Bandeau

Les enfants de Terezín et le monstre à moustache

Vignette le monstre

Le documentaire LES ENFANTS DE TEREZÍN ET LE MONSTRE À MOUSTACHE d'Henriette Chardak, produit par Artisans du Film a été diffusé sur France 5 dans "La Case du siècle" en 2019. Il est mis à disposition des enseignants de l'académie de Paris pour une utilisation en classe. Il est accompagné d'une proposition pédagogique réalisée par Marie Cuirot, professeur d’histoire géographie et histoire des arts, lycée Jules Ferry à  Paris. Cette activité pédagogique et son corrigé ont très largement été inspirés par la table ronde animée par Claude Singer le 27 janvier 2021 en Sorbonne suite à la projection du film d’Henriette Chardak.

À Terézin, de nombreux enfants ont chanté pour les cadres nazis et la Croix-Rouge. Ils furent utilisés comme outils de propagande, entre 1943 et 1944, pour faire croire au monde qu’Hitler avait offert un « paradis » aux Juifs… Seulement une centaine d’êtres innocents sur les 15 000 passés par ce camp de transit ont survécu.

Ela Stein Weissberger, déportée à 11 ans, est l’une des rares rescapées. Dans l’opéra Brundibár de Hans Krása joué dans le camp, elle tenait le rôle du Chat, l’animal rebelle qui s’attaque au monstre à moustache, avec l’espoir de gagner la guerre ! Son témoignage poignant redonne la parole à ces enfants courageux et pleins d’espoir qui ont laissé 4 500 dessins, journaux et poèmes à Terezín. Elle revient sur sa propre histoire familiale, son cheminement à la recherche d’Ela, ses anecdotes de tournage et se fait la porte-parole de tous les enfants visés par la haine.

Accès réservé aux professeurs de l'académie de Paris (avec identifiant et mot de passe académiques)

image 

 

Les liens avec les programmes scolaires

 

Histoire

HGGSP

Troisième, 

Cycle 4

Démarches et contenus d’enseignement

Violence de masse et anéantissement caractérisent la Deuxième Guerre mondiale, conflit aux dimensions planétaires. Les génocides des Juifs et des Tziganes ainsi que la persécution d’autres minorités sont étudiés.

 

Terminale technologique

Mettre en évidence les caractéristiques des régimes totalitaires et leurs effets ainsi que l’étendue et la violence du conflit mondial, à analyser le processus menant au génocide des Juifs d’Europe et à comprendre, pour la France, toutes les conséquences de la défaite de 1940.

On peut mettre en avant : les crimes de guerre, violences et crimes de masse, les génocides des Juifs et des Tsiganes. Un sujet d’étude (...)
- La Guerre d’anéantissement à l’Est et le génocide des Juifs. Ce sujet d’étude montre comment l’évolution de la guerre à l’Est accélère la mise en œuvre du génocide des Juifs et en modifie les formes.

 

Terminale générale

Montrer le processus menant au génocide des Juifs d’Europe, et à comprendre,  pour la France, toutes les conséquences de la défaite de 1940. On peut mettre en avant :

-crimes de guerre, violences et crimes de masse, Shoah, génocide des  Tsiganes;

Lieux de mémoire du génocide des Juifs et des Tsiganes.

 

 

Questionnaire sur le documentaire Les enfants de Terezín et le monstre à moustache d’Henriette Chardak

 Fichier Microsoft Word  Questionnaire élève

0-8’40 : l’enfance d’Ela avant sa déportation

Qui est Ela Stein-Weissberger, la protagoniste du documentaire ?

Ela Stein-Weissberger est née en Tchécoslocaquie et a été déportée à Terezín de 11 à 15 ans. Elle a joué le petit chat dans l’opéra Brundibar lors de 55 représentations.

Où et quand est-elle née ?

Ela est née dans les Sudètes, en Tchécoslovaquie, le 30 juin 1930.

Qu’arrive-t-il à son père quand Ela a 10 ans ?

Ela est issue d’une famille juive non pratiquante. Son père, ouvertement anti nazi, est arrêté en 1940, déporté et assassiné par les nazis.

Que peut-on dire de la situation des Juifs à Prague au début de la guerre ?

Les Sudètes ont été annexés par Hitler dès 1938 puis toute la Tchécoslovaquie en 1939. L’antisémitisme nazi y sévit, les Juifs sont victimes de discriminations et de très nombreuses interdictions (d’aller à l’école, d’avoir un perroquet, de marcher sur un trottoir, etc.)

8’40 11’17 : le ghetto de Teresienstadt

Qu’était Terezín avant la guerre ?

Terezín est une ville située à 61 kilomètres au nord-ouest de Prague, en Tchécoslovaquie ; c’est une ville de garnison fortifiée depuis le XVIIIème siècle, elle est donc peuplée d’un peu plus de 4000 militaires avant la guerre.

Que devient Terezín à partir de 1941 ?

En 1941, les nazis expulsent la population de la forteresse de Theresienstadt et y établissent un ghetto. Ils y internent d’abord les Juifs de Bohême-Moravie, puis des Juifs âgés et des personnes « émérites » du Reich, ainsi que plusieurs milliers de Juifs des Pays-Bas et du Danemark, de Slovaquie et de Hongrie. Le ghetto devient un camp de transit pour les Juifs avant leur déportation à l’Est, notamment à Auschwitz.

11’18 15’44 : les conditions de vie dans le ghetto

Que dire des conditions de vie à Terezín (nourriture, hygiène, etc. ) ?

Le ghetto est surpeuplé, les conditions de vie sont effroyables, il manque de nourriture et d’hygiène, le travail est pénible et les détenus vivent avec la menace constante de la déportation.

A quoi sert la petite forteresse de Terezín ?

La petite forteresse est le lieu de prison et de torture où sont aussi fusillés certains détenus.

15’45 21’12 : l’importance du dessin à Terezín

Y a-t-il une école à Terezín ? Comment sont « éduqués » les enfants ?

15 000 enfants juifs sont passés par Terezín . Officiellement, la scolarisation est interdite par les SS, dans les faits, les nombreux intellectuels prisonniers prennent en charge clandestinement la formation intellectuelle et artistique des plus jeunes.

Quel rôle joue Friedl Dicker Brandeis auprès d’Ela et des enfants de Terezín ?

Friedl Dicker Brandeis (1898 1944) est une artiste peintre autrichienne qui a été formée au Bauhaus. Elle est déportée avec son époux en 1942 à Terezín . Elle met beaucoup d’énergie à faire dessiner clandestinement les enfants. Elle leur offre une forme d’art-thérapie qui leur permet de préserver un peu d’humanité dans le ghetto et même de s’évader par l’art. Friedl est déportée et assassinée à Auschwitz en 1944. 4500 dessins d’enfants sont retrouvés cachés à Terezín après la guerre.

21’13 27’59 : la vie musicale de Terezín

A partir de quand l’opéra pour enfants de Hans Krasa Brundibar est-il joué publiquement à Terezín ?

Krása compose l’opéra Brundibár en 1938 pour un concours lancé par le Ministère de l’enseignement et de l’éducation populaire, finalement annulé suite à l’invasion de la Tchécoslovaquie par Hitler. Interné en 1942 à Terezín , Kfrasa fait interpréter son œuvre, avec l’accord des nazis, le 23 septembre 1943 par les enfants du ghetto. L’œuvre est représentée 55 fois au camp.

Quel est le sujet de Brundibar ?

Aninka et Pepíček sont frères et sœurs, orphelins de père. Leur mère est malade, et le médecin dit qu’elle a besoin de lait. Mais les enfants n‘ont pas d’argent. Ils décident de chanter sur la place du marché pour en avoir. Mais le tyrannique Brundibár (ce qui signifie « bourdon » en tchèque) les pourchasse et étouffe leurs chants avec son orgue de barbarie. Avec l’aide des enfants des rues, d’un oiseau vif, d’un chat gourmand (joué par Ela) et d’un chien savant, Aninka et Pepíček parviennent à s'en débarrasser. L’opéra s’achève sur la victoire des enfants sur le « tyran Brundibar ».

Pourquoi cet opéra devient-il une forme de résistance pour les enfants ?

A Terezín, les enfants qui interprètent Brundibar assimilent l’horrible joueur d’orgue de barbarie à Hitler. La victoire sur le tyran Brundibar devient pour eux celle des pauvres tchèques sur le Führer. Ainsi, l’opéra est une forme de résistance à l’oppression nazie.

28’ 32‘59 : le film de propagande nazie

Quels Juifs en particulier sont déportés par les nazis à Terezín à partir de novembre 1941 ?

De nombreux artistes juifs sont déportés à Terezín. D’éminents et riches Juifs du Reich y vont également volontairement. En effet, la déportation des Juifs d’Allemagne a pour objectif déclaré leur « réinstallation à l’Est » dans des camps de travail. Comme il parait peu plausible que des Juifs âgés puissent y être employés, les nazis utilisent le ghetto de Terézin pour camoufler leur politique d’extermination. Dans la propagande nazie, Terézin est cyniquement décrit comme un « camp de rassemblement » où les Juifs d’un certain âge peuvent en toute sécurité prendre leur retraite. Envoyer des Juifs « émérites » du Reich à Terézin permet de faire croire que les nazis traitent bien tous les Juifs, à commencer par les plus connus d’entre eux.

Quel type de film les nazis demandent-ils de réaliser à Kurt Gerron ?

L’effervescence artistique de Terezín est utilisée par les nazis pour leur propagande. Theresienstadt. Ein Dokumentarfilm aus dem jüdischen Siedlungsgebiet (Theresienstadt. Un documentaire sur la zone de peuplement juif), également connu sous le titre Der Führer schenkt den Juden eine Stadt (Le Führer offre une ville aux Juifs), est un film de propagande nazie en noir et blanc sonore réalisé en 1944 par Kurt Gerronn, célèbre comédien et réalisateur Juif de l’époque prisonnier à Terezín .

Comment les nazis parviennent-ils à masquer la surpopulation, la malnutrition et les maladies avant le tournage ?

Avant le tournage, 7500 juifs, choisis parmi les plus malades ou amaigris sont déportés à Auschwitz.

Que montre le film nazi intitulé « le Führer donne une ville aux juifs » ?

Un village Potemkine est créé : des boutiques factices, un café, une banque, une école, des jardins d'enfants et autres sont ouverts et des jardins fleuris sont aménagés dans l'ensemble du ghetto. Les prisonniers sont bien habillés, bien nourris. Le film montre des scènes de vie heureuse dans ce qui semble être une « colonie de vacances » plutôt qu’un camp.

33’ 37’27 : la visite de la croix rouge

Qui fait pression pour vérifier les conditions de détention des juifs déportés à Terezín ?

Le roi du Danemark Christian X, particulièrement soucieux du sort de l’état de santé de ses concitoyens Juifs déportés à Terezín, fait pression pour que la croix rouge puisse visiter le camp.

Quand a lieu la visite du comité international de la croix rouge (CICR) ?

Deux délégués du CICR visitent le camp le 23 juin 1944.

Que voient les deux délégués du CICR ?

Ils voient ce que les nazis veulent leur montrer : des prisonniers très bien traités et bien nourris (2400 calories par jour) qui vivent dans des conditions presque agréables. La visite coïncide avec la  fin du tournage du film. Dès la fin juin,  la plupart des « acteurs », ainsi que la quasi-totalité des dirigeants (dont Kurt Geronn) et la grande majorité des enfants du ghetto sont envoyés dans les chambres à gaz d'Auschwitz-Birkenau.

37’28 38’59 : Ela, la rescapée de Terezín

Comment Rafael Schächter parvient-il à éviter la déportation d’Ela à Auschwitz ?

L’oncle d’Ela, Rafael Schächter, est chef d’orchestre mais il est aussi chargé de gérer les listes des détenus. Or il sait que lorsqu’une déportation a lieu vers Auschwitz, les victimes sont choisies à partir du début des listes de noms. A chaque fois, il place donc le nom de sa nièce en dernier afin qu’elle échappe à la déportation.  Il sauve ainsi Ela mais n’échappe pas quant à lui à une déportation d’adultes en 1944.

39’ 44’49 : la libération du camp et le traumatisme d’après-guerre

Quand Terezín est-il libéré ?

Le camp est libéré le 5 mai 1945.

Sur les 15 000 enfants passés par Terezín, combien, telle Ela, ont survécu ?

Seule une centaine d’enfants ont survécu sur les 15 000 qui furent déportés à Terezín . 140 000 juifs ont été déportés à Terezín entre 1941  et 1945, parmi eux, 90 000 furent déportés à Auschwitz et 33 000 moururent dans le ghetto même.

Les rescapés parviennent-ils à parler de leur déportation après-guerre ? Pourquoi ?

Les rescapés sortent traumatisés du camp. Souvent, ils sont victimes de cauchemars et souffrent d’une forme de bloquage qui les empêche de raconter leur histoire. Ce n’est souvent que bien plus tard que certains se mettent à témoigner.

44’50 49’21 : la défaillance de la croix rouge

Maurice Rossel avait-il l’âge et les conditions pour établir un rapport objectif de sa visite de Terezín ?

La Croix-Rouge suisse envoie deux jeunes hommes dont  Maurice Rossel (27 ans) pour visiter le ghetto et établir un rapport. Rossel est très guidé par les nazis, il n’a pas d’entretien privé avec des détenus et finalement réalise un rapport qui valide les mensonges nazis. A-t-il crû ce qu’il a vu ? Il s’étonne qu’il soit si difficile de visiter ce camp alors qu’il n’a rien à cacher ! L’aveuglement complaisant de la Croix-Rouge s’explique peut-être par le fait qu’elle craigne que la Suisse soit malgré sa neutralité envahie par Hitler.

49’21 52 : transmettre la mémoire de Terezín

Qu’à fait Ela pour transmettre partout dans le monde la mémoire de Terezín ?

Pour transmettre la mémoire et l’engagement des enfants de Terezín , Ela a sillonné le monde à partir des années 80 pour faire chanter l’opéra Brundibar.

Quand est décédée Ela ?

Ela est décédée le 30 mars 2018.