Bandeau

Le numérique au service de la lecture : création d’une version enrichie de poèmes des Fleurs du Mal

baudelaire fleurs du mal couverture Cécile Akil-Plessix, du lycée Hôtelier Jean Drouant, propose une activité visant à conduire les élèves vers la création d'une version enrichie des Fleurs du Mal de Baudelaire. Un exemple de production - powerpoint transformé en pdf - par une élève accompagne la présentation de l'activité

Un objectif

Mettre le numérique au service d’une véritable appropriation par l’élève du texte littéraire pour « revivifier l’explication littéraire»

Un projet

Proposer aux élèves d’une classe de Première Technologique de s’emparer seuls de trois poèmes des Fleurs du Mal (qui figureront sur leur liste de Bac) pour en proposer leur « version enrichie » à la façon de l’édition enrichie de Candide proposée par la BNF sur laquelle ils ont travaillé pour aborder cette œuvre. Il s’agit bien, pour reprendre les termes de Patrick Laudet de « donner aux textes du corps, du volume, de la résonnance ».

Les trois poèmes s’inscrivent dans une réflexion sur la Beauté. Les élèves ont, en introduction à l’étude de Baudelaire, participé à une visite guidée au musée Rodin sur cette thématique.

Des consignes données aux élèves :

Vous devez :

- copier les poèmes indiqués : Une Charogne – La BeautéHymne à la beauté et vérifier en comparant avec votre édition papier

- ajouter tout ce qui vous semble nécessaire à la compréhension du texte (ce que vous avez cherché) : biographie de l’auteur, sens de certains termes… Il s'agit de créer des renvois sous forme de notes ou des liens hypertexte

- ajouter les illustrations, visuelles et auditives, qui vous semblent enrichir votre lecture : insérer les images ou / et les liens

- proposer une interprétation, un parcours de lecture au lecteur : en surlignant, en variant la typographie ou en ajoutant des encarts

Vous avez à votre disposition votre édition des Fleurs du Mal et l’outil Internet : à vous de l’utiliser à bon escient.

Des modalités de mise en œuvre

- Le travail est prévu sur deux séances de deux heures en salle informatique pendant lesquelles les élèves commencent leurs recherches, seuls ou à plusieurs, d’emblée sur ordinateur ou d’abord par une lecture des textes crayon à la main. Intervention ponctuelle du professeur de Mathématiques pour aider à résoudre certaines difficultés.

- Le travail se poursuivra en autonomie à la maison

Retour sur l’expérience et première analyse des productions

Analyse des élèves

Les élèves les plus en difficulté trouvent l’exercice difficile et se sentent « abandonnés ». Ils le trouvent aussi long et répétitif car « on fait la même chose » avec chacun des trois poèmes et « c’est toujours pareil ». Ils incriminent d’ailleurs autant l’exercice que Baudelaire ou le choix des poèmes… Tous soulignent cependant qu’ils se sont plus investis que lors d’une approche plus habituelle et ont véritablement fourni un travail personnel. Ils ont d’ailleurs le sentiment d’être plus à l’aise qu’avec d’autres textes abordés ensemble. Nombreux sont aussi ceux qui avancent, pour expliquer la « pauvreté créative » de leurs propositions, la difficulté à exploiter le numérique non comme ressource mais pour construire un document. Ils ne connaissent pas les possibilités du traitement de textes et, devant le diaporama animé d’une camarade qui avoue y avoir consacré l’essentiel du week-end de l’Ascension, estiment que c’est trop long. Oui, ils auraient pu faire mais cela prend trop de temps ; ils ont d’autres dossiers à finaliser et me suggèrent de placer l’exercice à un autre moment de l’année …

Regards du professeur

- J’observe une grande frilosité des élèves. Ils craignent de laisser libre cours à leur interprétation et demandent après les deux premières séances en autonomie de revenir à un fonctionnement collectif au cours duquel leurs propositions seront validées. De la même façon ils ont très vite recours, à la maison, à un site de préparation au commentaire pour l’examen, site dont ils tirent en partie leur lecture : http://commentairecompose.fr/. Site fort bien fait au demeurant mais réflexe qui témoigne autant d’une paresse certaine que de l’angoisse de ne pas dire ce que l’examinateur attend.

- Les créations sont très « scolaires » et ressemblent beaucoup à un travail mené sur une feuille : les élèves n’ont pas su exploiter les possibilités offertes par le numérique.

- Point positif cependant les élèves se sont véritablement confrontés aux textes au lieu d’attendre une explication de ma part. Ils ont cherché et découvert des documents iconographiques et audio. Certains ont ainsi écouté les interprétations de Ferré, d’autres déniché des lectures illustrées fort expressives : https://www.youtube.com/watch?v=IrBvNGwGLqQ

Pistes d’amélioration

- Proposer aux élèves une initiation à l’usage de l’outil numérique en travaillant avec eux sur un texte en co-animation avec leur professeur de Mathématiques, responsable du numérique au lycée.

- Situer le travail à un autre moment de l’année et le décrocher du cours pour leur laisser du temps et l’inscrire ainsi dans une dynamique de projet.

- Proposer ce travail sur un groupement de textes en binôme peut-être pour varier les recherches et les approches possibles.

Une conclusion double

Il est certain que les élèves ne sont pas aussi habiles qu’on pourrait l’imaginer dans l’usage du numérique. Il est aussi regrettable qu’ils doutent de leur statut de lecteur et de leur légitimité à s’emparer du texte littéraire pour en proposer une lecture sensible et personnelle… Pourtant le numérique leur offre de formidables possibilités de nourrir, d’étayer leur approche personnelle. A nous de les leur faire découvrir.

Ateliers GIPTIC
  • Utiliser des ressources multimédias adaptées avec des élèves allophones
  • Entrer dans les textes grâce au numérique avec des élèves allophones
  • Travailler avec les ceintures en classe de FLS/langues vivantes
  • Produire des ressources interactives grâce à un outil tel que Genial-ly
Ma cl@sse ouverte
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A