Bandeau

Colloques - « Traités de Paix » et «  Femmes de guerre »

mis à jour le 16/03/19

Les traités de paix (1918-1923) : la paix les uns contre les autres


Colloque international réalisé par la Maison de l'Europe en partenariat avec le musée de l'Armée

Logo Maison de l'Europe
Jeudi 21 mars - Maison de l’Europe, 29 avenue de Villiers, Paris 17e

      • 9h : accueil des participants
      • 9h15 : ouverture du colloque par Catherine LALUMIÈRE – Présidente de la MAISON DE L’EUROPE
      • 9h30 : introduction scientifique par Isabelle DAVION – SORBONNE UNIVERSITÉ et Stanislas JEANNESSON – UNIVERSITÉ DE NANTES
      • 9h45 : conférence par Henry LAURENS – COLLÈGE DE FRANCE : « Du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes au statut des minorités : comment passer de l’Europe centrale au Proche-Orient » / « From nationalities to minorities, from Central Europe to Middle East »
      • 10h30 : débats
      • 10h45 : pause


Panel 1 : Les cercles de la révolution russe : traités et frontières

      • 11h : Ozan ARSLAN – IZMIR UNIVERSITY OF ECONOMICS : « Fading Inter-Allied Solidarity over “Legitimate Frontiers” in Imperial Borderlands: The Ottoman – German – Austro-Hungarian Disagreements over the Brest-Litovsk Borders with Russia »
      • 11h20 : John STEINBERG – AUSTIN PEAY STATE UNIVERSITY : « Peacemaking in the East was not Peacemaking at All:  From Brest-Litovsk to Riga and Beyond, 1918-1924 »
      • 11h40 : Claudiu TOPOR – ALEXANDRU IOAN CUZA UNIVERSITY IAŞI : « Imperial Germany and the “guarantee” of a lasting peace in South-East Europe : The Bucharest negotiations (February-May 1918) »
      • 12h-12h30 : débats


Panel 2 : La fabrique des traités : le rôle des diplomates et des experts

      • 14h : Nicolas GINSBURGER – UMR GÉOGRAPHIE-CITÉS : « De l’expertise à la géopolitique : les traités de paix au prisme de l’internationale géographique (1918-1939) »
      • 14h20 : Leonard SMITH – OBERLIN COLLEGE : « Agents et structures dans le système international »
      • 14h40 : Vincent LANIOL – UMR SIRICE: « Les diplomates et les opinions publiques à la Conférence de la Paix de 1919 : acteurs, manipulateurs ou prisonniers ? »
      • 15h : débats
      • 15h30 : pause


Panel 3 : Puissances et nouveau système international

      • 15h45 : Julie D’ANDURAIN – UNIVERSITÉ DE LORRAINE : « Un traité de paix nul et non avenu. Le traité de Sèvres ou l’ouverture de deux nouveaux fronts de guerre »
      • 16h05 : Elli LEMONIDOU – UNIVERSITÉ DE PATRAS : « Les aspirations grecques dans les négociations de paix et la réalité complexe des traités »
      • 16h20 : Laura PETTINAROLI – INSTITUT CATHOLIQUE DE PARIS : « Le Saint-Siège entre critique des traités de paix et assimilation des valeurs de la nouvelle diplomatie (1918-1923) »
      • 16h40 : Pierre VERMEREN – PARIS I PANTHÉON SORBONNE : « Face au wilsonisme : l’Afrique du nord entre espérances égalitaires et retour à l’ordre colonial »
      • 17h -17h30 : débats


Réservation obligatoire : www.paris-europe.eu



Vendredi 22 mars - Auditorium Austerlitz du musée de l’Armée, 129 rue de Grenelle, Paris 7e

      • 9h15 : accueil des participants
      • 9h30 : ouverture de la journée par François LAGRANGE – DIVISION DE LA RECHERCHE HISTORIQUE DU MUSÉE DE L’ARMÉE : « Les traités d’une exposition »
      • 10h : conférence par Georges-Henri SOUTOU – INSTITUT DE FRANCE : « Une Paix assise entre deux chaises » / « A Peacework Straddling Two Kinds of Diplomacy »
      • 10h30 : débats
      • 10h45 : pause


Panel 4 : Les traités et le droit

      • 11h : Pierre-Olivier DE BROUX – UNIVERSITÉ SAINT LOUIS - BRUXELLES : « Les traités de paix de 1919 et la naissance du droit international des droits de l’homme »
      • 11h20 : Martin VALKOV – UNIVERSITÉ DE SOFIA ST KLIMENT OHRIDSKI : « Peace Settlements and Prosecution of War Crimes: the Treaty of Neuilly and the War Crimes Trials in Bulgaria after the First World War »
      • 11h40 : Anne-Sophie NARDELLI-MALGRAND – UNIVERSITÉ SAVOIE MONT-BLANC : « Le défi du Burgenland : pacification et révision des traités (1920-1922) »
      • 12h-12h30 : débats


Panel 5 : Peuples et minorités face aux traités

      • 14h : Renaud DORLHIAC – EHESS PARIS : « Et s’il y avait pire que la guerre : chronique épirote (1918-1923) »
      • 14h20 : Claire LE BRAS – UNIVERSITÉ DE NANTES : « L’Italie et la paix avec la Turquie (1918-1923) »
      • 14h40 : Joshua LEUNG – CENTRE D’HISTOIRE DE SCIENCES PO : « Les Juifs et le "Petit Versailles" : intérêts et influences dans la diplomatie des grandes puissances »
      • 15h : débats
      • 15h30 : pause


Panel 6 : Perception et mise en œuvre des traités

      • 15h45 : Ross KENNEDY – ILLINOIS STATE UNIVERSITY : « "The Greatest Hypocrite in History”: Woodrow Wilson, U.S. Policy toward German Democracy, and the De-legitimation of the Versailles Treaty »
      • 16h05 : Balázs ABLONCZY – ACADÉMIE HONGROISE DES SCIENCES : « Légendes sur Trianon : la société hongroise entre acceptation et théorie du complot »
      • 16h25 : Florin TURCANU – UNIVERSITÉ DE BUCAREST: « Une "frontière des intellectuels" : les confins orientaux de la Roumanie de 1918 à 1944 »
      • 16h45-17h15 : débats


Réservation obligatoire : histoire@musee-armee.fr

 

Traité de Versailles wikimédiaSignature du traité de Versailles - 28 juin 1919 (wikimedia commons)


Samedi 23 mars - Maison de l’Europe, 29 avenue de Villiers, Paris 17e

      • 9h00 : accueil des participants
      • 9h15 : conférence par Robert FRANK – PARIS I PANTHÉON SORBONNE : « Émotions et incompréhensions franco-allemandes (1918-1923) : une difficile sortie de haines » / « Emotions and the deep Franco-German Misunderstanding (1918-1923) : a difficult way out of hatred »
      • 10h : débats
      • 10h15 : pause


Panel 7 : Reconstruire les communications

      • 10h30 : Julien GUESLIN – LA CONTEMPORAINE PARIS-NANTERRE : « La liberté du transit, un principe renforçant ou menaçant la construction d’un nouvel ordre européen ? L’exemple des nations baltes et de l’accès russe et polonais à la mer (1918-1924) »
      • 10h50 : Nicola JAHN – UNIVERSITÉ DE HAMBOURG : « From Versailles to Washington to the Bottom of the Sea. The Fate of the German-Dutch Cable after World War I »
      • 11h10 : Peter SVIK – UNIVERSITÉ DE VIENNE : « A failed attempt at trans-nationalism in the sky: the 1919 Paris Convention on Aerial Navigation »
      • 11h30 : débats



Femmes de guerre

Colloque international de la Société Internationale des Femmes d’Ancien Régime (SIÉFAR) en partenariat avec le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREC) le CELLF (Sorbonne université), le CRLC (Sorbonne université), le CEREDI (Université de Rouen), Paris-Columbia Global Centers-Columbia university et la Société d’Etude du XVIIe siècle et le musée de l’Armée

"Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au xxe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d'étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d'une aversion et d'une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l'attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l'incapacité militaire supposée des femmes d'une part et, d'autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l'armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale1, les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992...), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s'atténuer puisque, dans un nombre croissant d'armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd'hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat."
Agnès Cousson

Logo SIEFAR


Journée 1 - vendredi 29 mars 2019- Auditorium Austerlitz du musée de l'Armée

      • 9h00 : ouverture du colloque
      • 9h15 : allocution de Nathalie Grande, présidente de la Siéfar


Représentations légendaires de la femme de guerre

      • 9h30-9h50 Caroline Fischer (université de Pau et des Pays de l'Adour) : Autour de Sémiramis
      • 9h50-10h10 Catherine Pascal (université Paul Valéry, Montpellier 3) ‘‘Des aigles toujours généreuses et toujours hardies’’ : les femmes de guerre dans La Galerie des femmes fortes du père Le Moyne
      • 10h10-10h30 Sophie Narowcki (responsable du fond d’estampes de la Bibliothèque de l’Arsenal et du service communication et conservation) : « Un cabinet de femmes fortes à l’Arsenal pour Marie de Cossé-Brissac, épouse du grand maître de l’Artillerie, Charles de La Porte, duc de La Meilleraye »
      • Discussion
      • 11h-11h20 Françoise Douay (université Paris 3) : Faits mémorables et vertus patriotiques de quelques femmes de guerre d’après La morale en action des pères Béranger et Guibaud
      • 11h20-11h40 Perry Gethner (université d’Oklahoma) : Les guerrière au théâtre. Dramaturges masculins et féminins


Figures féminines et vertus guerrières

      • 14h30-14h50 Véronique Garrigues (université de Toulouse Jean Jaurès) : Femmes fortes, capitainesses et amazones : la violence armée des femmes au XVIe-XVIIe siècle en Europe
      • 14h50-15h10 Emmanuèle Lesne-Jaffro (université Clermont Auvergne) : L’image de la femme de guerre dans les Mémoires de l’âge classique
      • 15h10-15h30 Debora Sicco (université de Turin) : La représentation des guerrières dans l’œuvre de Voltaire
      • Discussion
      • 16h-16h30 Émilie Robbe (conservatrice du Département moderne du musée de l’Armée) : Guerrière ou soldat ? – les femmes sous l’uniforme dans les collections muséales

Réservation obligatoire : histoire@musee-armee.fr (à partir de votre messagerie)

 

Journée 2 - samedi 30 mars - Site de Reid Hall, grande salle, 4, rue de Chevreuse dans le 6ᵉ arrondissement de Paris qui héberge notamment le campus parisien de l'université Columbia.

Femmes de pouvoir, cheffes de guerre

      • 9h-9h20 Valérie Auclair  (université Paris-Est-Marne-la-Vallée) : Catherine de Médicis reine de guerre dans L’Histoire de la royne Arthemise
      • 9h20-9h40 Fanny Giraudier (université Lyon 2) : Une femme en guerre, Charlotte Brabantine de Nassau et le parti protestant pendant les dernières guerres de religion
      • Discussion
      • 10h-10h20 Amélie Balayre (université d’Artois) : Une reine peut-elle diriger une guerre ? La réception de l’invincible armada et le pouvoir féminin d’Élizabeth dans les relations diplomatiques franco-anglaises (1588-1603)
      • 10h20-10h40 David Salomoni (università degli Studi Roma 3) : Caterina Sforza. L'éducation d'une femme guerrière du XVIe siècle
      • 10h40-11h Ekaterina Bulgakova (université d’État de Moscou Lomonossov ; Sorbonne Université) : Entre un manifeste politique et un jeu galant. L’image des femmes guerrières à la cour de Russie au XVIIIe siècle
         
         
         
         
        Catherine-de-medicis wikimédia Catherine de Médicis (Wikimedia Commons)


La femme de guerre : entre sources et représentation

      • 15h30-15h50 Benoît Grenier (Université de Sherbrooke) : Des seigneuresses au combat ? Entre le mythe et l’action
      • 15h50-16h10 Claude Weber : « Les enjeux actuels des femmes en opération »
      • Discussion
      • 16h10-16h30 Conclusion du colloque par Agnès Cousson