Bandeau

Théorie anti-utilitariste de l’action

A.Caillé. Coll. Bibliothèque du MAUSS. Ed.La Découverte. Mars 09.

L’auteur, le sociologue Alain Caillé, est le fondateur du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales) ; il montre ici que la grille de lecture anti-utilitariste permet de repenser une bonne partie de la sociologie générale. En effet, la pensée dominante explique, pour l’essentiel et parfois même exclusivement, l’action des hommes par l’intérêt, que celui-ci soit d’ordre économique, de pouvoir ou de prestige. Or, l’auteur estime qu’il s’agit là d’une vision très réductionniste : c’est parce qu’ils aspirent parfois (souvent ?) plus à être reconnus (par les autres) qu’à accumuler (les biens matériels ou symboliques), que les hommes sont des sujets sociaux  non réductible à la figure de l’ « homo oeconomicus ». L’auteur avance donc les fondements d’une théorie anti-utilitariste de l’action : il recense, par exemple, les ressorts de l’action (« intérêt pour soi, aimance, sympathie et empathie ; obligation et liberté-créativité ») et propose une théorie de l’action et du sujet qui ne nie pas le rôle des motivations utilitaires et la force de l’intérêt mais le relativise et en circonscrit le champ. La seoncde partie s’efforce de penser les sujets (ou « quasi-sujets ») collectifs dans le langage du politique et du politico-religieux. Ouvrage développant une approche originale et souvent convaincante. Lecture stimulante.

 

S. Miletitch

Zoom

SES et Orientation

Présentation de quelques ressources utiles à l'orientation SES dans le cadre de la réforme du lycée et notamment le CR de la formation académique : SES et Orientation