Sondage 2016 sur les usages du numérique en 2nd degré à Paris

mis à jour le 10/10/16

L’académie de Paris – pour caractériser de manière objective la situation du niveau des usages et adapter l’accompagnement des acteurs – a réalisé un sondage en avril 2016 auprès des enseignants du second degré.

Face aux enjeux du numérique, l’État et les collectivités investissent dans les infrastructures, les équipements, les ressources numériques et les formations. Malgré tout, les usages pédagogiques du numérique sont encore limités même s’ils sont en progression. Les enseignants utilisent le numérique pour le travail de préparation, mais combien sont-ils à l’utiliser en présence des élèves ou à le faire utiliser par les élèves eux-mêmes pour améliorer les apprentissages ?

Quelles évolutions depuis 2014 ?

L’académie de Paris – pour caractériser de manière objective la situation du niveau des usages – a réalisé pour la deuxième fois un sondage en avril 2016 auprès de tous les enseignants du second degré (voir protocole en page 3). Le sondage comporte 37 questions réparties en 8 thèmes (usages des enseignants pour leur travail de préparation, usages pédagogiques en classe, usages hors de la classe…). Le premier sondage a eu lieu en avril 2014.

Les quelques 4000 réponses (26% de taux de réponse) permettent d’avoir une vraie photographie des usages et d’apprécier leur évolution depuis 2014.

Très majoritairement le numérique a pénétré la partie du travail personnel de préparation des enseignants (travail de veille, collecte d’informations, préparation de cours, actualisation de connaissances…). Le numérique favorise également les échanges entre enseignants, c’est révélateur d’un bon réflexe professionnel et un facteur important d’autoperfectionnement entre pairs. Ces tendances 2014 se sont encore accentuées en 2016.

Le nombre des enseignants utilisant régulièrement le numérique dans leur pédagogie est globalement en augmentation de 7,5% entre 2014 et 2016.

L’usage pédagogique principal du numérique en classe (pour 71% des enseignants) reste l’enrichissement d’une pratique pédagogique traditionnelle encore inchangée, avec l’exploitation de ressources numériques pertinentes (image, son, vidéo, animation…) pour faciliter la démonstration et la clarté du cours.

Il y a encore peu d’usages du numérique pour créer des pédagogies actives (différenciation, projet, travail collaboratif, production, créativité, échanges, recherche, collaboration…) avec des situations d’apprentissage orientées sur la compréhension, le développement de compétences et l’individualisation.

C’est pourtant ce deuxième niveau d’usage du numérique que l’on attend : un changement de pratique pédagogique pour générer plus d’interactions et de participations des élèves dans leur processus d’apprentissage.

L’autre fait marquant de ce sondage 2016 est l’augmentation des usages de l’ENT pour les échanges entre enseignants et élèves ; elle est de 36% par rapport à 2014. Cela s’explique par le déploiement quasi systématique de l’ENT dans les collèges et l’accompagnement de proximité réalisé par l’académie.

sondage2016

Nous vous invitons à découvrir l’ensemble des résultats chiffrés et leur analyse détaillée question par question.

Philippe Taillard, délégué académique au numérique

Voir les résultats de 2014

Protocole du sondage

  • Réalisé par la DANE du 16 mars au 15 avril 2016.
  • Cible : enseignants 2nd degré du public et du privé.
  • Nombre de participants : 15650
  • Nombre de répondants : 4096
  • Taux de réponse : 26,2 %
  • Enseignants  établissements publics :11203
  • Enseignants établissements privés : 4447
  • Nombre de réponses public : 3423
  • Nombre de réponses privé : 673
  • Taux de réponses public : 30,6%
  • Taux de réponses privé : 15,1%
  • Nombre de non réponses : 11554
  • Nombre de non réponses public : 7780
  • Nombre de non réponses privé : 3774
  • Sondage en ligne envoyé via l’adresse mail académique des enseignants

Sites de référence

mis à jour le 19/11/18