▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

La démarche créative comme facteur de développement professionnel

mis à jour le 13/11/10

Conduire un projet avec ses élèves, piloter un dispositif innovant dans son école ou son établissement, évaluer une action collective; ce sont des compétences sollicitées; mais les démarches efficaces restent encore à trouver. C'est pourquoi la MAIE vous propose un groupe d'initiation à la démarche créative, à la variété des approches.

 Lors des séances

il s’agira de se frotter à des démarches créatives, imaginatives, inédites, destinées à nourrir votre travail d’équipe, améliorer la conception de votre projet et enrichir votre communication externe. Trois concepts animent ce dispositif encore expérimental: la créativité,, la transdisciplinarité et le transfert Aussi le langage oral et écrit sera un outil constant (élucider, analyser, concevoir, conserver...).

inscription: francois.muller@ac-paris.fr

7 séances par an (2h par séance), de 17 h 30 à 19 h 30

4 nov. 2010  , au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
11 avenue du Président Wilson 75116 Paris

RV fixé dans le HALL avec la "carte au trésor pédagogique " (plaquette de la MAIE), du papier et de quoi écrire.

 ACCÈS: Bus : lignes 32, 42, 72, 80, 82 et 92 ou Métro : ligne 9 - Arrêts Alma-Marceau ou Iéna ou RER : ligne C - Arrêt Pont de l'Alma
Station Vélib': 2 avenue Marceau

puis les 23 nov - 7 déc. 2010, 18 janvier 2011, 1er février  - 15 mars et 29 mars 2011 au  COLLEGE PAJOL, 22, rue Pajol, 75018 PARIS, M° La Chapelle ou Marx DOrmoy

Partis pris :

Partant du principe que la créativité s’exerce dans tous les champs et est devenue une nécessité aujourd’hui, il s’agira de :

• confronter les équipes à des démarches créatives dans le champ des arts visuels en réception et production ensemble (l’un fait sens avec l’autre).

• ce détour permettra le développement de compétences créatives qui seront  transposées à terme à un projet comme exemple. Au fur et à mesure, on construira des compétences transposables à d’autres domaines.

• une séance de synthèse finale et de bilan permettra de mesurer les apports et d'en envisager les conditions du transfert aux pratiques professionelles, si diverses soient-elles.

Contexte :

La MAIE propose ce type de formations d’une part aux enseignants engagés dans un projet innovant ou expérimental, suivis ou pas par la mission ; d’autre part à tous ceux qui sont intéressés.

• Le MEN encourage l’innovation : Extrait de la circulaire de rentrée 2010:

1.3.1 Encourager l'expérimentation et l'innovation

Inciter les équipes éducatives à exercer leur créativité et leur responsabilité, pour proposer des démarches et des organisations nouvelles, contribue à la réussite de tous les élèves. Qu'elle soit d'initiative locale, académique ou nationale, la démarche d'expérimentation participe de l'acquisition des connaissances et des compétences.

L'expérimentation offre la possibilité de repérer et de susciter des démarches dynamiques d'évaluation, de formation et de mutualisation. C'est dans ce cadre que sont lancés des appels d'offres qui doivent permettre de répondre aux priorités liées aux évolutions de notre système éducatif.

Les initiatives pédagogiques et éducatives doivent être accompagnées et soutenues, tant au niveau académique (missions académiques de soutien à l'innovation, à travers notamment des actions de formation), qu'au niveau local (conseil des maîtres ou conseil pédagogique, projet d'école ou d'établissement, comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté).

Par ailleurs, l'expérimentation favorise le lien avec les parents et offre la possibilité d'engager des partenariats avec le monde culturel, économique et social.

Certaines expériences permettent des avancées significatives dont il faut savoir tirer les enseignements. L'enseignement des sciences en est un exemple, avec le développement de « La main à la pâte » dans le premier degré et de l'enseignement intégré de sciences et technologie au collège. Ce sont deux illustrations d'une même volonté de promouvoir la démarche d'investigation et de transdisciplinarité pour permettre à l'élève de construire ses connaissances dans la cohérence et la progressivité. L'introduction simultanée de l'histoire des arts à l'école et au collège doit également être une occasion de construire une progressivité cohérente de l'école au collège.

CRÉATIVITÉ

• La créativité est mise en exergue dans ce passage, et c’est un concept qui a évolué au fil du temps ; à moment donné il pouvait apparaître comme daté, or il est toujours présent et nécessaire, tant dans les disciplines artistiques que dans les scientifiques, et les chemins transversaux comme ceux que l’histoire des arts, par exemple, explore.

Pour faire un rapide point théorique :

1- Guilford, psychologue américain, distingue pensée convergente et pensée divergente: ces 2 modes de pensée sont nécessaires à l’apprentissage. Schématiquement, voici leurs différences : la première est analytique, déductive, logique; elle permet de donner la meilleure réponse possible à un problème donné. La seconde est inductive, globalisante, elle combine, extrapole, tâtonne, laisse l’inconscient affleurer, se nourrit d’insolite, de détournements, de dérives. Il faut ménager une grande part à cette forme de pensée dans tous les domaines où la création entre en jeu, et pas seulement en arts plastiques. En effet il n’existe pas de découverte scientifique sans un certain errement dans la recherche, on ne découvre pas quelque chose que l’on connaît d’avance.

2- Créativité :

Les huit critères de la créativité mis en évidence par Lowenfeld et Guilford sont les suivants: la sensibilité ou faculté sensitive, la réceptivité, l’adaptation, l’originalité, l’aptitude à transformer, l’analyse, la synthèse, l’organisation cohérente. Gloton et Cléro les reprennent :

« 1- La sensibilité aux problèmes: (Ce que Lowenfeld appelle la faculté sensitive). C’est la sensibiiité aux choses et au vécu, qui permet de remarquer les finesses, de voir les dommages, d’enregistrer ce qui est peu commun, voire extraordinaire, et de découvrir les besoins et les défauts, dans les choses comme dans l’ordre humain.

2- La faculté de rester en état de réceptivité, manifestant l’ouverture et la fluidité de la pensée. Par exemple, la réceptivité des idées, c’est l’aptitude à associer une quantité d’idées à un objet (quelles idées vous viennent à l’esprit quand vous regardez une brique ?). Le nombre de réponses à un stimulus donné est un signe d’esprit créatif.

3- La mobilité ou pouvoir de s’adapter rapidement à de nouvelles situations, à réagir efficacement aux changements. Ici la variété des réponses est encore un signe d’esprit créatif.

4- L’originalité : Cette propriété, considérée avec suspicion par l’ordre social, est pour les psychologues l’une des plus importantes parmi les composantes de la pensée divergente.

5- L’aptitude à transformer et à redéterminer pe que Guilford appelle ”faculté de changer la fonction d’un objet pour le rendre utile dans une nouvelle forme”. C’est l’aptitude à nous servir correctement et constamment de notre pensée pour transformer, établir des déterminations nouvelles des matériaux en vue de nouveaux emplois.

6- L’analyse ou faculté d’abstraction, par laquelle nous allons de la perception syncrétique des choses à la détermination des détails. Plus il nous est donné de reconnaître les plus intimes différences, que nous ana)yserons par la suite”plus nous découvrirons l’originalité, l’individualité sans lesquelles les relations sensibles n’existent pas, qu’it s’agisse des hommes ou des choses.

7- La synthèse, considérée comme l’union de ptusieurs éléments qui formeront un nouvel ensemble. C’est l’opération qui consiste à rassembler plusieurs objets ou parties d’objets pour leur donner une nouvelle signification, comme fait l’enfant lorsqu’il réunit divers matériaux pour en faire un collage ou une peinture.

8- L’organisation cohérente, par laquelle l’homme est capable de mettre en harmonie ses pensées, sa sensibilité et sa faculté de perception avec sa personnalité. L’économie est une des lois fondamentales de l’organisation cohérente, selon Lowenfeld : ”Exprimer le maximum avec des moyens et des efforts minimes, de telle manière qu’il n’y ait rien de superflu, c’est là aussi une des règles essentielles de l’activité créatrice.” »

Extrait de Robert Gloton et Claude Cléro, L’activité créatrice chez l’enfant, Paris, Casterman, 1978 [1971], p. 33-34.

Les séances proposées

Question ou problématique travaillée

1 - La question de la recherche, de l’élaboration : lâcher prise, laisser venir, explorer, jouer, orienter, changer, modifier, transformer...

2 - La question du point de vue : identifier, varier, comparer, choisir, se positionner

3 - La question de l’organisation : isoler, associer, transformer, agencer, déconstruire, reconstruire, replacer, modifier, recréer… Le tout/ les parties

4 - La question de la narration : choix esthétiques, techniques. Faire comprendre, raconter, faire éprouver..

5 - La question de la métaphore : l’objet comme attribut, métaphore, comme objet, comme sujet.

6 - La question du projet et du trajet vers l’ « objet »