▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher
Accueil du Public

Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00.

Familles et élèves sont reçus exclusivement sur rendez-vous.
>Prendre rendez-vous

_

12 boulevard d'Indochine
CS 40049
75933 Paris CEDEX 19
Tél : 01.44.62.40.40
>Plan d'accès

E.A.F. 2010 : remarques générales sur les résultats et le déroulement des épreuves

mis à jour le 19/11/10

Académie de Paris

La session 2010 de l’EAF s’est dans l’ensemble bien déroulée, malgré les quelques dysfonctionnements signalés plus loin.

Les commissions d’entente et d’harmonisation ont joué leur rôle efficacement et il faut encore remercier ici les modérateurs pour leur professionnalisme.

Les résultats :

Dans les séries générales, on obtient à l’écrit une moyenne générale légèrement inférieure à 10/20, et à l’oral une moyenne générale supérieure à 11/20, parfois à 12/20 (toutes séries confondues, à l’écrit comme à l’oral) ; dans les séries technologiques, la moyenne de l’écrit se situe entre 8 et 9/20, et la moyenne de l’oral est légèrement supérieure à 10/20.

On trouvera en bas de page quatre documents récapitulant les résultats généraux des séries générales et technologiques ainsi que les résultats par établissement.

Remarques sur le déroulement de l’épreuve orale

Texte de référence : B.O. n° 3 du 16 janvier 2003,
Épreuves orales - obligatoire et de contrôle - de français, applicables à compter de la session 2003 des épreuves anticipées des baccalauréats général et technologique.

Une fois encore, et malgré les notes spécifiques adressées sur ce sujet à plusieurs reprises aux professeurs par l’Inspection pédagogique régionale des Lettres (cf. en particulier le document annexe à la lettre de rentrée du 15 septembre 2009), on doit constater un certain nombre de dysfonctionnements qui concernent plus particulièrement l’épreuve orale et qui appellent les mises au point suivantes :

  • La lecture à voix haute du texte à étudier fait partie de l’épreuve. Un soin particulier doit être apporté en cours d’année à l’entraînement à la lecture, dans le cadre plus général de l’apprentissage de l’oral.
  • Il y a parfois confusion sur les textes susceptibles d’être supports de l’interrogation pour la première partie de l’épreuve : en aucun cas on n’interrogera sur des extraits de lectures cursives.

On peut interroger :

  1. sur un texte ou un extrait de texte figurant dans un des groupements de textes
  2. sur un extrait, ayant fait l’objet d’une explication en classe, tiré d’une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique
  3. sur un extrait, n’ayant pas fait l’objet d’une explication en classe, tiré d’une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique
  • Certains candidats semblent encore déroutés par la question qui doit orienter leur exposé oral de dix minutes. Il convient de rappeler que la récitation d’un cours ne saurait tenir lieu d’exposé et que les simulations d’interrogation, en cours d’année, doivent préparer clairement à cette modalité de l’épreuve.
  • La seconde partie de l’épreuve consiste en un entretien de dix minutes, en permanence dialogué. Il ne s’agit ni d’un corrigé de la première partie ni, là encore, de la récitation d’une question de cours. Cet entretien ne fait l’objet d’aucune question préalable, mais permet d’ouvrir des perspectives, d’élargir la réflexion en partant du texte étudié dans la première partie pour aller vers l’œuvre intégrale ou le groupement d’où ce texte a été extrait, ou encore vers l’une des lectures cursives ou personnelles qui sont en relation avec lui, telles qu’elles sont mentionnées dans le descriptif. 

Descriptifs et documents

Le descriptif doit être rédigé avec le plus grand soin. Il « peut s’élaborer progressivement, au cours de l’année, dans un travail concerté avec les élèves ». Il précise le titre et la problématique de chaque séquence, celle-ci incluant le ou les objets d’étude abordé(s), les textes étudiés (groupements ou œuvres intégrales), la démarche retenue : lecture analytique ou cursive, approches d’ensemble adoptées pour l’étude des œuvres intégrales.

« Il mentionne obligatoirement et clairement, afin de faciliter le travail des examinateurs, le manuel utilisé dans la classe, l’édition des œuvres intégrales et les références très précises des différents textes indiqués : édition, chapitre, page, début et fin de l’extrait. Il donne le cas échéant quelques indications sur les activités complémentaires proposées à la classe et sur le travail personnel de l’élève. On veillera à préserver la concision et la lisibilité de ce document. »

Les candidats doivent apporter pour l’épreuve : descriptif, manuel, photocopies des textes ne figurant pas dans le manuel, œuvres intégrales étudiées ( et non seulement des extraits de ces œuvres).

Enfin, les candidats ne doivent en aucun cas rayer des textes sur les descriptifs, qui sont des documents réglementaires. 

Vigipirateharcelement 2015 - gif anime Campagne Nouvelles Carrières enseignantes Campagne handicap Droit au retour en formation Ecole numérique Éduthèque Ambition enseigner