Bandeau

Lexique iconographique de Latin, au collège

mis à jour le 11/12/09

Introduction

Le lexique iconographique de latin est un outil pédagogique, élaboré par Nathalie Blanc, qui exerce au collège Georges Brassens, qui s'adresse à l'ensemble des élèves latinistes du collège. Il a pour vocation l'acquisition vivante et efficace du vocabulaire latin. Il consiste en un fichier lexical thématique illustré.

Démarche pédagogique

Question à Nathalie Blanc

Pourquoi ces diaporamas de vocabulaire ?

Au cours des dernières années, mes pratiques pédagogiques liées à l'acquisition du lexique latin par les élèves m'ont conduite à cette réflexion :

- les activités qui entrainent l'acquisition du vocabulaire sont très ponctuelles, voire inexistantes (les manuels sont souvent pauvres dans ce domaine) ;

- les élèves sont le plus souvent soumis à l'apprentissage systématique de longues listes de vocabulaire qui ne font pas sens à leurs yeux : le vocabulaire est retenu pour l'interrogation, puis oublié, faute de réinvestissement ;

- le contact des élèves avec le vocabulaire est souvent réduit à la consultation de listes de vocabulaire ou d'un lexique austères, et donc peu efficaces en situation de mémorisation.

Dans ces conditions, l'apprentissage du vocabulaire par les élèves s'avère souvent stérile. C'est ce constat qui m'a donné l'envie de construire un outil pédagogique visant à l'acquisition vivante et efficace du vocabulaire latin. Le lexique iconographique veut renouer avec les enjeux de la mémorisation du vocabulaire : les élèves doivent apprendre du vocabulaire pour devenir des lecteurs efficaces. D'où la nécessité de fixer leurs acquisitions lexicales en les inscrivant dans un contexte historique, social et artistique susceptibles de générer du sens et de favoriser la manipulation et le réinvestissement.

Présentation du projet

Calqué sur le modèle des imagiers pour enfant, le lexique iconographique est un fichier de vocabulaire thématique illustré. Autant que possible, les illustrations contenues dans le fichier sont de source antique, qu'il s'agisse de fresques, de mosaïques, de statues, de bas-reliefs, d'architecture ou de numismatique.

a- Un lexique thématique

Le lexique iconographique contient l'ensemble des mots à acquérir au collège : il reprend intégralement la liste de mots proposée dans les documents d'accompagnement des Instructions Officielles (voir annexes). Certains mots ont été ajoutés, mais aucun n'a été retiré. Aucune classe grammaticale n'a été négligée.

Selon les I.O., la liste de mots proposée dans les documents d'accompagnement est « le fruit du croisement des thèmes au programme et des tables de fréquence ». Partant de là, il a été simple de classer les mots par champs lexicaux qui reprennent les thèmes du programme.

Pour le niveau cinquième par exemple, cinq thèmes lexicaux se dégagent clairement :

  • La guerre

  • Les mythes et l'histoire

  • La religion

  • Le temps qui passe

  • La vie quotidienne

Dans le lexique iconographique, chaque thème apparaît sous un onglet pour simplifier la manipulation du fichier. Chaque thème est représenté par un symbole et une couleur (revers numismatique colorisé sur Photoshop).

Au sein de chaque thème, plusieurs sous-thèmes sont proposés : par exemple, pour le thème de « La vie quotidienne » en cinquième, huit fiches sont proposées :

  • Les actions de la vie quotidienne (1 et 2)

  • Un bestiaire

  • La cuisine

  • L'expression du lieu

  • La maison

  • Les métiers

  • La ville 

Chaque fiche comprend entre quinze et vingt mots en rapport avec un thème donné. Dans la fiche, le mot est présenté (avec son illustration) au sein d'un ensemble lié au sens qui se rattache au thème de la séquence étudiée. Le vocabulaire n'est pas "suspendu dans le vide" mais rattaché à un thème et à des faits de civilisations que l'on a visités au préalable ou que l'on visitera a posteriori dans les textes.

Au sein des fiches, le vocabulaire est souvent classé par classes grammaticales, ce qui facilite encore la mémorisation. Par exemple, la fiche intitulée « Les actions de la vie quotidienne » comprend uniquement des verbes.

b- Un lexique iconographique

Chaque fiche consiste en une planche iconographique : les quinze à vingt mots du thème sont illustrés. Les illustrations sont de préférence des documents iconographiques antiques, ou, par défaut, des tableaux ou sculptures classiques qui représentent l'Antiquité romaine. Autant que possible, chaque planche iconographique est cohérente et se rattache à une technique artistique définie (fresque, mosaïque, statuaire...).

Les objectifs du lexique iconographique sont multiples et visent tous à fixer les acquisitions lexicales des élèves de façon agréable et efficace. Il s'agit de :

  • éveiller et développer la curiosité et l'intérêt des élèves pour l'apprentissage du vocabulaire : leur culture de l'image les rend réceptifs dès lors que l'image est présente ;

  • aider les élèves à la mémorisation du vocabulaire : le fait que les mots à apprendre soient illustrés par des documents de source antique inscrit le vocabulaire dans un contexte : les élèves comprennent que les mots sont l'expression d'une civilisation et de ses représentations particulières ;

  • baigner les élèves dans l'iconographie antique et nourrir leur imaginaire ;

  • amener les élèves à consulter un lexique avec plaisir.

Dans la mesure du possible, les illustrations proviennent des collections du Louvre. L'enseignant peut ainsi programmer une visite au Musée du Louvre pour aller « voir » les mots appris et renforcer encore l'apprentissage.

c- Un lexique alphabétique

A la fin du lexique iconographique, un lexique alphabétique français-latin et latin-français est proposé : il reprend tous les mots contenus dans le fichier et permet sa consultation en situation de lecture ou de traduction.

Exploitation pédagogique

L'acquisition du vocabulaire est forcément progressive et on doit en différencier les étapes : observer, identifier, mémoriser (connaissance passive puis active). Il ne s'agit pas de mener les trois étapes en une seule. Chaque fiche du livret est à exploiter en plusieurs temps : une fiche comprend deux pages.

a- La manipulation des mots à acquérir

La première page comprend deux parties : à gauche, en colonne, la liste des mots latins à acquérir classés par ordre alphabétique et à droite, en colonne, la traduction française des mots latins dans le désordre. Le premier exercice consiste à relier les mots latins à leur traduction française. Il s'agit d'un premier exercice de manipulation qui permet à l'élève une phase d'observation et d'identification :

  •  l'élève peut traduire aisément certains mots transparents ;
  • s'il observe le mot pour la première fois, il exécute l'exercice en travaillant sur l'étymologie du terme ; c'est l'occasion de se pencher sur les dérivés français ;
  • si l'élève identifie des mots qu'il a déjà rencontrés, il réactive ses connaissances ;
  • dans certains cas, l'élève peut avoir recours à la planche iconographique pour s'aider (voir par exemple la fiche « Alphabestiaire », utilisée en début de cinquième après la découverte de l'alphabet romain).

b- La mémorisation des mots à acquérir

Sur la deuxième page, l'élève trouve illustré chaque mot sur lequel il vient de travailler. Il complète la planche iconographique en associant chaque image à l'un des mots qu'il vient de manipuler. Il s'agit d'une phase de mémorisation.

A partir de là, le vocabulaire doit faire l'objet de réactivations régulières, car progressivement, l'élève doit prendre conscience de ses acquis et de sa capacité à les réinvestir dans la lecture des textes. On peut avoir révisé un champ lexical spécifique avant la lecture, ou le vocabulaire peut être étudié a posteriori, mais dans ce cas, il faut veiller à le réinvestir.

Le lexique constitue alors un outil précieux permettant la réactivation du vocabulaire par différentes pratiques pédagogiques :

  • il peut servir de support à l'acquisition d'un fait de langue tout en réactivant le vocabulaire (le "vocabulaire de la ville" peut donner lieu à une séance sur l'expression du lieu au cours de laquelle les élèves poseront des questions sur le lieu en latin pour réinvestir leurs acquisitions lexicales; on peut s'entraîner à la déclinaison à partir d'une planche iconographique nominale);
  • les planches iconographiques peuvent aussi constituer de bons supports à l'exercice de thème : pourquoi ne pas proposer aux élèves d'écrire à partir d'une image de la fiche en utilisant les mots du thème correspondant ?
  • sans nécessiter une leçon exhaustive, les fiches constituent un bon support pour aborder des questions de civilisation qui nécessitent parfois une bonne connaissance du vocabulaire latin pour être comprises (voir la fiche intitulée « La société romaine à la fin de la République ») ;
  • on peut également envisager de fréquenter les planches iconographiques (et par conséquent le vocabulaire) en initiant  les élèves aux techniques artistiques (le bas-relief pour la fiche « Les métiers »).

Le lexique iconographique  peut donc servir d'entrée, de support en soi, ou de base de prolongement pour une séance de réinvestissement. En tout cas, l'élève est amené à se référer souvent à son lexique, à le fréquenter et ainsi à fixer ses savoirs.