Bandeau

Exemple de séquence pour une classe de 6e, traitant tous les aspects de l’obésité

mis à jour le 25/11/18

Proposition de Céline DOUGUET et Johanna SAMPEREZ
Académie de Paris - Juin 2018

Cadre théorique

Le schéma ci-dessous récapitule l’ensemble des dimensions pouvant être prises en compte afin de sensibiliser des élèves à l’obésité. Il a constitué notre point de départ à l’élaboration de la séquence (cliquer sur l'image pour l'agrandir).

Vue d'ensemble obésité Professeur

Schéma construit à l’aide de l’article de Jean-Marc LANGE et Patricia VICTOR, de l'IUFM de l'académie de Rouen, Didactique curriculaire et « éducation à... Ia santé, l'environnement et au développement durable » : quelles questions, quels repères ?

Accroche possible

Dans un premier temps (10 minutes), par groupe, les élèves notent les termes qu’ils associent à l’obésité.
L’objectif est double :

    • les faire réfléchir entre eux et d’amorcer une communication au sein du groupe qui vient de se constituer ;
    • faire émerger les premières problématiques et éventuellement les stéréotypes liés à l’obésité.

Dans un deuxième temps, les élèves visionnent une interview de Gabrielle Deydier (7 minutes) à l’occasion de la sortie de son livre « On ne naît pas grosse ». Cela permet d’évoquer des problématiques liées à l’obésité auxquelles une majorité d’élèves n’avait pas pensé. Cela permet également d’avoir un témoignage concret et réel des problèmes que rencontre cette femme (davantage de détails sont disponibles dans son livre).

Interview de Gabrielle Deydier : https://www.youtube.com/watch?v=nnrR7rUjEVk

Travail en ateliers

Les élèves travaillent sur un des aspects liés à l’obésité. Par rapport à la version de l’activité destinée au lycée, tous les aspects ne sont pas développés (notamment les dimensions socio-économique, socio-politique ou les notions scientifiquement trop compliquées).

Les thèmes choisis visent avant tout à permettre aux élèves de remettre en cause leurs préjugés ou stéréotypes éventuels. Ils favorisent des questionnements autour de la tolérance et du respect de tous.

→ Dépasser des clichés et des stéréotypes (D3).
→ Relier certaines règles et consignes aux connaissances (D4).

Les élèves sont amenés à lire et comprendre les documents, à discuter entre eux et avec le professeur et à résumer les notions abordées de façon à pouvoir les exposer à leurs camarades. Ainsi, les modalités de mise en oeuvre permettent aux élèves de travailler selon un mode collaboratif :
- au sein du groupe classe par la répartition des notions à exposer ;
- dans chacun des ateliers, ce qui explique une certaine ambition quant aux documents exploités (la classe a de sucroît un niveau de vocabulaire assez soutenu).

→ Mettre en oeuvre une démarche de compréhension et d’interprétation
d’un texte d’un document composite en prenant appui sur différents indices signifiants, en mettant ces indices en relation (D1).
→ Réaliser une courte présentation orale après avoir élaboré un support (papier, numérique, etc.) pour cette présentation (D1).
→ Respecter une organisation et un partage des tâches dans le cadre d’un travail de groupe (D2).

 Modalités  Durée  Productions attendues  Consigne
Travail de groupe
(5 groupes)
2h Un relevé des conceptions initiales des élèves sous la forme d’un schémaUne restitution orale par groupeUn schéma bilan des notions à retenir sur l’aspect traité (l’ensemble des schémas des groupes constituera un schéma-bilan construit collectivement au tableau). À l’aide des documents fournis, vous devez sensibiliser à l’oral vos camarades à l’obésité à partir de l’étude d’un des aspects de cette maladie. 

Supports :

Ensemble documentaire constitué de textes et de schémas différents pour chaque groupe d’élèves.

Les ensemble documentaires sont de difficultés variées.

Retour d'expérience

L’activité a été mise en place pour deux classes de 6e. Lors de cette activité, les élèves ont constitué eux-mêmes les groupes selon leurs affinités. Seul un groupe est composé d’une fille et de garçons, les autres groupes ne sont pas mixtes. Ils sont aussi très inégaux en termes de niveau scolaire et surtout de maturité.

Les conceptions initiales des élèves

Cette hétérogénéité se retrouve dans le relevé des conceptions initiales :
- certains schémas sont assez complets et traduisent la complexité de ce concept

6e-Production1

ou 6e-Production2

- d’autres n'abordent que certains aspects.
Par exemple, sur celui-ci, le nombre de « bulles » est assez important mais certains aspects ne sont pas du tout abordés et d’autres sont redondants.

6e-Production3

 

Sur les 10 groupes ayant participé : le problème de l’alimentation a été systématiquement évoqué sous les termes de « malnutrition », « malbouffe », « gras », « sucre » et « fastfood ».
Une grande majorité a évoqué le terme de « maladie » comme un élément associé à l’obésité.

Au contraire très peu d’élèves (un groupe par classe) évoque la « souffrance psychologique », le « harcèlement », la « discrimination » ou plus simplement les « insultes ». Il paraît donc important d’insister sur ces points qui dépassent aussi le cadre de l’obésité.
Seuls deux groupes ont noté des termes pouvant être considérés comme des préjugés liés à l’obésité comme « fainéants » ou « flemme ».
Un seul groupe a utilisé des termes péjoratifs comme « bouffe-tout ».

Le graphique ci-dessous permet de faire le compte des principaux termes utilisés par les élèves de 6e dans le cadre du relevé de leurs conceptions initiales autour du thème de l’obésité.

Obésité - Relevé des conceptions initiales de deux classes de 6e

Ajoutons, qu’oralement, les élèves posent beaucoup de questions sur ce qu’est l’obésité : « c’est à partir de 110 kg qu’on est obèse ? » ; « Je connais quelqu’un qui pèse 90 kg, est-ce qu’il est obèse ? ».

De plus, les élèves de 6e évoquent souvent leurs propres cas : « Moi je pèse 54 kg alors je suis obèse » ; « En primaire mes copines disaient que j’étais obèse » ; « A côté d’elle, moi je suis obèse ».

Tout en ayant probablement conscience que le terme d’obésité est inapproprié (aucun de ces élèves n’étant réellement obèse), le mot fait partie de leur langage courant.

Il apparaît donc nécessaire de définir clairement ce qu’est l’obésité.

Retour sur les exposés oraux des élèves

Les élèves semblent avoir beaucoup apprécié l’activité : tous les élèves ont été actifs et beaucoup de discussions ont été engagées autour du thème de l’obésité et du surpoids. Cependant, le cadre strict de l’obésité a vite été dépassé au cours de la préparation des exposés. Les élèves se sont beaucoup intéressés au calcul de l’IMC, aux problèmes de poids, à la boulimie, à l’anorexie, au mannequinat mais aussi au harcèlement, à la stigmatisation…

Comme pour les représentations initiales, le niveau des exposés et la subtilité avec laquelle les élèves peuvent évoquer les différents domaines en lien avec l’obésité dépendent grandement de leur maturité. Une majorité de filles et quelques garçons ont semblé déjà très sensibilisés au problème de l’obésité et ont montré une grande ouverture d’esprit à ce sujet.

Bilan élaboré collectivement

Chaque groupe devait collaborer à l'élaboration d'un schéma bilan, au tableau. Les groupes devaient proposer un mot qui devaient représenter le mieux l’aspect sur lequel ils avaient travaillé. Le schéma ci-dessous présente les cinq termes retenus par les groupes d’une classe.

Production finale1

Puis chaque groupe devait ajouter quelques « bulles » se rattachant au terme principal. Le schéma ci-dessous présente un exemple de travail complet par une classe (les différentes couleurs correspondent aux différents groupes et permettent simplement une meilleure lisibilité).
Certains termes ont été ajoutés après, en discutant des différents problèmes abordés dans l’interview de l’introduction (comme : « villes peu adaptées », « travail ») ou à partir des connaissances des élèves (comme le terme de « diabète »).

Production finale2

 

À la fin de la séance, les groupes ont pu comparer le travail de la classe avec leur travail de groupe et ainsi se rendre compte que l’obésité est un problème complexe qui ne peut se résumer uniquement par un problème d’alimentation.