Bandeau

7èmes Rencontres philosophiques de Langres : La nature

mis à jour le 30/08/17

 rencontres-philosophiques-de-langres-2017

 

PROBLÉMATIQUE

par Paul Mathias

La nature n’existe pas Sommets immaculés des montagnes, abysses des océans, confins encore vierges des forêts les plus denses, rien de tout cela ne ressortit à ce que nous croyons devoir entendre par le mot de « nature », qui trahit le fantasme si particulier d’un lieu originel dont le mode d’émergence et l’existence relèveraient de la seule puissance de ses principes.

Dans l’emprise des sciences ou des activités techniques qui en dérivent, « nature » ne désigne en effet que des espaces contraints et des artefacts, soit de la pensée, soit de l’activité humaine. Au sens de la physique ou de la chimie, « nature » dénote un système homogène d’énoncés mathématiques exprimant des constantes, des régularités ou des lois, sans prétention au dévoilement de l’ordre du monde ou à l’épiphanie de son origine. Dans les interstices laissés vacants par les activités humaines, parcs naturels et réserves de toutes sortes, reconnus comme « vitaux », ne sont eux-mêmes que les produits d’une culture écologique, dans le meilleur des cas, ou, parfois, d’industries cyniques thésaurisant sur les loisirs des nantis ou sur l’avenir de ressources inexploitées, au détriment d’anciens modes de peuplement et d’usage. Et même avec l’assentiment des nations, l’Antarctique forme moins un espace « naturel » qu’un laboratoire du passé et de l’avenir de la planète et, à ce titre, un objet technique lui-même intégré aux systèmes d’énoncés savants et d’appropriation qui permettent de le configurer comme tel. Penser la nature, c’est donc penser au rebours d’une représentation naïve des origines du monde ou de l’homme. L’origine est perdue ; ou plutôt, sitôt surgi, le thème de l’origine aura tout juste masqué l’impossibilité de son objet supposé pour exprimer, dans une incertaine première fois, une pensée de la réalité et de son exposition au regard de l’intelligence. La langue grecque disant physis pour désigner la nature, le philologue et le philosophe n’ont pas eu de mal à y déceler une pensée de ce qui sourd, émerge, prend primitivement forme. Pour autant, l’origine ne fut jamais là-devant, en tant que telle, c’est plutôt la pensée qui, de première main, étendit sa puissance de clarté sur un monde dont elle s’étonnait. Les pensées de la nature n’ont jamais été des pensées des origines ou de l’immaculée création, elles furent et continuent d’être comme « les travaux et les jours » de l’intelligence, dressant un arc entre le sol effectif de sa puissance et le potentiel et sombre horizon de son intempérance.

Par la diversité des approches de « la nature » que les Rencontres Philosophiques de Langres permettront d’exposer, un public lettré ou curieux s’instruira à une délicate discipline du « naturel » et prendra la mesure des enjeux métaphysiques, scientifiques et pratiques que recouvre notre rapport à « la nature » : recherche de sens ou exigence d’ordre ? Contraintes économiques ou nécessités vitales ? Connaissance du monde ou désir de maîtrise ? À portée de main, la terre et ses ressources ; au-delà du regard, les étoiles et leurs promesses infinies.

Et nous ? Allons voir le cyprès dans le jardin ! 

--------------------

Créées en 2011, les Rencontres Philosophiques de Langres (RPL) sont une manifestation qui propose, pendant plus d'une semaine, de nombreux rendez-vous de culture et de réflexion. Dans la ville natale de Denis Diderot, se rassemblent d’une part, l’ensemble de la communauté philosophique, composée d’universitaires, de chercheurs, de professeurs, formateurs ou non, d’amateurs éclairés et, d’autre part, le grand public.
Elles sont conduites par le Forum Diderot-Langres et co-organisées par la Ville de Langres.

   Les Rencontres accueillent, du 5 au 7 octobre, le plan national de formation du Ministère de l'Éducation nationale avec un colloque de 10 conférences et 4 séminaires à destination des professeurs de philosophie, mais également de ceux d’autres disciplines, ainsi qu’à destination des inspecteurs ou des personnels de direction.

   Accompagnant ces volets scientifique et pédagogique, un volet culturel ouvert à tous propose du 2 au 8 octobre des expositions, spectacles, visites, cinéma, petit déjeuner philo, librairie philosophique et actions culturelles diverses avec quelques manifestations en amont dans le département dès le 28 septembre.

 

INSCRIPTION : Les professeurs de philosophie de l'Académie de Paris peuvent s'inscrire avec ordre de mission sans frais auprès de M. Alain Lasalle, IA-IPR de philosophie de l'Avadémie de Paris : alain.lasalle@ac-paris.fr .

Inscription en ligne