Bandeau

Présentation du programme des Terminales ES et L, aménagé à la rentrée 2013

mis à jour le 18/05/14

Présentation des programmes de T Ce programme applicable à la rentrée 2012 a été aménagé à la rentrée 2013. Certaines questions ont été supprimées mais l'esprit et la démarche demeurent. *Accéder aux programmes 2013 dans l'encadré en savoir plus en bas de page.*
Jacqueline Jalta, Jean-Pierre Lauby IA-IPR sont intervenus le mercredi 9 mai 2012 à l'École alsacienne devant des professeurs de l'académie pour apporter leurs éclairages sur la mise en œuvre des programmes des classes de Terminale ES/L applicables à partir de la rentrée 2012. Compte-rendu proposé par Agnès Dullin et Nathalie Rodallec.
Jacqueline Jalta a présenté le programme d'histoire des Terminales ES/L et les épreuves écrites du baccalauréat de ces séries. Jean-Pierre Lauby a mis en lumière le programme de géographie des Terminales ES/L.
Jacqueline Jalta et Jean-Pierre Lauby ont rappelé les attentes générales du programme des Terminales ES/L en histoire et en géographie :
- la préparation des élèves à la poursuite d’études supérieures tant par les connaissances que par l’approfondissement des capacités et méthodes mises en œuvre depuis la Seconde.
- la mise en œuvre de clés de lecture nouvelles qui imposent de ne pas recycler les cours de l’ancien programme. Mise à jour octobre 2013

Histoire ES/L

Jacqueline Jalta, IA-IPR, présente le programme d'histoire des Terminales ES/L qui s'intitule  Regards historiques sur le monde actuel. Elle recommande de le présenter aux élèves en leur expliquant qu’il s’agira de s’appuyer sur le  regard spécifique de l’historien (démarches et les méthodes).

Une approche thématique

Jacqueline Jalta souligne que l’approche du programme est thématique.

Les "Questions" sont analysées à partir d’études qui ont été choisies en fonction de leur pertinence par rapport au traitement de la question. Les études donnent du sens aux "Questions" et donc aux "Thèmes".

 La fourchette horaire à respecter est de 57 à 62 heures. Il est nécessaire de veiller à introduire une parité horaire entre l'histoire et la géographie.

Des passerelles sont possibles :

  • entre les deux programmes d’Histoire et de Géographie, par exemple entre les "chemins de la puissance" et l'étude des  États-Unis et de la Chine ;
  • entre les programmes de Terminale  et  de Première ; à propos de la guerre d'Algérie par exemple.
  • avec le programme de philosophie.

 Organisation du programme

Articulation des études de la question et du thèmeJacqueline Jalta présente les 4 thèmes du programme, les  "Questions" et les études à mener. Elle insiste sur la nécessité de toujours veiller à associer étroitement l’étude avec la "Question" et le "Thème", en liaison avec le fil directeur du programme.


Le professeur est amené à choisir un parcours de manière cohérente, selon l'esprit du programme et le fil directeur. 

  • Thème 1 - Le rapport des sociétés à leur passé ( mémoire).
    Une "Question" avec deux études au choix. (actualisation 2013)
    Le thème 1 constitue le seul thème avec des études au choix.

Jacqueline Jalta montre que le programme propose des temporalités et des échelles différentes pour les thèmes 2, 3 et 4.

  • Thème 2- Idéologie, opinions et croyances en Europe de la fin du XIXème à nos jours . Deux "Questions" obligatoires à étudier. (actualisation 2013)
  • Thème 3 - Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours. Deux "Questions" sont à mener.
  • Thème 4 - Les échelles de gouvernement du monde.
    Trois Questions à des échelles différentes : celle de l'Etat-nation, l'échelle continentale, l'échelle mondiale.

 Remarques

Jacqueline Jalta souligne que le thème 1 invite à une réflexion sur le rapport des sociétés avec leur passé. Il est  nécessaire d'y  présenter l’évolution de la réflexion des historiens dans le temps. Sur les autres thèmes, les questions historiographiques peuvent être abordées sans être développées.

Le thème 3 repose sur la  volonté de revenir et d’approfondir des questions géopolitiques et géostratégiques :
 «  Les chemins de la puissance » conduit ainsi à mener  avec les élèves une réflexion sur la puissance ;
 « un foyer de conflits  oriente la  réflexion sur les conflits, en ce qui concerne leur résonnance dans le monde et dans l’espace. Elle exige donc de bien mesurer la place à accorder à l'évènementiel et au factuel.

Les thèmes 2 et 4 complètent le programme de 1ère en apportant des connaissances nécessaires à la compréhension de l’évolution des sociétés et des pouvoirs.

Jacqueline Jalta fait remarquer la place importante des études délimitées et la nouveauté de l'introduction de la mise en perspective dans ce programme d'histoire.

Organisation du travail des élèves

Le professeur devra veiller à accorder une place importante au travail autonome en conduisant les élèves à réaliser des recherches et à lire.

L'utilisation des TICE est attendue.

Les ressources pour la classe : un accompagnement indispensable

Jacqueline Jalta rappelle la consultation nécessaire des fiches ressources EDUSCOL Terminale ES/L qui en histoire, donnent des éléments de réflexion pour aider le professeur à construire le cours.

Les professeurs pourront y retrouver :
- les problématiques générales du "Thème" ;
- la présentation de la "Question" : quotité horaire, types exercices, problématique de la question, interrogations qui peuvent servir de fil directeur ;
- les supports d’étude « le point sur » ;
- les pièges à éviter ;
- les rubriques histoire des arts (entrées possibles) ;
- une courte bibliographie.

Ces fiches sont téléchargeables depuis ce site.

La présentation complète explicitations du programme d'histoire des Tles ES L est téléchargeable dans l'encadré "En savoir plus" situé ci-dessous.

Très signalé : une rencontre académique portant sur les programmes des Tles ES/L et S s'est déroulée  le 9 avril 2014. Une présentation comparative des programmes et des épreuves écrites et orales du baccalauréat ont été exposées.
Accéder à la ressource

Géographie

Jean-Pierre Lauby présente le programme de géographie des Terminales ES/L. Il s'intitule : "Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires".
La fourchette horaire est de 57 à 62 heures. Il convient de respecter la parité entre l'histoire et la géographie.

Un continuum thématique

Jean-Pierre Lauby présente les trois thèmes du programme :
- Thème 1 introductif - Clés de lectures d'un monde complexe
Une seule question (la question des cartes pour comprendre la Russie ayant été supprimée dans les aménagements à la rentrée 2013.)
- Thème 2 - Les dynamiques de la mondialisation
Trois questions.
- Thème 3 - Dynamiques géographiques de grandes aires continentales
Trois Questions.

Il en souligne le continuum thématique. En effet, le thème 1 "Des cartes pour comprendre le monde", est introductif. Posant les enjeux généraux du programme, il est indispensable pour comprendre les autres thèmes.
Il est néanmoins ensuite possible d’inverser l’ordre des thèmes 2 et 3.

Jean-Pierre Lauby rappelle la nécessité en géographie comme en histoire d'articuler de manière étroite la mise en oeuvre avec la Question et le Thème dans l'optique de l'intitulé du programme.

Le bouclage pédagogique

Une série de nouveautés

  • Une approche nouvelle des Etats par l’introduction d’études conjointes :
    - par exemple : "Etats-Unis-Brésil, rôle mondial, dynamiques";
    - par exemple : "Japon-Chine : concurrences régionales"
  • Des approches géostratégiques : l’étude des espaces maritimes
  • De nouvelles études : le Sahara, l’Afrique du Sud, (NB l'étude du bassin caraïbe a été supprimée dans les aménagements de la rentrée 2013),

Un travail sur les changements d'échelles

Jean-Pierre Lauby montre que ce travail conduit à des logiques différentes. Il s’agit en effet de prendre en compte la métrique et également la vision d’un objet avec des approches différentes.

Jeu des échelles
Par exemple, en ce qui concerne l’étude de l"’Amérique : puissance du Nord ou affirmation du Sud" : on abordera les échelles étatique, infra-continentale, continentale, mondiale. Jean-Pierre Lauby recommande à ce propos l’utilisation de la fiche ressource « la variété des échelles géographiques ».

Les enjeux des études de cas

Jean-Pierre Lauby démontre qu'ils ne sont pas tout à fait les mêmes dans les trois niveaux de la Seconde à la Terminale.

En Seconde, l’étude de cas est centrale dans toutes les questions. Elle se situe en amont de la mise en perspective.

En Première : deux approches se superposent.
Il s'agit soit d'études de cas classiques, c'est-à-dire une situation parmi d’autres, située en amont de la mise en perspective ;  soit du traitement d’un sujet comme une étude de cas alors que le programme ne l'y invite pas officiellement, en l’occurrence pour Paris ville mondiale.

En Terminale ES / L : une place différente est dévolue aux études de cas dans les questions.
Par exemple, dans le thème 2, " un produit mondialisé ", il faut comprendre qu'il s’agit d’une partie de la question. Les autres entrées possibles de la question en reprennent des éléments et en développent d’autres permettant de pouvoir intégrer les autres données.
De même, dans le thème 3, "Mumbai : modernité, inégalités", constitue un aspect de la mise en perspective différent dans les autres entrées.

Une nouvelle approche de la cartographie

Jean-Pierre Lauby souligne la conduite nécessaire d'une réflexion critique sur les modes de représentations cartographiques.

Il recommande d'être particulièrement attentif :
- à bien faire distinguer aux élèves les types de cartes : descriptives, analytiques ou synthétiques. 
- à veiller au vocabulaire utilisé dans les consignes de lecture. Une carte « ne révèle rien », une carte « ne montre rien ». C'est plutôt la lecture de la carte qui permet "d'observer", "de relever"...
Il revient au professeur d'initier les élèves à un langage cartographique plus développé, en utilisant la terminologie appliquée aux grands types de représentations cartographiques.

Des fonds de carte pour préparer les élèves à l'épreuve du croquis sont téléchargeables ici.

Jean-Pierre Lauby annonce la mise en place dans l'académie d'un gros programme de stages proposé pour la formation continue des enseignants, notamment sur la cartographie et ses usages. Consulter le PAF (plan de formation académique pour s'y inscrire.

Évolution des notions

Jean-Pierre Lauby fait le point sur des évolutions notionnelles.

Evolutions successives des notions anciennes 

  • Sous-développement/ voies de développement / PED / Développement durable 
  • Nord-Sud /  Nords Suds pays développés/ pays émergents / Pays moins avancés
  • Système monde et Triade / monde multipolaire / voire économie monde multipolaire
  • Ville monde ville globale ville mondiale / ville mondialisée (n’a pas toutes les fonctions de la ville monde) / méta-cité mondiale

Apparition de nouvelles notions 

  • Etats défaillants,
  • zones grises,
  • réarmement étatique,
  • BRICS …

Remarques concernant la mondialisation

  • "Platénisation" : vision spirituelle du monde (selon Teilhard de Chardin) ;
  • "Globalization" : terme économiste (marchés financiers)
  • "Économie monde" : selon Braudel partie de l’espace-monde gouverné par un centre
  • "Économie mondiale" : économie monde à l’échelle de la planète aujourd’hui

Les fiches ressources : un accompagnement indispensable

Jean-Pierre Lauby rappelle la consultation nécessaire des fiches ressources EDUSCOL Terminale ES/L qui indiquent des éléments pour aider le professeur à construire le cours, tant sur le fond que sur la forme.

Les professeurs pourront y retrouver :
- les problématiques
- les démarches possibles pour mettre en œuvre la "Question"
- des indications pour mettre en œuvre les différentes études et études de cas
- des indications pour mettre en œuvre l'entrée générale de la "Question"
- les pièges à éviter
- les orientations pour les épreuves du baccalauréat
- des pistes bibliographiques pour aller plus loin

Ces fiches sont téléchargeables depuis ce site.

La présentation complète utilisée par Jean-Pierre lauby est téléchargeable dans l'encadré "En savoir plus", situé ci-dessous.

 

Epreuves écrites du Bac ES/L

Jacqueline Jalta fait le point sur les modalités des  épreuves écrites du baccalauréat en Terminale ES/L à partir de la session 2013.

Mise en garde

Toutes les questions peuvent faire sujet, il faut donc être attentif à traiter l’ensemble du programme.

Modalités

Durée

4 heures

Structure de l’épreuve 

L'épreuve est composée de deux parties.

Première partie : une composition.
Il s’agit de répondre à un sujet en histoire ou en géographie. 2h30 (conseillé)

Seconde partie : un exercice portant sur la discipline non donnée en première partie.
En histoire : une étude critique d’1 ou 2 documents. Une consigne est donnée comme en classe de Première. Il est nécessaire de former les élèves à la démarche critique d’un document.
En géographie : soit une étude critique d’un ou de deux documents, soit une production graphique (croquis).

Coefficient

Les coefficients n’ont pas changé : L = 4, ES = 5

Remarques

Thème 1: une composition ne peut pas être demandée sur les cartes.

On mesure les capacités à mobiliser les connaissances, à argumenter et à analyser les documents de manière critique. La maîtrise de la langue doit être correcte.

Sujets alpha

Jacqueline Jalta présente des exemples de sujets qui ont été conçus par un groupe d’experts et par l’Inspection générale. Ces sujets sont consultables en ligne sur ce site.

Séquences pédagogiques

Marianne Izembart Jean-Pierre LaubyDes collègues du groupe Lycée et du groupe GIPTIC (groupe d'intégration pédagogique des Technologies de l'information et de la communication) ont présenté des démarches complètes de séquences de cours ancrées dans le programme d'histoire et de géographie des terminales ES/L  applicable à la rentrée 2012.

 

 

 

En histoire

Vignette dessin de presse Plantu The NewsMédias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l'affaire Dreyfus. Thème 2 : "Idéologies, opinions et croyances en Europe de la fin du XIXe siècle à nos jours". Question 2 : "médias et opinion publique". Par Eric Godeau, professeur au lycée Hélène Boucher (Paris 20e) et au lycée Paul Valéry (Paris 12e), membre du groupe Lycée.

 Accéder à la ressource

 

Tableau Richard Hamilton 1922-2011 Just What Is It That Makes Today’s Homes So Different, So Appealing 1956Les Etats-Unis et le monde depuis les 14 points du président Wilson. Thème 3 : "Puissances et tensions dans le monde de la fin de la Première Guerre mondiale à nos jours". Question 1: "Les chemins de la puissance". Etude avec intégration de l'histoire des arts. Par Christophe Gaudin, professeur au lycée Henri IV, (Paris 5e) et membre du groupe Lycée.

 Accéder à la ressource

 

 

Schéma de synthèse mémoires et territoires de la guerre d'AlgérieL'historien et les mémoires de la guerre d'Algérie. Thème 1 : "Rapport des sociétés à leur passé". Question 2 : "Les mémoires, lecture historique". Etude au choix.  Intégration d'axes mémoriels. Réalisation d'un schéma. Par Karine Ramondy, professeur à l'IUFM/Paris I.

Accéder à la ressource

 

En géographie

Sahara - LogoLe Sahara, ressources et conflits. Thème 3 :  "Dynamiques géographiques des grandes aires continentales". Question 2 : " L'Afrique, les défis du développement". Cartes animées et réalisation d'un croquis. Par Samuel Coulon, professeur au lycée Sophie Germain, (Paris 4e), membre du groupe Lycée et du GIPTIC.

Accéder à la ressource

 

Narinam PointMumbai : modernité, inégalités. Thème 3 : "Dynamiques géographiques des grandes aires continentales". Question 3 : "L'Asie du Sud et de l'Est : les enjeux de la croissance". Réalisation d'un croquis. Par Marianne Izembart Sdika, professeure au lycée Paul Bert, (Paris 14e), membre du groupe Lycée.

 Accéder à la ressource

 

 

À voir