De Montparnasse à Denfert: un musée repensé

visuel© Ch. Batard, Agence Artene

Le musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin inaugure son nouveau site de Denfert Rochereau le 25 août 2019 au moment des commémorations du 75e anniversaire de la Libération de Paris.

Musée de la Libération de Paris LOGO

Le musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin inaugure son nouveau site de Denfert Rochereau le 25 août 2019 au moment des commémorations du 75e anniversaire de la Libération de Paris.

Le musée avait été créé en 1994 à la suite d’un legs d’Antoinette Sasse, amie proche de Jean Moulin, ainsi que d’une donation de la Fondation du Maréchal Leclerc de Hauteclocque. Le nouveau bâtiment de Denfert Rochereau a été construit et aménagé autour d’un ancien pavillon d’octroi dessiné par l’architecte Nicolas Ledoux au XVIIIe siècle. Il se trouve au-dessus d’un abri de la Défense passive aménagé dans les années 1930, qui a servi de quartier général au colonel Rol Tanguy, chef des FFI de la région parisienne au moment des combats de la Libération. Cet abri est également ouvert à la visite.

Le parcours ainsi que la muséographie ont été entièrement repensés. Ils s’organisentde manière chronologique autour des deux figures du général Leclerc et de Jean Moulin, ainsi que de l’histoire de Paris et des Parisiens pendant la guerre. Les élèves découvriront comment deux Français, le capitaine Philippe de Hauteclocque et le préfet Jean Moulin, de milieux et de personnalités radicalement différents, ont fait le choix d’un engagement sans retour dans les circonstances particulières de la défaite et de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement collaborateur.

De Londres à Berchtesgaden, en passant par le Cameroun, les combats dans le désert Libyen et ceux de la Libération de Paris, le personnage du général Leclerc permet de mieux comprendre l’engagement des hommes et des femmes de la France libre. A travers Jean Moulin, préfet humaniste et ardent  républicain, amoureux des arts et grand résistant, c’est tout un portrait de la Résistance intérieure qui se dévoile.

Le parcours aborde également l’histoire particulière de Paris et de ses habitants pendant la guerre, du choc de l’occupation aux journées de la Libération au mois d’août 1944.Envahie par les troupes allemandes le 14 juin 1940, Paris concentre les enjeux propres à la Seconde Guerre mondiale. Les élèves découvrent quelles ont été les transformations de la ville,  comment Paris et les parisiens se sont inscrits dans le second conflit mondial.

Une première exposition temporaire consacrée à l’exode du printemps 1940 sera organisée au mois de mars 2020.

L’offre à destination du public scolaire comprend des visites guidées et en autonomie, des ateliers ainsi que des séances de musées hors les murs. Elle s’adresse à tous les élèves depuis la classe de CM2 jusqu’au lycée.Le musée propose également un accompagnement des classes souhaitant participer au Concours national de la Résistance et de la Déportation dont le thème annuel est «  1940, entrer en résistance, comprendre, refuser, résister ».

Cette offre est consultable en ligne sur le site internet du musée, avec une possibilité de réservation dès les premières semaines du mois de septembre 2019 :museeliberation-leclerc-moulin.paris.fr (actif à partir du 25 juillet 2019).

Yann Simon,
Professeur relais au musée de la Libération de Paris-musée du général Leclerc-musée Jean Moulin.

© Ch. Batard, Agence ArteneVue du square Nicolas Ledoux sur le musée de la Libération de Paris -musée du général Leclerc - musée Jean Moulin
© Ch. Batard, Agence Artene

Verrière de l’atrium « Paris Libéré » © Pierre Antoine
Verrière de l’atrium « Paris Libéré » © Pierre Antoine

Perspective scénographique © Agence Klapisch-Klaisse

Perspective scénographique © Agence Klapisch-Klaisse