Bandeau

Toi qui me regardes de loin...

mis à jour le 05/11/17

Capture d’écran 2017-11-05 a&#x Paris-Oléron-Paris : l'histoire d'un partenariat entre deux lycées séparés par 400km. Des élèves et des professeurs, que, pourtant, presque rien ne sépare.

Description du projet

Deux groupes de terminale L-arts se rencontrent. L'un est au lycée Colbert (Paris X), l'autre au CEPMO (Oléron). Grâce à internet et à de multiples outils online, ils se dévoilent pas à pas, confrontent leurs univers fort différents mais découvrent aussi des points communs inattendus. Accompagnés par leurs professeurs qui travaillent de conserve, ils sont invités à proposer une création collaborative online. Dans un second temps, les parisiens accueilleront les oléronais pour les emmener dans une visite de leur Paris culturel. Enfin, les oléronais recevront les parisiens sur leur presqu'île pour un temps de travail collaboratif in situ et de partage de ressources pour préparer le bac.

Un rituel hebdomadaire

En se montrant chaque semaine par une photo de groupe rituelle, les élèves de terminale L-arts du lycée Colbert rencontrent ceux de terminale L-arts du CEPMO (Oléron).

allez viens photo 3 oléron     on arrive

 

 > pour suivre la rencontre en photo Paris-Oléron : c'est ici.

 

Un jeu, des apprentissages

Les professeurs d'arts plastiques des deux lycées (Olivier Cornu, CEPMO, Oléron ; et Adélaïde Lerat-Pralon, lycée Colbert, Paris) ont proposé un jeu de recherche à leurs élèves. Chaque groupe a eu entre les mains la liste des noms des élèves de l'autre groupe, sans aucun indice de plus. Leur mission : se retrouver, entrer en contact et céer des binômes de travail. Dans un premier temps, il s'agira de travailler en petits groupes pour proposer des projets collaboratifs online.

Au-delà du jeu, il s'agit de poser la question de la représentation de soi sur internet : quelle empreinte, quelles images laissons-nous de notre identité, sur quels réseaux ? Les questions de respect à l'intimité, de protection des données, de projections identitaires voire d'usurpations, sont posées à cette occasion. Qui es-tu, toi que je crois connaître à travers les images que tu donnes de toi sur les réseaux sociaux ?

Accompagnés par leurs professeurs, les élèves ont fait connaissance par des moyens numériques : en novembre, ils ont composé leurs groupes de travail et commencent à imaginer des productions collaboratives.

> retrouvez ici les groupes de travail établis par les élèves. Bientôt, on y trouvera leurs premiers travaux collaboratifs.

 

projet collaboratif paris oléron

Une relation de confiance ado-adulte

Chaque professeur rencontre aussi les élèves qui sont loin de lui. Les élèves bénéficient ainsi d'un regard autre sur leur propre travail. Grâce à un mur collaboratif recevant des documents de tous types mis en ligne par les élèves et par leurs professeurs, les élèves peuvent partager des images de leurs travail, des écrits, des références qu'ils articulent à leur pratique. Mais surtout, ils déposent des enregistrements audio pour s'entraîner à l'épreuve orale qui les attend en fin d'année. En retour, le professeur qu'ils ne connaissent pas encore leur répond en déposant à son tour un commentaire sur le travail pratique et oral de l'élève.

Cette altérité permet aux élèves de sortir de l'univers confiné de leur salle d'arts plastiques et du regard unique de leur professeur. Observés, écoutés par un professeur venant de loin, ils peaufinent leurs captations et leurs entraînements à l'oral.

> travaux d'élèves, enregistrements et réponse audio par le professeur d'Oléron : c'est ici

aperçu oral

Un projet artistique collaboratif "in progress"

Les lycéens, après s'être tous rencontrés et avoir montré leurs premières productions au professeur de l'autre lycée, ont constitué des binômes. Ils peuvent ainsi commencer à imaginer un travail collaboratif à distance online. Ce travail sera exposé sur le blog de la classe de terminale L-arts du lycée Colbert (Paris). Ces travaux seront terminés en décembre 2017 et exposés en janvier au lycée Colbert, autour d'un moment convivial en présence des élèves d'Oléron. Ainsi, les productions seront vues par les élèves du lycée non plasticiens.

Cela entre en résonance avec l'une des trois questions au programme de terminale option de spécialité : "Co-création et collaboration de 1960 à nos jours". Ainsi les élèves aborderont ce point de culture artistique par une pratique collaborative.

> ressources vidéo "duos, groupes et collectifs de 1960 à nos jours"

visuel vidéos groupes

Un projet d'échange culturel "in process"

Les élèves parisiens recevront les oléronais en janvier 2018. Ils travailleront ensemble autour des oeuvres de références du bac 2018 et créeront des travaux qu'ils exposeront au lycée à l'issue de la semaine. En outre, les parisiens auront conçu un parcours pour leur binôme : "ma journée culturelle à Paris".

Mais bien au-delà d'une visite formelle des hauts lieux parisiens, ce projet permet de mêler de façon intime l'artistique et le culturel, avec un dénominateur commun : la dimension humaine au delà de la distance géographique. En effet, les élèves partagent leur culture par le biais des comptes facebook de chaque lycée (Colbert Art et Arts Plastiques-CEPMO), mais aussi par des moyens innombrables et intangibles. La culture artistique est amenée par les professeurs mais aussi souvent importée par les élèves qui la partagent et la font circuler. Par ailleurs, ils sont régulièrement en situation d'expliquer leurs projets par le biais de l'écrit, ce qui les amène à utiliser un vocabulaire précis.

> mur padlet d'un élève et commentaires écrits avec évaluation des professeurs

Un ailleurs

La salle d'arts plastiques est certes un ouvroir de potentiels dont le professeur est le garant. Mais il y a parfois un risque d'isolement, et il n'est pas toujours facile de sortir d'une relation duelle entre l'élève et son professeur, qui ne connaît parfois pas d'autre représentant l'enseignement des arts plastiques. Ce projet propose d'ouvrir les horizons et de déplacer les points de vue.

Cela amène à des questions liées aux pratiques artistiques contemporaines : comment l'environnement influe-t-il sur la création ? Est-ce que la géographie, le lieu, l'urbanisme, la culture locale, induit le type de projet mené ? Cela fait écho à l'une des trois questions du programme de culture artistique en terminale : "le monde est leur atelier".

 > ressources vidéo "le monde est leur atelier"

 

 

Zoom

Portail national eduscol arts plastiquesLa discipline
Textes, ressources, actualités
Examens et concours...

Ateliers Giptic
le mer. 22 nov. 2017 de 14:30 à 16:30
ENC Bessières
le jeu. 21 déc. 2017 de 18:00 à 20:00
Lycée Colbert
Ma cl@sse ouverte
le lun. 15 janv. 2018 de 11:45 à 12:40
CLG Suzanne Lacore