Bandeau

Ressources handicap

Ressources pour la scolarisation des élèves en situation de handicap ou rencontrant des troubles des apprentissages

Accompagner et intégrer à l’école les élèves qui sont en situation de handicap (sensoriels, moteurs), présentent des troubles des apprentissage, des troubles du langage écrit ou oral est inscrit dans la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Ces élèves peuvent être scolarisés dans des établissements, structures ou dispositifs spécifiques (SEGPA, ULIS, EREA, établissements médico-sociaux). Nombreux sont ceux qui sont intégrés sur tout ou partie de leur emploi du temps dans les classes ordinaires.

Les Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap (AESH) interviennent auprès d’élèves pour lesquels  la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) a estimé le besoin d'une aide humaine.

Leurs interventions ont vocation à favoriser l’autonomie de l’élève, sans se substituer à lui, et à contribuer à l’adaptation de la situation d’apprentissage en lien avec l’enseignant. En fonction des difficultés de l’élève, l’AESH pourra, par exemple, préparer le matériel, répéter, reformuler, aider à la compréhension de consignes, reprendre des explications ou encore encourager et aider l’élève à se concentrer. Son intervention auprès de l’élève en situation de handicap est organisée par l’enseignant en lien avec les recommandations du projet personnalisé de scolarisation (PPS). Des temps d’échanges doivent avoir lieu régulièrement afin d’établir une cohérence et un suivi dans la prise en charge des élèves.  L’AESH peut, par exemple, être amené à modifier les supports manuellement ou à l’aide d’outils informatiques, à adapter la quantité d’exercices selon la fatigabilité en concertation avec l’enseignant.

Il n’y a pas d’approche univoque pour aider les élèves. Dans tous les cas, il est indispensable de suivre les recommandations du programme personnalisé de scolarisation (PPS), du plan d'accompagnement personnalisé (PAP), du projet d'accueil individualisé (PAI), ou du programme personnalisé de réussite éducative (PPRE), et d’échanger avec la famille et l’équipe éducative pour envisager des réponses pédagogiques adaptées à chacun des élèves concernés. Pour en savoir plus sur les différents programmes et projets, voir le schéma au milieu de la page dédiée sur Eduscol.

Quelques conseils pour la classe

Présentation des documents (selon les besoins de l’élève) :

-          adopter une police sans empâtement (Arial, Tahoma) et une taille accessible au plus grand nombre (12 minimum),

-          éviter les italiques,

-          adopter un interligne suffisant,

-          aérer la disposition des documents et/ou activités sur la page, et préférer des présentations sobres,

-          veiller à la qualité visuelle des documents reprographiés,

-          utiliser des couleurs des surlignages pour faciliter les repérages et associations ou différencier les diphtongues, les voyelles, les verbes, les lignes, etc.,

-          éviter de justifier les textes,

-          varier la disposition des exercices (horizontalement ou verticalement pour un exercice de type QCM, par exemple),

-          indiquer les numéros de lignes de chaque côté du texte,

-          indiquer clairement l’emplacement d’un élément manquant dans un exercice lacunaire (éviter les pointillés).

Des recommandations précises pour faciliter la lecture des élèves dyslexiques ont été rassemblées par la British Dyslexia Association.

 

Mise en œuvre du cours :

- s’assurer d’une pratique et d’une reprise orales avant le passage à l’écrit (troubles de type DYS) ou à l’inverse fournir des aides écrites, le script, selon la nature des difficultés,

- utiliser des aides visuelles (fixes ou vidéo) et des étayages de nature variée (écrits, oraux, par mots clés, …), associant le geste, le mime, le ton, l’image et le son,

- veiller à la reprise orale en suivant un modèle (attention particulière portée aux phonèmes, répétitions rythmées, tenant compte de la prosodie spécifique de la phrase anglaise),

- limiter le nombre de consignes,

- séquentialiser les tâches en sous-étapes abordables,

- faciliter l’accès et l’utilisation d’outils informatiques en classe,

- proposer les documents et les traces écrites saisies et/ou enregistrées sur le réseau de l’établissement,

- veiller à l’organisation spatiale et garantir une bonne visibilité du tableau,

- apporter des outils qui aide à organiser et structurer les tâches d’expression (toutes sortes de graphic organizers, story maps).

 

Evaluation :

- évaluer à l’oral ou sur enregistrement,

- s’adapter à la situation des chacun. Certains élèves peuvent avoir des problèmes de santé, permanents ou temporaires, qui nécessitent d’adapter les attentes, de limiter la charge de travail, d’accorder un tiers temps lors des examens ou des tests en classe. Dans ce dernier cas, la longueur du test peut être réduite, les tâches et exercices étant limités à la vérification de l’essentiel, ce qui peut largement suffire pour estimer un niveau de compétences.

 

Toutes choses pouvant être utiles à tous les élèves au demeurant.

Des ressources générales ou disciplinaires disponibles en ligne permettent de mieux connaître la nature des difficultés rencontrées par les élèves et proposent aux enseignants des aménagements pédagogiques qui facilitent l’accessibilité des supports et des activités. En voici une sélection :

Mieux connaître les mécanismes qui sous-tendent les troubles des apprentissages

Pour une première approche de ce que sont les troubles des apprentissages, l’INSERM propose des explications claires sur leurs mécanismes.

Sur le site de l’académie de Paris, présentations brèves des troubles du langage écrit et du langage oral par deux orthophonistes dans la colonne de droite sur la page académique sur les accompagnants des élèves en situation de handicap (2 diaporamas dans la rubrique téléchargement).

L'INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés) remplit des missions de formation, recherche et de diffusion de ressources. Son site fournit de nombreuses pistes, ressources, bibliographies. Présentation de plusieurs troubles : dysphasies, synthèse de travaux de l'INSERM sur la dyspraxie et recommandations, dyslexies, troubles spécifiques et durables du développement des processus attentionnels et des fonctions exécutives (TDAH).

Ressources pédagogiques

EDUSCOL
  • Plusieurs guides à destination des enseignants accueillant :

-     des élèves sourds ou malentendants,

-     des élèves autistes ou présentant des troubles envahissants du développement,

-     des élèves présentant une déficience motrice,

-     des élèves présentant une déficience visuelle.

  • Des séquences ou scénarios pédagogiques adaptées dans 7 disciplines dont l’anglais.

-     Exemple de séquence d’anglais en 6e

-     Exemple de séquence d’anglais en 3e

Page d’accueil des ressources disciplinaires dont celles d’anglais.

  • Trois publications de 2012 présentent les caractéristiques du trouble de l’élève, ses besoins et les adaptations pédagogiques à mettre en œuvre en classe ou dans le cadre de l’accompagnement personnalisé :

-     les troubles des apprentissages (TSA)

-     les troubles envahissants du développement (TED) ou les troubles relevant de l’autisme ;

-     les troubles des conduites et des comportements (TCC).

 Cap Ecole Inclusive

« Cap école inclusive » est un site dédié, hébergé par le réseau Canopé. Il propose des fiches pour comprendre le handicap, des grilles d’observation des besoins des élèves adossées au Socle, apporte des propositions d’aménagement, etc…. Il faut créer un compte avec son adresse académique pour pouvoir accéder aux ressources. Présentation de la plateforme Cap école inclusive sur EDUSCOL.

Ressources spécifiques pour l’intégration des élèves DYS

L’apprentissage de l’anglais pose des difficultés spécifiques aux élèves dyslexiques, notamment en raison de la complexité à établir la correspondance entre graphème et phonème, ce qui perturbe la perception, la reconnaissance des mots écrits et leur écriture. Il est important de faire repérer les régularités de la langue orale et le lien entre graphie et phonie (par exemple les modifications de la prononciation de la voyelle suite à l’ajout d’un « e » final, tel que dans cut/cute, mad/made, …).

-     L'INSHEA a formulé des recommandations d'aménagement : dyspraxie, dysphasies, dyslexies, et TDHA

-     L’association internationale sur la dyslexie propose également des explications sur les implications en classe et les moyens de faciliter l’intégration des élèves dyslexiques Dyslexia in the Classroom: What Every Teacher Needs to Know.

-     Le site  TOUS A L'ECOLE recense des ressources destinées à tous les acteurs de la scolarisation d’élèves présentant des troubles de santé. A consulter notamment des pistes concrètes pour mettre en œuvre des aménagements susceptibles d’aider les élèves souffrant de troubles du langage oral.

-     L’association britannique The British Dyslexia Association présente dans plusieurs vidéos les profils variés des élèves dyslexiques et différentes approches pour répondre à leurs besoins (par exemple, présentation d’un cours d’anglais GCSE English).

-     Le site académique de Poitiers a publié un article intitulé "Dyslexie et apprentissage de l’anglais" rédigé par Natacha GOUSSERAEY-BENARD, professeure d'anglais, titulaire du 2CA-SH.

-     Ouvrages à consulter :

Michèle MAZEAU, Claire LE LOSTEC, L’enfant dyspraxique et les apprentissages, Editions Elsevier Masson, ISBN : 978-2-294-71022-3

Intérêts : études de cas, exemples commentés de logiciels

Docteur Alain POUHET, S’adapter en classe à tous les élèves dys, Édition CRDP de Poitou-Charentes. https://sites.google.com/site/dralainpouhet/les-dys-troubles-specifiques

Autres ressources

L’académie de Grenoble propose des explications et pistes pédagogiques sur plusieurs troubles des apprentissages et l’intégration d’élèves en situation de handicap.

-  Activités pour les élèves de SEGPA sur le site de l’académie de Limoges.

-   Le site américain Reading Rockets propose notamment 10 conseils pratiques pour aider et impliquer les élèves autistes.

  Outils numériques

-  Utilisation du « text to speech ». Les logiciels de traitement de texte récents permettent de lire à haute voix les textes fournis par le professeur ou créés par les élèves. Cela peut constituer une aide, pour tous les élèves, qu’ils présentent ou non des troubles du langage écrit.

L’écoute du texte que l’on a rédigé peut par exemple aider à repérer des erreurs (mots oubliés, erreurs grammaticales, phrases trop longues, …) de manière plus fiable que lorsque l’on relit soi-même à haute voix, lors d’un processus d’auto- ou d’inter-correction / évaluation.

Un plugin de lecture peut être téléchargé pour les versions plus anciennes du logiciel Word.

Utilisation du Text-to-speech du point de vue de l’élève proposée par une association canadienne (Ontario) TA@l’école/LDs@school : « When I use Text-to-Speech » / « Quand j’utilise la rétroaction vocale »

-  Utilisation du « speech-to-text (dictation) ».

-  La police de caractère opendyslexic dont la forme, épaissie par endroit, peut faciliter la lecture des dyslexiques, est disponible gratuitement.

Accessi Dys, est une plateforme et une application qui adaptent l’affichage de pages Web ou de documents (taille, couleurs, police, titres). Il comprend un large choix de paramètres d’affichage adaptés aux besoins individuels de chaque lecteur. La plateforme sait également lire les pages Web à haute voix.

- L’association britannique The British Dyslexia Association présente dans une vidéo de 6 minutes intitulée The appropriate use of IT plusieurs usages du numérique dans et hors la classe.

  LE CAPPEI

Les professeurs du secondaire qui souhaitent se former de manière poussée à l’intégration des élèves porteurs d’un handicap peuvent préparer et présenter l’examen du CAPPEI (qui a remplacé le 2 CA-SH). Une année de formation au cours de laquelle le professeur prend en charge des élèves dans une structure spécifique est nécessaire pour préparer l’examen. Les enseignants intéressés doivent faire acte de candidature par voie hiérarchique auprès du recteur de l’académie.

Voir le BO n°7 du 16-2-2017

PREPARATION DU CAPPEI

Le Plan Académique de Formation  (PAF) propose une formation à la préparation au CAPPEI :

Il s’agit d’une formation professionnelle spécialisée dispensée dans un centre de formation académique, organisée de manière coordonnée avec l'exercice du candidat sur un poste spécialisé. C'est donc une formation en alternance qui s'articule autour :

  • d'un tronc commun non fractionnable de 144 heures comportant 6 modules obligatoires ;
  • de deux modules d'approfondissement d'une durée totale de 104 heures ;
  • d'un module de professionnalisation dans l'emploi d'une durée totale de 52 heures.
  • Formation proposée par l’INSHEA, établissement public national d’enseignement supérieur et de recherche : http://www.inshea.fr/content/cappei

 Formations en ligne

Ateliers GIPTIC
  • Travailler avec les ceintures en classe de FLS/langues vivantes
Ma cl@sse ouverte
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A
À voir
FAQ et Glossaire