Bandeau

L'interview d'une professeure de vente : un vrai chef d'orchestre !

logo lycée Jean Lurçat - ParisInterview du 8/03/11. Propos recueillis par Valérie EMRAM

Laurence GADEAU, vous êtes professeur de vente au lycée Jean Lurçat (750013 Paris). Vous avez une longue expérience de l’enseignement mais lorsque l’on vous rencontre et que l’on vous écoute parler de votre métier, on est frappé par votre enthousiasme et votre énergie au service des élèves.

Je vais aujourd’hui vous interviewer sur votre démarche de projet.

Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez choisi dans vos cours d’adopter la pédagogie de projet ?

Pour plusieurs raisons : enseigner transversalement évitant ainsi le découpage des pôles, enseigner dans un cadre très professionnel en développant la visualisation du cas grâce aux TICE, faire acquérir une culture commerciale (enseigne, produit, urbanisme commercial, socio-style), être en symbiose avec les activités d’un PDV et aussi pour développer la motivation, la concentration des élèves (chaque élève travaille à son rythme et n’est pas angoissé) supprimant toute agressivité, violence au sein de la classe. A mon avis, c’est une pédagogie de la réussite car chaque élève est valorisé, considéré car il est acteur de sa progression.

En quelques mots, pouvez-nous citer quelques-uns des nombreux projets que vous avez réalisé ainsi que nous décrire leurs objectifs ?

1/ LE DESIGN : a) connaître l’enseigne IKEA, sa stratégie, ses politiques commerciales, le concept révolutionnaire de la surface de vente, les services offerts, la clientèle, les choix d’implantation, l’architecture et le design des produits (étudiés avec la collègue Arts appliqués).

b) étude du produit LA CHAISE avec l’étude des comportements, de l’histoire de la chaise dans l’habitat et visite du musée Arts déco avec une étude des différents sièges présentés.

2) LES COULEURS : a) connaître le symbolisme des couleurs (Arts appliqués)

b) étude de cas sur le marchandisage de séduction : nouveau concept Y. ROCHER

c) étude du concept IGLOO et Galeries Lafayette Maison (travail de groupe).

3) L’URBANISME COMMERCIAL : visites dans les passages parisiens avec étude des façades, enseignes et déplacement à Troyes pour étudier les magasins d’usine.

Comment les élèves apprennent-ils ?

Toujours à travers des activités commerciales respectant le plus souvent la démarche mercatique (diagnostic, choix, action et contrôle) ; les élèves recherchent eux-mêmes les connaissances nécessaires et les documents sur les enseignes, les produits grâce à google. Je ne fais jamais de cours théoriques. C’est toujours des dossiers comme les sujets du concours général.

Pouvez-vous mesurer l’impact positif des projets que vous mettez en œuvre sur les connaissances et les compétences des élèves ?

Les élèves sont guère absents, ne s’ennuient pas, ne sont pas passifs, mais actifs et réussissent aux épreuves professionnelles. Ils sont aussi très appréciés en stage car ils sont autonomes, prennent des initiatives, utilisent des outils en marchandisage, en gestion. Il existe de plus un très bon climat dans la classe.

En conclusion, quel bilan pour les élèves et pour vous enseignante, retirez-vous de cette démarche de projet ?

C’est un bilan très positif car j’ai des relations très respectueuses, valorisantes avec mes élèves que je considère comme une équipe de vente. Je suis un chef d’orchestre et je veille à la progression de chacun (grille d’évaluation), à l’harmonie collective par un tutorat entre les élèves.

Mes collègues et moi nous leur apportons aussi une culture (arts, histoire) en organisant les visites de musées, de villes en France mais aussi à Londres.

Pour l’équipe, c’est beaucoup de travail de préparation et de concertation mais nous sommes tellement moins fatiguées !