"Rentrée numérique" de J.-M. Blanquer à Ludovia 2018

Ludo

Le ministre a pris la parole mardi 21 août lors de l’université d’été LUDOVIA à Ax-les-Thermes (09) pour faire, selon ses propres termes, son « discours le plus important sur le numérique éducatif » afin de définir la nouvelle stratégie numérique.

Verbatim « Je n’oppose pas tradition et modernité. Je n’oppose pas les savoirs fondamentaux et les enjeux du numérique ». « Ce monde technologique peut être plus humain avec l’éducation ». « On se fixe deux enjeux essentiels : protection et ambitions ».

Photo-ministre Ludovia2018

Le numérique représente un levier de transformation puissant pour accompagner la politique ministérielle dans toutes ses dimensions : transformation pédagogique, avec le numérique au service des apprentissages et de leur évaluation, formation aux enjeux et aux métiers de demain, simplification des relations avec les usagers, modernisation du fonctionnement de l'État.

Placer les données scolaires au cœur de la stratégie numérique

Le ministère doit s'assurer que les flux de ces données scolaires respectent strictement la vie privée des élèves et de leur famille, des professeurs et des personnels administratifs. La conformité de tous les acteurs aux règles encadrant l'usage de ces données constitue l'une des conditions essentielles de la confiance qui doit prévaloir au sein de chaque communauté éducative.

Ce dispositif de garanties constitue le préalable indispensable au déploiement de nouvelles opportunités dans le domaine pédagogique à l'entrée de l'École dans l'ère du big data.

Le règlement général européen sur les données personnelles (RGPD) et la loi du 20 juin 2018 relative à la protection des données personnelles contribuent à créer ce cadre par un renforcement des droits des usagers concernant l'utilisation de leurs données personnelles.

La nomination d'un délégué à la protection des données (DPD) pour le ministère de l'Éducation nationale et pour le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, prévue par le RGPD, sera effective à la rentrée scolaire 2018 (ce sera Gilles Braun IGAENR). Le DPD national, placé auprès de la secrétaire générale, et les DPD académiques seront chargés de sensibiliser, d'informer et de conseiller les responsables des traitements, notamment les chefs d'établissements et les DASEN, mais aussi et plus largement de veiller au respect du cadre légal relatif aux données personnelles.

Par ailleurs, eu égard aux spécificités des données à caractère personnel recueillies dans le cadre scolaire, un code de conduite propre à l'Éducation nationale sera élaboré au dernier trimestre 2018. Ce code rassemblera tous les éléments qui s'imposent aux acteurs proposant des services et des ressources numériques aux écoles et établissements scolaires.

En outre, un comité d'éthique et d'expertise en matière de données numériques sera créé et placé auprès du ministre de l'Éducation nationale au cours du dernier trimestre 2018. Cette instance, composée de membres qualifiés, émettra des avis sur l'intérêt public de l'utilisation des données récoltées et traitées dans le cadre scolaire.

Enfin, un accent particulier sera mis sur les actions de formation et d'information des chefs d'établissement et des professeurs aux enjeux de l'utilisation des données scolaires numériques.

L‘ensemble des recherches et des expérimentations actuellement menées dans le secteur du numérique éducatif met en évidence les potentialités pédagogiques majeures offertes par le recueil et l'analyse des données scolaires :

  • au bénéfice de l'élève qui pourra à terme disposer d'un environnement personnalisé d'apprentissage ;
  • pour le professeur qui pourra réinvestir ce temps dans la différenciation pédagogique grâce à une connaissance des besoins spécifiques de chacun de ses élèves ;
  • pour les chercheurs en éducation qui comprendront mieux les interactions favorisant les apprentissages ;
  • pour le pilotage global du système éducatif avec l'utilisation statistique des données recueillies.

Enseigner au XXIe siècle avec le numérique

Toutes les innovations numériques au service de l'efficacité pédagogique doivent être exploitées :

  • l'intelligence artificielle (IA) pour aider les professeurs à recommander des contenus ou des ressources ou encore à apporter une assistance à l'évaluation et à la correction des travaux de leurs élèves ;
  • la réalité augmentée et la réalité virtuelle permettant aux élèves d'être en immersion dans des situations authentiques. Ce champ est particulièrement prometteur pour les voies professionnelles et technologiques ;
  • les technologies numériques dans l'apport de ressources éducatives adaptées et accessibles aux élèves en situation de handicap pour l’école inclusive.

De nouveaux outils vont être disponibles pour les professeurs et les élèves :                                              

  • Création d'un outil d'entraînement pour les apprentissages fondamentaux à l'école primaire. À l'initiative du conseil scientifique de l'éducation nationale, une expérimentation à grande échelle des outils numériques pour les apprentissages fondamentaux ainsi que de nouvelles approches de l'évaluation ont été lancées) ;
  • Lancement du partenariat d'innovation pour l'intelligence artificielle pour les apprentissages de français et de mathématiques de cycle 2 (Les premiers déploiements sont prévus pour 2020) ;
  • Mise en œuvre en octobre 2018 d'un outil numérique d'accompagnement du dispositif "Devoirs faits" par le CNED ;
  • Création d'un outil numérique d'accompagnement et d'entraînement en français et en mathématiques pour les élèves de 2de (pour la rentrée scolaire 2019) ;
  • Création d'une plateforme ETINCEL de ressources numériques éducatives dans le cadre du projet « École, Numérique, Industrie ».

Accompagner et renforcer le développement professionnel des professeurs

Le dispositif M@gistère, qui propose près de 400 parcours de formation et forme chaque année plus de 250 000 professeurs, offre désormais à tous les personnels de l'éducation nationale un très grand nombre de formations en inscription libre et en autonomie.

Le ministère expérimente par ailleurs un service numérique spécifique d'accompagnement des professeurs de classes dédoublées de CP et de CE1 en éducation prioritaire, de type "réseau social". Cet outil a pour objectif de valoriser les retours d'expérience et les échanges de pratiques entre professeurs concernés.

Le développement des compétences numériques des élèves, et plus largement l'utilisation des outils et ressources numériques dans tous les enseignements, exigent que les professeurs aient reçu une formation adéquate et plus spécifique dans ces domaines.

Le développement de "tiers-lieux" destinés à l'innovation pédagogique, largement ouverts à des acteurs d'horizons très divers (personnels de l'éducation nationale, tissu associatif, chercheurs, formateurs, entreprises, etc.), vise à faciliter l'émergence de solutions, notamment numériques, utiles aux professeurs.

Développer les compétences numériques des élèves

Les enseignements portant spécifiquement sur le numérique ou utilisant des ressources et outils numériques contribuent au développement chez les élèves de compétences clés de la société et du monde professionnel du XXIe siècle : la créativité, l'innovation, le travail en groupe, le travail en mode projet ou encore l'autonomie.

En classe de seconde, un enseignement obligatoire commun de "Sciences numériques et technologie" de 1 h 30 par semaine sera mis en œuvre dès la rentrée scolaire 2019.

En classes de première et terminale, un nouvel enseignement de spécialité "Numérique et sciences informatiques" pourra être choisi par les élèves de la voie générale, à raison de 4 h (première) puis de 6 h (terminale) par semaine.

L'apprentissage du code informatique dès l’école permet de découvrir et d'acquérir des modes de résolution de problèmes différents des approches scolaires classiques et favorise les nouvelles compétences du XXIe siècle.

Le nouveau cadre de référence des compétences numériques établit une progression des niveaux de maîtrise des compétences numériques, servira de cadre aux évaluations régulières des élèves, qu'il s'agisse de la scolarité obligatoire ou des nouvelles certifications réalisées via la plateforme Pix. La certification des élèves de la 3ème au lycée sera généralisée à la rentrée 2019 (projet de décret validé en CSE le 20 septembre 2018).

La création de campus numérique avec les collectivités qui le souhaitent.

Philippe Taillard | DAN

Ludovia

 

Sites de référence