Bandeau

Préparer les élèves à l’oral de contrôle du bac pro

Depuis quelques années une nouvelle épreuve permet aux élèves ayant obtenu une moyenne au baccalauréat professionnel entre 08 et 10, de passer deux épreuves dites « de contrôle ». La première épreuve concerne le domaine professionnel ou les mathématiques et sciences physiques, la deuxième épreuve le domaine du français ou de l’histoire ou de la géographie. Chaque épreuve étant notée sur 10, la note globale est sur 20.

Véronique Bourguignon, formatrice Lettres de l'académie de Paris, nous propose des idées pour y préparer nos élèves tout au long du cursus de bac pro.

Quelle est cette épreuve du bac professionnel ?

Le libellé du sujet de français est précisé dans le Bulletin officiel n°18 du 6 mai 2010 : « Après avoir présenté une œuvre(ou un groupement de documents) le plus précisément possible (titre de l’œuvre, l’auteur, époque de publication, propos de l’œuvre) vous expliquerez ce qui vous a intéressé dans cette étude dont vous présenterez les principales lignes de force. »

 

Cette interrogation orale se déroule en deux temps après un tirage au sort d’un sujet et d’une préparation de 15 minutes. Lors de la première partie le candidat s’exprime de manière autonome sur l’œuvre ou le groupement puis lors de la deuxième partie, s’engage un entretien entre l’examinateur et le candidat. Le professeur qui interroge peut poursuivre sur le même sujet, le même thème, le même objet d’étude ou il peut ouvrir sur le reste du programme. Cet oral permet de vérifier les qualités d’expression, d’organisation, de précision, d’écoute et de participation à l’échange. Un élève qui a été assidu, attentif, qui s’est entraîné, doit réussir cette épreuve.

Mais pourquoi préparer les élèves à l’oral de contrôle ?


 Plusieurs types de candidats se présentent à cette épreuve chaque année : ceux qui viennent sans connaître l’épreuve, ceux qui la connaissent vaguement mais qui ne se sont pas préparés et ceux qui se sont préparés. Les deux premières catégories échouent souvent ou obtiennent des notes insuffisantes alors que la dernière réussit. Nous connaissons la fragilité de certains de nos élèves, il est inutile de les mettre devant une difficulté supplémentaire.

En effet cette épreuve fait appel à une compétence qui fait souvent défaut aux élèves : la compétence orale. Il n’est pas toujours aisé pour eux de prendre la parole, d’organiser leur discours, d’argumenter notamment à l’oral. Le programme du Bac Pro en trois ans insiste sur cette compétence. Ainsi il incite les professeurs à pratiquer l’expression orale en classe sous différentes formes : individuelle, collective, préparée ou spontanée.

Nous verrons que si l’objectif est un oral individuel et préparé, nous pouvons lors de la formation des élèves intégrer différentes pratiques. Rappelons aussi que l’une des quatre finalités qui est  « entrer dans l’échange oral », demande aux élèves de savoir « écouter », « réagir », « s’exprimer ». La préparation à cette épreuve permet de répondre à ces exigences.

Alors comment préparer les élèves ?

Seconde : interrogation sur les contenus

Dès la seconde, à la fin de l’étude d’une œuvre, les élèves peuvent être interrogés de manière spontanée sur son contenu, sur leur impression, leur ressenti.

Cet exercice peut être l’occasion d’un échange en classe, d’une confrontation des opinions. C’est aussi apprendre à prendre en compte le goût des autres et alors d’être conscient de la subjectivité de ses goûts. Par ailleurs les élèves doivent être capables de répondre à la problématique qui a guidé la lecture.  

A la fin de l’étude d’un Parcours de personnage, les élèves peuvent préparer une présentation d’un héros avant de le présenter oralement devant la classe. Après avoir découvert différents personnages, spontanément, ils ont l’occasion de discuter des raisons pour lesquelles ils les ont aimés ou non.

Lors d’une séquence sur la construction de l’information, nous proposons de rendre compte d’un événement d’actualité, de débattre, c’est-à-dire « d’argumenter », « d’écouter », « de réagir », de « s’exprimer » sur le thème : par exemple, les médias disent-ils la vérité ? Tout le monde peut-il être journaliste ?

Première : réfléchir sur le lien qui unit les différents documents d’un groupement

On peut en début de séquence leur demander  la relation qui a motivé ce rapprochement. Ce premier travail leur donne l’occasion de s’entraîner à la présentation d’un groupement et de préciser ce qui relie les documents. On peut encore leur proposer un tableau de bord de lecture que chacun remplit au fur et à mesure de l’étude et qui permet de mettre en avant les idées essentielles de l’œuvre. Ce support permet de faire la synthèse de ce qui a été vu lors de la séquence, de mettre en avant les points forts, le questionnement qu’il soulève. Pour les premières interventions, une fiche guide peut leur être donnée puis elle peut être construite ensemble, en classe. Progressivement les élèves prépareront seuls leur intervention.  Par ailleurs, les différents objets d’étude nous invitent à pratiquer divers types d’oraux.

Lors de l’étude d’un groupement ou d’une œuvre intégrale dans Du côté de l’imaginaire, on peut faire lire des poèmes à haute voix est ainsi « goûter la puissance des mots et des ressources du langage » ou encore faire expliquer, sans préparation, ce que suggère tel poème, tel tableau. L’objet d’étude Les philosophes des Lumières et le combat contre l’injustice donne l’opportunité d’exprimer son point de vue, d’écouter le point de vue de l’autre et de le reformuler. Quant à L’homme face aux avancées scientifiques et techniques : enthousiasmes et interrogations, lors d’une étude d’un documentaire, les élèves reformulent oralement ce qu’ils ont vu ou lu, exposent leur opinion sur une avancée scientifique ou technique voire débattent.

Terminale : préparer un oral type « oral de contrôle »

En terminale, à chaque fin de séquence, on peut demander aux élèves de préparer un oral type « oral de contrôle ».

Cet exercice permet d’apprendre à présenter à l’oral une œuvre ou un groupement de textes, de définir le lien avec l’objet d’étude et d’émettre un jugement argumenté sur l’intérêt de telle ou telle lecture. Pour compléter, pour s’entraîner à prendre régulièrement la parole, en classe, devant les autres, nous organisons des débats autour des valeurs exprimées dans les œuvres étudiées. Ainsi nous permettons aux élèves d’entrer en contradiction avec les autres tout en prenant en compte leur opinion pour enfin exprimer leur propre point de vue.

Mais nous pouvons aussi les inciter à dire un discours politique, à mettre en voix un texte de théâtre pour prendre conscience de l’importance de l’éloquence, des silences, des intonations, des gestes et attitudes lors d’une prise de parole.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons dire que bien préparer les élèves à l’oral de contrôle c’est aussi bien les préparer aux épreuves écrites.

Celle de terminale notamment, demander aux élèves de maîtriser l’argumentation délibérative mais aussi d’illustrer leurs arguments par des exemples tirés de leurs lectures de l’année. Comment les préparer si ce n’est qu’en parlant régulièrement des œuvres lues en cours ou en dehors des cours ou en confrontant les idées dans un débat.
Bien sûr le temps nous manque mais il ne s’agit pas d’interroger chaque élève à chaque fin de séquence mais d’en prendre quelques uns après chaque phase d’apprentissage. En fin d’année tout le monde a passé au moins une fois cette épreuve et a pu assister à plusieurs oraux. Dans tous les cas, tout le monde prépare son intervention pour le jour prévu.
Ainsi préparés les candidats arriveront plus sereinement à l’épreuve et seront en capacité de la réussir.