Bandeau

Les Fables de La Fontaine, un texte fondateur

LaFontaine Garder les Fables de La Fontaine pour la fin de l'année de 6e pour mesurer les progrès des élèves dans leur diction, leur mémorisation et leur compréhension... C'est ce que notre collègue Yaël Boublil, propose à ses élèves de 6e du collège Jean-Baptiste Clément pour achever l'année de 6e. Cette séquence permet également de préparer l'entrée en 5e et de prolonger ainsi le travail sur les textes fondateurs menés pendant toute l'année et préparant les élèves au choix de l' option Latin.

Objectifs

  • S'entraîner à la lecture expressive
  • Repousser les limites de sa mémoire
  • Montrer comment la Fable a inspiré des artistes au fil des siècles
  • Clore le travail mené pendant l'année de 6e et préparer le passage en 5e et le choix de l'option Latin

Objectifs programmatiques liés aux programmes de Français

Etude de la langue : orthographe et lexique

Lecture

  • Initiation à la poésie : des Fables de Jean de La Fontaine (choisies dans les Livres I à VI)
  • Lecture de l'image : étude comparative d'images représentant les mêmes épisodes

Expression écrite

  • Ecrits en relation avec le programme de lecture : une courte fable
  • Utilisation du traitement de texte pour constituer un dossier documentaire

Expression orale

  • S'exprimer de façon audible et compréhensible, dans un niveau de langue approprié
  • Ecouter et prendre en compte la parole à haute voix
  • Pratiquer la lecture à haute voix et la récitation

TICE

  • Recherche documentaire
  • Utilisation du traitement de texte pour l'élaboration d'un document multimédia en collaboration

Objectifs programmatiques liés au programmes d'Histoire des Arts

  • Période historique : réinterprétation de l'Antiquité au XVIIe siècle
  • Domaines artistiques : arts du langage (fable) & arts du visuel (dont peinture, dessin, bande dessinée, cinéma, audiovisuel...)
  • Thématiques abordées : arts, ruptures et continuité

Compétences travaillées pendant la séquence

En classe de 6e, on pourra choisir selon le degré d'hétérogénéité de la classe soit de s'assurer d'abord que les compétences du palier 2 sont bien acquises par les élèves, soit de viser directement les compétences visées par le palier 3. 

A titre indicatif, nous fournissons ici les compétences du palier 2, sélectionnées pour une classe de 6e dans un collège RRS.

Compétence 1

Lire

  • Lire avec aisance (à haute voix, silencieusement) un texte
  • Lire seul des textes du patrimoine et des œuvres intégrales de la littérature de jeunesse, adaptés à son âge
  • Lire seul et comprendre un énoncé, une consigne
  • Utiliser ses connaissances pour réfléchir sur un texte, mieux le comprendre
  • Effectuer, seul, des recherches dans des ouvrages documentaires (livres, produits multimédia)
  • Se repérer dans une bibliothèque, une médiathèque

Écrire

  • Utiliser ses connaissances pour réfléchir sur un texte, mieux l’écrire
  • Rédiger un texte d’une quinzaine de lignes (récit, description, dialogue, texte poétique, compte rendu) en utilisant ses connaissances en vocabulaire et en grammaire

Étude de la langue : vocabulaire

  • Comprendre des mots nouveaux et les utiliser à bon escient 
  • Maîtriser quelques relations de sens entre les mots
  • Maîtriser quelques relations concernant la forme et le sens des mots
  • Savoir utiliser un dictionnaire papier ou numérique

Étude de la langue : orthographe

  • Orthographier correctement un texte simple de dix lignes  - lors de sa rédaction ou de sa dictée - en se référant  aux règles connues d’orthographe et de grammaire ainsi qu’à la connaissance du vocabulaire

Compétence 4 

Créer, produire, traiter, exploiter des données 

  • Produire un document numérique : texte, image, son
  • Utiliser l’outil informatique pour présenter un travail

S'informer, se documenter

  • Lire un document numérique 
  • Chercher des informations par voie électronique

Compétence 5

Avoir des repères littéraires

  • Lire des œuvres majeures du patrimoine et de la littérature pour la jeunesse
  • Établir des liens entre les textes lus

Lire et pratiquer différents langages 

  • Lire et utiliser textes, cartes, croquis, graphiques 

Pratiquer les arts et avoir de repères en histoire des arts

  • Distinguer les grandes catégories de la création artistique (littérature, musique, danse, théâtre, cinéma, dessin, peinture, sculpture, architecture)
  • Reconnaître et décrire des œuvres préalablement étudiées 
  • Inventer et réaliser des textes, des œuvres plastiques, [...], à visée artistique ou expressive

Compétences 6 & 7

Avoir un comportement responsable

  • Respecter les règles de la vie collective

S'appuyer sur des méthodes de travail pour être autonome

  • Respecter des consignes simples, en autonomie
  • Être persévérant dans toutes les activités

Faire preuve d'initiative

  • S’impliquer dans un projet individuel ou collectif

Description

Les élèves de 6e connaissent bien les Fables, que l'on donne encore beaucoup à apprendre au cycle 3 (elles figurent en effet explicitement au programme de littérature et dans la liste d'oeuvres de référence pour l'enseignement de l'histoire des arts). On partira donc de leurs connaissances sur ce genre et sur La Fontaine pour travailler plus spécifiquement sur la lecture expressive, l'histoire des arts et la rédaction d'un texte

Situation de la séquence dans la programmation annuelle

Commencer l'année de 6e par les Fables peut être rassurant pour les élèves. On peut également préférer les garder, précieusement, comme un souvenir lointain que l'on reconvoque et partage avant de se séparer.

Ainsi les élèves peuvent mesurer tous les progrès accomplis dans la maîtrise de la diction, dans l'amplification des capacités de mémorisation et dans sa compréhension de la fable, de ses sources et de ses postérités en littérature comme dans les autres arts. En proposant aux élèves de rassembler leurs connaissances puis de les amplifier et de les mettre en valeur dans un objet numérique destiné au site de l'établissement, on peut clore agréablement une année de travail ensemble.

Séance 1 : Souvenez-vous des fables !

On propose d'abord un jeu par équipe aux élèves. 

Consigne : souvenez-vous de fables que vous avez apprises en primaire et mettez-les en commun avec les camarades de votre groupe. Vous faîtes gagner un point par fable correctement identifiée (titre et auteur) et un point par membre du groupe capable de la réciter.

Cette activité qui vise à convoquer la mémoire des élèves et à définir le genre de la fable, crée une émulation dans la classe qui permet de travailler plus particulièrement les compétences 6 et 7. Elle est suivie de la rédaction d'un bilan écrit au tableau, permettant d'identifier les particularités du genre de la fable. Certains élèves ont une excellente mémoire et peuvent en réciter de très nombreuses. C'est également l'occasion de leur proposer de partager leur méthode de mémorisation avec le reste de la classe, si cela n'a pas déjà été fait au cours de l'année. 

Séance  2 : le lexique de la Fable

On propose aux élèves de comparer les définitions du mot fable issues de plusieurs dictionnaires (parmi ceux disponibles au CDI ou sur les postes informatiques) en complétant le tableau suivant :

Définition du mot FABLE Source 1 Source 2 Source 3
Référence du dictionnaire utilisé       
Prononciation      
Etymologie      
Sens propre      
Sens figuré 1      
Sens figuré 2      
Synonyme      
Antonyme      
Mots de la même famille      

 On compare ensuite le tableau obtenu avec la définition de fable proposée par le dictionnaire culturel Robert (pp.861-862) et ou avec celle proposée par Furetière dans son dictionnaire (disponible p.19 du dossier pédagogique du Musée Jean de La Fontaine Ecrire au temps de La Fontaine). On travaillera ainsi principalement la compétence 1.

Séance 3 : Qui est Jean de la Fontaine ? Comment écrivait-il ?

De nombreuses ressources existent pour aborder avec les élèves, la vie de Jean de La Fontaine. Outre de traditionnelles recherches documentaires dans des encyclopédies sur papier ou en ligne on pourra exploiter les ressources numériques et audiovisuelles suivantes : 

  • le dossier pédagogique du Musée Jean de La Fontaine de Château-Thierry qui propose des stations dans la vie de La Fontaine en lien l'art d'écrire au XVIIe siècle, Ecrire au temps de La Fontaine
  • le film de Daniel Vigne, La Fontaine, le défi auquel le CRDP de Paris a consacré un dossier pédagogique qui rassemble en ligne quatre extraits vidéos : Mini-site Jean de La Fontaine le défi du CRDP de Paris
  • l'épisode concernant La Fontaine et Boileau, dans le premier DVD de la collection l'Histoire personnelle de la littérature française par Jean d'Ormesson de l'académie française et Olivier Barrot Editions Montparnasse, qui présente une image vivante et empathique de celui qui y est qualifié de plus grand poète du XVIIe avec son cousin Racine.

On proposera ensuite aux élèves de rédiger une notice biographique sur l'auteur.

Séance 4 : mettre en page et en voix une fable

Cette séance de deux heures a lieu en salle informatique. On annonce aux élèves qu'ils vont créer un fablier multimédia.

Le professeur aura sélectionné préalablement une fable par élève dans les livres I à IV et l'aura copié dans un fichier texte en changeant la mise en page pour ne plus faire apparaître les vers. L'élève devra préparer l'édition de sa fable et enregistrer sa lecture expressive de celle-ci.

L'édition consistera à rétablir les vers en s'appuyant sur les effets de rimes et à appareiller le texte d'un chapeau présentant la fable et de notes de vocabulaire concernant les mots difficiles du texte.

Le travail de la lecture expressive fait l'objet d'un travail par groupe où les élèves s'écoutent et se donnent des conseils avant de procéder à l'enregistrement de la lecture expressive (à l'aide du magnétophone de Windows par exemple). Le résultat des lectures peut donner lieu à une évaluation.

Le travail au traitement de texte et l'enregistrement peuvent ensuite être mis en ligne sur le blog de la classe, le site de l'établissement ou enregistré sur une clé USB pour le communiquer aux parents.

Séance 5 : Comment écrivait Jean de La Fontaine ?

On commencera d'abord par faire émettre des hypothèses aux élèves sur la façon dont La Fontaine a écrit ses Fables. 

  • Les a-t-il imaginé ?
  • Les a-t-il copié ?
  • Ecrit-il en une seule fois ?
  • Fait-il des brouillons ?

La séance se poursuit par le visionnage d'un extrait du film La Fontaine le défi (extrait 2 disponible sur le Mini-site Jean de La Fontaine le défi du CRDP de Paris), dont voici le résumé. 

Nous sommes chez Madame de La Sablière , une des protectrices de La Fontaine. Un matin, l’hôtesse entre dans la chambre du poète et le trouve assoupi au dessus de sa table de travail. Il se réveille et explique comment, à partir d’Esope et de Pilpay, il compose ses fables : sa recherche porte avant tout sur la simplicité ; au modèle il ajoute une pointe d’ironie. La Fontaine raconte aussi combien son travail est long ; les choses ne lui viennent pas d’un coup, comme pour Racine ; il rature, recommence maintes fois sa fable.

 

On proposera ensuite un cours aux élèves qui présentera rapidement aux élèves les conditions d'écriture, de lecture et de publication au XVIIIe siècle. 

On structurera le cours en développant les points suivants :

  • L’écrivain classique du XVIIe  siècle se sait enrôlé dans une histoire littéraire dont son œuvre constitue un maillon. Il ne s’imagine pas créant sans modèles. Il est donc un "réécrivain plutôt qu'un écrivain" pour citer une fulgurance d'élève. On citera le cas de Corneille, Racine et La Fontaine.
  • Le public qui sait lire est extrêmement restreint. La lecture à voix haute est indispensable car elle seule permet la diffusion. Le succès des Fables sera avant tout dû à la présence des gravures de François Chaveau (qui accompagne la toute première édition) et à la possibilité de les apprendre afacilement par coeur, ce qui permis leur large diffusion auprès du peuple.
  • Les Fables, best-seller en leur temps, se vendirent à 600 exemplaires. On mentionnera également l'existence des privilèges d'édition, de la censure royale et la nécessité pour les écrivains d'avoir des protections pour subvenir à leurs besoins.

Nous proposons alors à chaque élève de compléter le fablier de la classe en recherchant la source de la fable dont il est responsable et des illustrations de cette fable au fil des siècles. Ils pourront s'appuyer sur le très beau travail de recensement d'illustrations et de sources (malgré les publicités) du site Shanaweb.net.

Séance 6 : du grec au latin, du latin au français classique et moderne

On propose aux élèves de s'initier aux langues anciennes et découvrant une fiche proposée par le site Hélios : Fables animalières 5e (latin/grec). En fonction des compétences du professeur on peut faire l'ensemble de la fiche en classe ou se contenter de faire de simples repérages sur celle-ci.

Après une lecture analytique de la fable Le Soleil et les Grenouilles , on proposera aux élèves d'en marquer leur compréhension en réécrivant la fable à leur façon. Après un premier jet, on procédera à une reprise collective où les élèves peuvent se conseiller les uns les autres avant de rédiger la version définitive, qui fera l'objet d'une correction orthographique individualisée avant d'être ajoutée au fablier de la classe,.

Séance 7 : marathon des fables.

Pour conclure, nous proposons à chaque élève de choisir dix fables dans le fablier de la classe, parmi celles de La Fontaine, d'Esope, des autres fabulistes sources ou de leurs camarades. Un spectacle peut alors être préparé : on regroupera dans une récitation chorale ceux qui ont choisi des fables identiques, on associera les fables sources avec les fables réécrites,bref on laissera la créativité des élèves s'exprimer.