Ambition 3 : Renforcer et valoriser l’ouverture de l’École

mis à jour le 28/08/18

Accompagner l’ouverture de l’École constitue la troisième ambition de l’académie : une ouverture sur la modernité en usant des apports des sciences et techniques, une ouverture sur les acteurs de la culture qui les entoure, une ouverture sur le monde. Ces objectifs sont complémentaires car l’École doit se confronter à l’innovation, au regard extérieur, et préparer les élèves qui lui sont confiés à vivre dans le monde de demain. Dans un monde où la relation aux apprentissages et aux savoirs est bouleversée, le renouvellement des pratiques pédagogiques apparaît comme une nécessité : il est facilité par la recherche, la mise en valeur et la mutualisation d’innovations qui privilégient la dimension de projet dans les apprentissages. Le numérique y prend une place accrue en recherchant désormais, au-delà de l’implantation d’équipements, la diffusion de pratiques pédagogiques adaptées. L’action culturelle à Paris bénéficie de nombreux atouts : une offre culturelle de grande ampleur touchant des domaines variés (patrimoine, arts vivants, sciences et technologies, sports…) et la proximité de grandes institutions avec lesquelles il est possible de nouer des partenariats. Il revient à l’École d’éveiller à la culture et d’y faire accéder en particulier les publics les plus éloignés, que ce soit dans des actions récurrentes ou à l’occasion de grands événements, aussi bien en suscitant la découverte culturelle qu’en encourageant la pratique artistique. Dès lors, cette action nécessite une médiation à laquelle peuvent contribuer les corps d’inspection en aidant les écoles et les établissements à définir clairement les objectifs, varier les champs, adapter ou expliciter l’offre aux publics, construire une stratégie et bâtir une action volontariste. L’ouverture internationale a connu ces dernières années une expansion significative avec plus de 27 000 élèves parisiens en mobilité en 2016-2017 pour découvrir un pays étranger. 20 partenariats de coopération académique décentralisée signés et 290 appariements d’établissements, parfois anciens et qu’il faut conforter, constituent le socle des relations internationales de l’académie. La relative complexité des opérations de mobilité ne doit toutefois pas décourager de s’engager dans une démarche d’ouverture au monde nécessaire à la préparation des élèves d’aujourd’hui. Elle se fonde naturellement sur l’enseignement des langues étrangères à la diversité desquelles l’académie est attentive. Elle est appropriée à tout type d’établissement car elle prend tout son sens en venant illustrer des projets pédagogiques interdisciplinaires ou professionnels. Enfin, elle peut prendre des formes variées, y compris à travers les outils numériques. Toute politique d’ouverture repose sur des partenariats à construire sur la durée. Dans cette optique, l’académie recommande la désignation de référents pour épauler les chefs d’établissement. L’ensemble de ces activités s’inscrit dans des projets qui participent à l’enrichissement des élèves et la construction à long terme de leur parcours.

Axe 3.1 Promouvoir des pratiques pédagogiques adaptées au contexte d’aujourd’hui

La période actuelle est marquée par des mutations notables qui induisent des changements de posture pour tous, des enseignants aux corps d’encadrement. En effet, l’accès à l’information, aux savoirs et à la culture est décuplé avec le numérique ; les rapports entre élèves et enseignants ne sont plus conditionnés par le statut d’unique détenteur du savoir de ces derniers ; les nouveaux modes de communication autorisent dans nos organisations des échanges horizontaux.
Dans le même temps, il est demandé aux élèves de développer des compétences nouvelles ou renforcées : collaboration, autonomie, créativité, communication, numérique, apprendre à apprendre… pour acquérir la capacité de s’adapter à un monde en perpétuelle évolution.
Enfin, les avancées de la recherche dans le domaine des sciences de l’éducation, des sciences cognitives et les développements matures du numérique éducatif peuvent faciliter le renouvellement des pratiques pédagogiques et la diffusion des humanités numériques.
C’est dans ce cadre que l’académie s’attache à identifier, accompagner, évaluer, valoriser des innovations, c’est à dire des expériences menées par un ou plusieurs enseignants dans un cadre précis (conception/mise en oeuvre/expérimentation/accompagnement et évaluation) et ayant apporté des résultats positifs sur les apprentissages des élèves. L’appréciation
des démarches innovantes se fait avec les équipes de direction, les corps d’inspection, des chercheurs ou des pairs, en vue, le cas échéant de les promouvoir et de les rendre transférables.

Objectif 3.1.1 Susciter, détecter, faciliter, valoriser et mutualiser des pratiques pédagogiques innovantes et efficaces.

  • Mettre en place des modalités renouvelées de formation en s’appuyant sur les pratiques existantes (classe ouverte, séances d’inspiration, analyses de pratiques, groupes de développement professionnel, recherche action) et en développant les formations inter-catégorielles et pluriannuelles.
  • Encourager et accompagner les expériences novatrices dans des démarches de projets mobilisant l’implication et la participation des élèves et le développement de leur autonomie (compétences sociales) et mettre en place un réseau d’accompagnateurs de proximité.
  • Développer et formaliser les partenariats avec la recherche en privilégiant la recherche action pour une évaluation scientifique.
  • Mettre en place une organisation académique favorisant la visibilité et la mutualisation des pratiques novatrices.

Objectif 3.1.2 Renforcer les usages du numérique en développant les compétences de tous les personnels et en favorisant l'accès aux outils pour tous les élèves.

  • Améliorer les apprentissages et les compétences des élèves par l’usage pédagogique du numérique et le développement de leur autonomie.
  • Valoriser les pratiques pédagogiques numériques, et la plus-value qu’elles peuvent apporter, notamment à l’occasion de manifestions académiques.
  • Instaurer des modalités de formation initiale et continue des personnels adaptées aux évolutions du numérique éducatif, en recherchant une montée en compétence de l’ensemble des acteurs.
  • Mettre en oeuvre une politique du numérique plus forte et plus visible, du niveau académique jusqu’à la classe.

Axe 3.2 Exploiter pleinement l’environnement culturel à travers des partenariats directement tournés vers les élèves

La culture permet découverte, confrontation et compréhension du monde.
Elle constitue ainsi un élément fort de la réussite scolaire. Les partenariats développés depuis plusieurs années avec les institutions culturelles parisiennes doivent servir de support à des actions ambitieuses directement destinées aux élèves, tant pour enrichir leurs connaissances que pour développer des pratiques artistiques et culturelles pluridisciplinaires, comme celles qui peuvent être organisées autour du chant choral.
L’action académique favorise la mise en relation des écoles et des établissements avec ces institutions, en les aidant à formuler leurs attentes réciproques. Elle accompagne aussi l’organisation de moments symboliques comme la rentrée en musique ou des productions artistiques collectives.
Enfin, la participation à des commémorations ou à des concours mémoriels est l’occasion d’engager un travail de mémoire au service des valeurs.

Objectif 3.2.1 Accompagner écoles et établissements scolaires dans la construction de la formation culturelle des élèves.

  • Partager l’expertise pédagogique pour répondre aux enjeux de formation culturelle des élèves.
  • Penser et concevoir une formation adaptée aux besoins des professeurs, en veillant à la représentation équilibrée des domaines culturels.
  • Aider les équipes au suivi et à la lisibilité de la formation culturelle des élèves.
  • Favoriser la mise en oeuvre de projets collectifs, notamment au travers du chant choral.

Objectif 3.2.2 Renforcer la cohérence des actions partenariales avec les enseignements scolaires.

  • Identifier les domaines culturels (arts, sciences et technologies, sports…) à renforcer au niveau de chaque école et établissement pour bâtir des parcours artistiques et culturels cohérents.
  • Définir des projets favorisant la synergie entre les contenus des programmes et les actions partenariales.

Objectif 3.2.3 Développer le travail de mémoire et la participation à de grands événements fédérateurs de tous les enseignements scolaires.

  • Comprendre, expliquer, expliciter le « travail de mémoire », à l’occasion des commémorations et concours scolaires.
  • Développer l’aptitude aux échanges interdisciplinaires et partenariaux au service du travail de mémoire et de la participation à de grands événements fédérateurs.
  • Encourager les actions associant différents niveaux d’enseignement, notamment en travaillant sur des lieux de mémoire placés dans l’espace proche des élèves (plaques commémoratives, sculptures, monuments…).

Axe 3.3 Faire de l’ouverture internationale de l’académie un atout pour les élèves

Le monde ouvert dans lequel vivent et vivront désormais les élèves fait une place grandissante aux échanges d’informations, de services et de biens.
Pour les y préparer, l’enseignement des langues étrangères est associé aussi souvent que possible à des programmes européens et internationaux et aux multiples partenariats sur lesquels l’académie de Paris peut désormais s’appuyer. Elle veille à en faire profiter tous les élèves, et notamment ceux qui sont issus de l’éducation prioritaire ou de l’enseignement professionnel, soit directement à travers des mobilités, qui permettent de prendre conscience des diversités culturelles du monde d’aujourd’hui, soit indirectement, à travers des échanges portant sur les pratiques pédagogiques, la vie scolaire ou l’organisation interne des établissements.
L’ouverture internationale, en ce qu’elle représente une rencontre avec l’autre, sa langue et sa culture dans un sens large, est constitutive de chaque cours de langue vivante : cet enseignement ne s’entend qu’en tissant le lien fort entre langue et culture au sein de chaque projet pédagogique mis en oeuvre avec les élèves. Un projet de mobilité s’inscrit nécessairement dans cette dynamique.
Il importe aussi que le développement via les mobilités se fasse en lien avec des projets interdisciplinaires et en ancrant les langues dans des domaines d’apprentissage. La synergie ainsi introduite dans le travail des équipes et la cohérence apportée au travail de l’élève donnent un intérêt accru à la démarche, particulièrement pertinente dans l’enseignement
professionnel où elle amplifie les possibilités d’insertion professionnelle.

Objectif 3.3.1 Conforter et valoriser la politique des langues.

  • Favoriser, de l’école au collège puis du collège au lycée, une cohérence et une continuité des parcours linguistiques en assurant une meilleure répartition de l’offre et une réelle diversité linguistique, en particulier pour la LV2 en éducation prioritaire et en lycée professionnel, en lien avec les possibilités de mobilité professionnelle.
  • Former et accompagner les enseignants afin de renforcer l’intégration des dimensions culturelle et interculturelle dans l’enseignement des langues, notamment dans le cadre d’échanges, qu’ils soient présentiels ou numériques.
  • Renforcer les compétences des enseignants dans les domaines de la maîtrise de la langue étrangère et de sa didactique, y compris pour les enseignants non spécialistes qui pratiquent le co-enseignement avec un linguiste.

Objectif 3.3.2 Favoriser les mobilités pour les élèves qui en ont le plus besoin.

  • Poursuivre l’effet d’entraînement du programme Erasmus+ REP / REP+ lancé en 2016-2017 qui implique déjà 14 réseaux d’éducation prioritaire.
  • Accompagner le développement quantitatif et qualitatif des périodes de formation effectuées en milieu professionnel à l’étranger, par la sensibilisation des établissements, la préparation des équipes et la constitution de réseaux d’entreprises.
  • Soutenir la mobilité des élèves d’enseignement général en ciblant spécifiquement les classes ou les élèves qui en ont le plus besoin.

Objectif 3.3.3 Renforcer partenariats et coopérations internationaux.

  • Développer les partenariats et les appariements en Europe, y compris en diversifiant les formes, à travers l’usage du numérique.
  • Stabiliser et développer les partenariats et les appariements hors Union européenne, notamment dans le cadre méditerranéen.
  • Inscrire dans la durée les partenariats avec les Institutions françaises (AEFE, MLF) ou avec des institutions ayant pour objectif de soutenir la formation des enseignants (ESPE, CIEP, AFD).
  • Travailler en synergie avec les collectivités territoriales et les entreprises ou leurs représentants.

Écoles, collèges, lycées

mis à jour le 09/12/16