Bandeau

Les rendez-vous individuels

mis à jour le 10/02/16

Le rôle de parent d’élève se construit par l’expérience, d’où l’importance du premier entretien avec le directeur de l’école et de la première réunion de parents d’élèves.

Les rendez-vous individuels 

Le rôle de parent d’élève se construit par l’expérience, d’où l’importance du premier entretien avec le directeur de l’école et de la première réunion de parents d’élèves.
C’est lors de la première scolarisation de son premier enfant qu’un parent devient  "parent d’élève". Cet entretien mérite toute l’attention nécessaire et peut donner lieu à plusieurs étapes (rencontre du directeur, visite de l’école, réunion des parents de la petite section, accompagnement de l’enfant pendant une partie de la journée scolaire, etc.). Il est important que les parents aient la possibilité de visiter l’école maternelle lors de la première scolarisation, de repérer les différents lieux et leurs fonctions, de rencontrer différents types d’adultes exerçant dans l’école. Des initiatives visent à faire vivre au parent, avant l’été précédant la rentrée scolaire, une journée entière d’enfant à l’école (temps de midi compris).
Pourquoi évoquer les relations école-famille et pas seulement école-parents ? La parentalité est une notion qui s’élargit : familles recomposées, homoparentalité, mères célibataires, structures familiales étrangères à notre culture. Les interlocuteurs des enseignants ne sont plus toujours les uniques parents biologiques. L’évolution de notre société demande à l’école de ne pas adopter de positions rigides.
Dans les quartiers en politique de la ville, les associations qui ont parfois une grande connaissance de la situation de la famille et sa confiance peuvent avoir un rôle de médiation.
Le recours au service d’interprétariat ISM (Inter Service Migrants) est très utile pour un entretien important ; chaque école parisienne d’un quartier "politique de la ville"   a un  "compte"  avec un code spécifique qui lui permet de bénéficier de ces interventions.1

Des entretiens : avec qui, quand et pourquoi ?

Avec le directeur

  • à l’inscription2 pour des questions administratives (certificat de scolarité, etc.) lors de rencontres informelles à la sortie de l’école
  • pour des rendez-vous concernant la scolarité (difficultés diverses, PPRE, orientations)

Avec l’enseignant

  • de façon ponctuelle et rapide, à l’occasion de l’accompagnement de leur enfant par les parents à l’accueil du matin entre 8h20 et 8h30 dans les classes maternelles ou certaines classes élémentaires
  • de même lors de rencontres informelles à la sortie de l’école
  • pour faire un bilan sur la scolarité de l’élève (avec parfois d’autres membres de l’équipe pédagogique : directeur, RASED)
  • pour la remise des livrets scolaires

Avec le RASED

  • pour un rendez-vous avec le maître G, le maître E ou le psychologue scolaire
  • avec plusieurs membres de l’équipe pédagogique :pour signer un PPRE (Programme Personnalisé de Réussite Educative)3, dans le cadre d’une équipe éducative en cas de problème, ou d’une équipe de suivi de scolarisation pour un enfant handicapé

Avec l’équipe médico-sociale

  • pour un rendez-vous avec le médecin scolaire, pour un PAI4, pour un PPS, lors de la visite médicale obligatoire en GS ; en CE2 en éducation prioritaire, le médecin voit l’enfant seul et convoque les parents si un problème est dépisté
  • pour un rendez-vous avec l’assistant social.

Avant l’entretien

Les parents sont de préférence non pas convoqués mais conviés.
Le motif de la rencontre est porté à la connaissance des parents, brièvement, pour leur permettre de faire le point avec leur enfant et entre eux avant cette rencontre. De même, la nécessité ou non de la présence de l’élève à cette réunion peut être précisée. Si une autre personne que l’enseignant est présente à la rencontre, l’enseignant informe le parent de son nom et de sa fonction. Le directeur peut jouer un rôle de médiateur dans certaines situations.

Pendant l’entretien

Les conditions

Concrètement, le parent est accueilli et "reçu", dans un lieu prévu à l’avance, permettant d’installer une relation de confiance, en toute confidentialité.
Il est souhaitable de s’assurer que l’on ne sera pas dérangé pendant l’entretien.
Chacune des personnes participant à l’entretien est présentée avant que celui-ci ne commence.
Établi sur un sujet de rencontre précis, l’entretien, pour être efficace, se déroule durant un temps donné décidé conjointement. Si la durée est insuffisante et que le besoin se fait sentir, un autre rendez-vous pourra être pris.
Ces aspects concrets de la communication vont créer, s’ils sont bien assurés, des conditions favorables à la communication.

L’attitude, les débuts de l’entretien

L’attitude à rechercher n’est ni compassionnelle, ni culpabilisante, mais professionnelle. Les propos tenus doivent se fonder sur des faits, des constatations et non sur des jugements ou interprétations.
Pour clarifier l’objectif de l’entretien dès le début, le représentant de l’école montre au parent que l’on a besoin d’avoir son point de vue pour réfléchir ensemble ("nous avons un objectif commun : la réussite de votre enfant") ; l’objectif est vraiment de créer une "alliance".
Par conséquent, s’il donne des informations, l’enseignant est aussi en situation d’écoute. Ces précautions, cette attention, ne signifient pas pour autant que l’enseignant va réduire ses objectifs ou ses exigences.
Il est nécessaire de commencer l’entretien, quel que soit son objectif, par des propos positifs au sujet de l’enfant.

Le contenu de l’entretien

L’enseignant évite tout jargon de l’éducation nationale. Il s’oblige à un vocabulaire simple mais précis, compréhensible par son interlocuteur. Il s’appuie sur des documents si nécessaire.
En cas de difficultés importantes avec l’élève, l’enseignant veille à ne pas utiliser de qualificatifs dévalorisants. Il essaie systématiquement d’associer le parent : "on va essayer ensemble de comprendre la situation de votre enfant".
Tout en évitant d’entrer dans la sphère privée de la famille, l’enseignant recueille, auprès du parent qui en fait spontanément part, des éléments qui sont susceptibles d’éclairer les difficultés (conditions de travail à la maison, éléments de l‘environnement familial…) ; mais en même temps, il s’interdit tout questionnement qui aborderait des domaines sans lien avec la scolarité de l’enfant et toute remarque subjective sur l’environnement familial. L’enseignant veille à ne jamais prendre parti en cas de conflit entre les deux parents.
Il est à l’écoute des mesures que le parent a éventuellement prises pour accompagner la scolarité de son enfant.
Il rassure le parent lorsque celui-ci se montre surpris de son comportement à l’école en indiquant qu’il n’est pas rare qu’un enfant semble différent à l’école et à la maison.
Il encourage le parent à donner son point de vue. Il répond aux questions du parent ou les sollicite : "Avez-vous des questions ? Y a-t-il d’autres informations qui vous seraient utiles ?"
L’enseignant essaie de concentrer l’entretien sur les solutions plutôt que sur les problèmes.
Quelle que soit l’attitude du parent, celle du professionnel consiste à rester toujours calme et attentif.
Il évite de juger l’attitude éducative du parent, de se poser en "donneur de leçons", de transformer le parent en élève, de le culpabiliser ; en évitant l’injonction, il suggère d’autres manières de faire : "et si vous… ?".
Si le comportement de l’élève a été suivi d’une sanction à l’école, l’enseignant s’interdit de suggérer qu’une sanction soit donnée à la maison ("la double peine").
L’entretien se termine par un résumé de ce qui a été dit ou décidé. La parole est donnée une dernière fois au parent.
Un compte rendu écrit de l’entretien est parfois utile pour garder en mémoire commune le contenu des échanges.

 


1. Des conseils figurent sur le site d’Inter Service Migrants concernant l’entretien (avant, au début, pendant, après)
2. Dite improprement inscription : le parent inscrit son enfant à la mairie, le directeur procède à l’admission.
3. Selon les aides envisagées, la signature peut être organisée seulement avec l’enseignant.
4. Projet d’Accueil Individualisé : nécessaire pour certaines maladies susceptibles de soins pendant le temps scolaire ou du moins de précautions particulières, utile pour certains troubles du comportement dans le cadre d’un PAI dit élargi. 

▲ Haut de page