Bandeau

[TRAAM EPS] Bilan activités 2017-2018

TRAAM EPS

Présentation du theme

 

Organisation des travaux

 

Synthese des travaux

 

 

Ressources

 

« Objets connectés et équipements personnels des élèves »

 

Public

2 classes de 3ème :

  • 3ème1 : profil de classe agité, élèves au faible niveau scolaire qui font preuve de peu d’attention. 12 smartphones pour 18 élèves.
  • 3ème4 : classe bi langue où le niveau scolaire est excellent. 20 smartphones pour 27 élèves

 

Cadre d’expérimentation

 

Cycle de PPG : 

 

  1. Fiches d’ateliers avec flash codes
  2. Questionnaire élaboré avec l’application Kahoot
  3. Gestion des temps d’effort et de récupération : appli Seconds

 

Bilan

 

  • Nécessité de bien cadrer le temps d’utilisation des smartphones sous peine de voir apparaître des dérives (photos, snapchat).

 

  • Avec la Classe de 3ème1, besoin de récupérer et stocker les smartphones dans les périodes « hors utilisation » alors que pour la classe de 3ème4, moins de dérives à ce sujet. 

 

  • Pour la classe de 3ème1, je l’ai surtout utilisé sur la validation de connaissances. Si je leur laisse le smart phone toute la séance, le manque d’implication les amène à peu s’intéresser aux vidéos liées aux flash codes.

 

  • Ressenti plutôt positif du côté des élèves à qui l’on interdit de sortir les smart phones dans les autres cours, le cadre plus flexible a été apprécié.

 

 Utilisation des flashs codes :

    • Un téléphone par atelier est suffisant, il permet de visualiser le mouvement à effectuer. 
    • Couplé aux critères de réalisation inscrit sur la fiche, l’outil est pertinent. 
    • Après 3 séances, lorsque tous les ateliers ont été vus, l’utilisation a été moindre à ce niveau.

 

Fiche TRAAM

 

Questionnaire Kahoot :

    • L’aspect ludique est compétitif motive les élèves. Outil intéressant pour valider les connaissances (à coupler avec un travail sur l’ENT).
    • Ce travail peut s’effectuer sur la fin du cours, retour au calme. Questions sur les critères de réalisation, de sécurité, sur les muscles abordés lors de la séance.
    • Besoin d’avoir un écran assez grand pour diffuser les questions, une connexion internet.

 

Gestion des temps d’efforts et récupération :

Bilan plus mitigé. Fonctionne bien avec des élèves scolaires, capables de travailler en autonomie sans surveillance importante de la part de l’enseignant.

Pour les élèves moins scolaires, les séries ne sont pas effectuées jusqu’au bout, les temps de récupération trop long. L’outil n’a donc que peu d’intérêt pour ces élèves qu’il faut davantage cadrer. Modifier les formes de groupement a été positif.

 

BILAN GENERAL

Expérimentation à approfondir sur un prochain cycle. Ce travail de validation de connaissances, d’apport de contenus est à compléter par un travail en amont et en aval sur l’ENT : apport de connaissances via vidéos et validation par les exercices que permettent de mettre en place l’ENT.

« Objets connectés et équipements personnels des élèves »

 

Travail mené avec les élèves de la section sportive scolaire en classe de cinquième et troisième

 

Plusieurs temps dans l’expérimentation ont été mis en place :

 

En cours de pratique 

Escalade avec deux applications gratuites spécialisées téléchargées en amont sur leur téléphone et  utilisation photo et vidéos.

paratique

 

  • Les applications ont servi de support pendant le cours. Les valeurs obtenues couplées avec les photos réalisées pendant le cours ont permis aux élèves de valider les différentes compétences dans leur carnet de suivi. 

 

  • Création de vidéos par les élèves pour les élèves (« classe inversée ») notamment sur les points de sécurité

 


 

illu 1  illu2  illu 1

 

 

En salle

Avec des applications et logiciels : Kahoot, Quizlet et questionnaire

 

illu5Ce travail mené pour valider les connaissances théoriques et culturelles de l’activité escalade a débouché sur la mise en place d’un défi « Questions pour un grimpeur » puis plus largement sur un  challenge de classe dans différentes matières (espagnol, histoire géographie, math..)

 

 

illu4Quizlet : application qui permet aux élèves d’apprendre à apprendre et de travailler ensemble, coopérer, échanger. => très large succès auprès des élèves notamment lors des séquences de quizlet live qui nécessitent un travail un amont pour réaliser les questionnaires et apprendre les cours afin de  défier ses camarades et gagner avec son équipe.

 

De chez soi

 

  • Création des questionnaires pour le « challenge de classe »
  • Ecriture d’articles sur le blog + création vidéo pour communiquer avec les parents des projets qu’ils réalisent
  • Validation du carnet de suivi

 illu6  illu7

 

 

Avantages de ce travail

  • préparer les élèves aux usages des nouvelles technologies
  • un outil valorisant le travail collaboratif
  • lien entre école et domicile

 

 

Contraintes/ Inconvénients

(ou tout du moins, éléments à prendre en compte pour éviter les déconvenues) :

  • Responsabiliser les élèves quant à l’utilisation de leur téléphone en cours pour éviter les dérives (instagram, sms..)
  • Charte à mettre en place pour une utilisation optimale ?
  • Respecter l’équité entre élèves (dernière version téléphone vs pas de téléphone) => achat de matériel nécessaire

 

 

Pour aller plus loin

 Mise en place d'une « information/formation » des parents afin de leur faire découvrir les outils favorisant l’apprentissage de leurs enfants

 

 

« Objets connectés et équipements personnels des élèves »

 

Objectif de l’expérimentation

L’année précédente l’ENT Régional avait été utilisé pour accéder à un blog offrant des ressources utiles à la compréhension du cycle musculation. Des quizz portant sur des connaissances de l’activité ont été proposés ponctuellement avec possibilité de répondre de chez soi ou bien pendant la leçon d’EPS. Quelques élèves, avec l’accord de l’enseignant,  avaient utilisé leurs smartphones afin de visualiser ce qui était attendu ou bien pour rendre compte du travail effectué via un retour de séance par la messagerie du smartphone. 

Cette année, nous avons mis en place une utilisation des smartphones pour 2 classes de premières Bac Pro Commerce afin d’impliquer davantage les élèves dans la construction et l’analyse de leur projet d’entrainement dans l’activité musculation.  

En s’appuyant sur leur appétence du numérique nous leur avons proposé d’exploiter leur smartphones afin d’accéder aux ressources et construire une méthodologie  d’entrainement. 

Cette méthodologie vise à effectuer des opérations : préparation, réalisation, analyse et ajustement de la séance grâce au recueil de données sur soi et sur sa pratique avec un smartphone 

 

Dans ce contexte, les élèves avaient à disposition :

 

Matériel

Ressources

Réseau wifi

ENT 

Smartphone

Vignettes sur les appareils de musculation

TNI avec 1 ordinateur portable

Un powerpoint interactif

 

 A la différence de l’année précédente, les ressources sont exploitées à chaque séance et tout le long du cycle pour permettre aux élèves de construire un projet personnel et d’exploiter ces ressources de façon différenciée.

 


 

 

 

RESSOURCES EXPLOITÉES

 

Les services de l’ENT

 

  • Le blog : permet aux élèves d’accéder à des documents et des vidéos sur l’anatomie, les opérations à effectuer pour estimer sa charge d’entrainement.
  • La messagerie : elle a permis de maintenir les échanges au delà du temps de pratique
  • L’exerciseur : service clé dans ce cycle de musculation. Permet de distribuer des exercices de les récupérer et d’apporter une correction individualisée.
    Pour le déroulement du cycle, l’enseignant a distribué un devoir comprenant des exercices sous formes de séquences à compléter à partir de son smartphone. Chaque exercice correspondant à une séance du cycle. Pour le bon déroulement de l’expérimentation, l’élève complétait sa séance avec le contenu réalisé, ses ressentis, les charges mobilisées avec annonce du projet et muscles sollicitées. L’idée était de pouvoir récupérer dans ce devoir l’ensemble des séances réalisées

 

Un diaporama interactif

 

  • Keynote pour iOS ou Powerpoint. Toujours dans l’idée d’individualiser et de différencier l’accès aux ressources, le besoin est apparu de mettre un disposition une ressource sur les smartphones des élèves afin qu’ils ne dépendent pas d’une connexion et de l’environnement application de leurs appareils. D’autre part, cette ressource est évolutive et nous avons pu l’enrichir en fonction des demandes d’élèves et des difficultés rencontrées : vidéos pour comprendre les différentes vitesse d’exécution, structure de séance en fonction du projet personnel choisi, lexique pour comprendre tous les termes utilisés

 

une application  HPreveal  (Aurasma) : 

 

  • Sur chaque appareil de musculation, une vignette permet, une fois que l’on vise dessus avec le smartphone, de déclencher une « vidéo consignes » sur laquelle l’élève peut agir dessus pour afficher davantage d’informations. Sur la vidéo, les consignes, les critères de réalisation et les compétences sont déclinées. 

 

ORGANISATION DES SÉANCES

 

  • Durant le cycle, les élèves devaient tester leurs capacités sur chaque appareil. A partir de ces résultats et du projet visé, élève détermine l’organisation de sa séance et son volume d’entrainement. 
  • Lors de la séance, l’élève note ses réalisations et peut renvoyer son devoir

 

OBSERVATIONS

 

Gestion de la classe 

    • pas de difficulté rencontrée liée à un usage inapproprié du smartphone. Les quelques velléités d’échanges sur les réseaux sociaux ont été suspendues par le rappel à une charte mise en place pour cadrer les usages du smartphone.
    • La multiplication des ressources a favorisé une différentiation des usages en fonction des  besoins. Certains accédaient aux informations sur les appareils pour finaliser les connaissances et savoir comment réaliser un exercice. D’autres exploitaient les informations disponibles sur l’ENT et sur le diaporama pour construire leur projet d’entrainement. Enfin un petit groupe plus avancé et moins dans le besoin d’information, travaillait avec la transcription du travail réalisé sur le smartphone.

 

Travail réalisé

    • L’envoi du devoir aux élèves avec une restitution du travail réalisé dans les exercices proposés  a favorisé une continuité de l’implication des élèves sur l’ensemble du cycle et la mobilisation des ressources proposées. 
    • A la fin du cycle, l’enseignant et les élèves disposaient d’une vue d’ensemble sur le travail réalisé et le niveau de compétence atteint. Ce travail étant sauvegardé, il pourra être exploité ou consulté par les autres enseignants d’EPS pour assurer la continuité des apprentissages. 
    • Nous nous sommes trouvés confrontés à des difficultés lorsque nous avons voulu re-exploiter des travaux rendus. Ils ne sont plus à disposition de l’élève pour travailler dessus. La solution  trouvée a été de reprendre le travail précédemment effectué et de le renvoyer dans un autre devoir. Nous avons demandé au prestataire de faire une évolution pour disposer d’une ressource a créer dans l’eNT qui serait modifiable sur plusieurs séances d’EPS

 

REMARQUES

 

  • L’utilisation de l’ENT a favorisé l’exploitation des ressources et des outils personnels. Installé dans l’établissement, depuis plusieurs années, il était exploité principalement pour la communication et l’accès aux outils de vie scolaire. Son utilisation en EPS a permis d’explorer le potentiel pédagogique de l’exerciseur et de découvrir une vraie plus value dans l’implication des élèves et la création d’une base de travail pour construire un projet d’entrainement. De plus il s’intégrait dans la méthodologie de l’entrainement comme substitut au carnet d’entrainement.   

 

  • Cependant, comme tout outil numérique son exploitation demande de la souplesse sous peine de rebuter les élèves n’ayant pas une grande culture numérique mais aussi et surtout pour ne pas diminuer le temps effectif de pratique. En effet, la saisie sur des smartphones varie en rapidité suivant l’habileté des élèves, le format de l’appareil ou la connexion disponible. Confrontés à ces détails et au fait que certains élèves pouvaient oublier leur smartphone ou n’en n’avait pas j’ai donné un temps conséquent pour la restitution des contenus de séances (la semaine en cours). J’ai pu obtenir des séances saisies à la maison, au CDI, de façon à ne pas rendre l’outil bloquant sur l’investissement en classe et la réalisation des taches.

 

  • La variété des environnements sur les smartphones, les différences dans le niveau d’appropriation des outils m’a obligé à réfléchir sur les ressources proposées. Niveau d’appropriation, varier les supports et ressources, simplifier la compréhension des contenus, sont des éléments que j’ai du prendre en compte pour que l’ensemble des élèves puissent avoir les moyens d’accéder aux ressources.  

 

  • Pour les élèves, l’expérimentation a été considérée  comme gratifiante (classe avec un projet « spécial ») et surtout a permis de développer une appropriation de ressources et d’une culture numérique plus large. Echanges sur leurs utilisation du smartphone, entraide pour saisir le contenus des séances, souhait de disposer de l’ensemble des ressources sur le mobile.

 

  • Dans les contraintes on peut identifier la culture et les usages habituels associés à l’utilisation du smartphone. Ainsi, ce n’est pas tant la consultation des réseaux sociaux qui a nécessité de faire appel au cadre mis en place mais plutôt le port des écouteurs associés à l’utilisation habituelle des élèves et aux représentations des sportifs l’utilisant dans les salles de sport. 

 

  • Au regard des compétences atteintes, l’apport du numérique est vraiment identifiable dans l’appréciation des mobiles personnels choisis et la cohérence apporté dans le projet d’entrainement. Les différentes étapes pour estimer ses capacités et réaliser un travail pertinent au regard de ces constats sont assimilés beaucoup plus vite qu’une restitution orale et je n’ai pas eu besoin de revenir souvent pour expliquer les calculs de pourcentage adaptés au projet personnel.