspondante en fin de période réglementaire prévue pour l'évaluation.

Textes de référence

CAP - BEP

  • Arrêté du 29 juillet 1992 fixant les modalités d'organisation et de prise en compte des épreuves organisées sous forme d'un CCF en établissement ou en centre de formation d'apprentis et en entreprise pour la délivrance des BEP et CAP
  • Note de service n°92-329 du 9 novembre 1992 relative aux périodes de formation en entreprise et au CCF dans les CAP et BEP
  • Arrêté du 14 janvier 1993 instituant une formation en entreprise prise en compte à l'examen dans tous les BEP et CAP en vue de la délivrance de ces diplômes
  • Arrêté du 17 juin 2003 relatif aux modalités d'évaluation de l'enseignement général du CAP

Articles du code de l'éducation

CAP

  • D 337-1 à D 337-25 : dispositions générales, voies d'accès au diplôme et conditions de délivrance, organisation des examens

BEP

  • D 337-26 à D 337-50 : dispositions générales, conditions de candidature, conditions de délivrance, unités capitalisables, organisation des examens, jury

BAC PRO- BP - BMA - MC

  •  Arrêté du 5 avril 1995 modifiant les arrêtés portant création et fixant les conditions de délivrance des brevets des métiers d'art, et précisant les conditions d'habilitation des centres de formation d'apprentis à mettre en œuvre le CCF en vue de la délivrance du BMA
  • Note de service n°97-077 du 18 mars 1997 relative à la mise en œuvre du CCF au brevet de technicien supérieur, au baccalauréat professionnel et au brevet professionnel

Articles du code de l'éducation

BAC PRO

  • D 337-51 à D 337-94 : le baccalauréat professionnel (définition du diplôme, modalités de préparation, conditions de délivrance, organisation des examens)

BP

  • 337-95 à D 337- 124 : dispositions générales, modalités de préparation, conditions de délivrance, organisation des examens

BMA

Mention Complémentaire

  • D 337-139 à D 337-160 : définition du diplôme, modalités de préparation, conditions de délivrance, organisation des examens)
    • dont D 337-149 : le CCF en mention complémentaire
    • dont D 337-150 et D337-157 : absence à une épreuve de la mention complémentaire