Bandeau

Mesurer les performances d’un système de production (TRG)

Logo TRG

La recherche permanente de performances dans les entreprises pousse leurs responsables à adopter une démarche de progrès visant à améliorer les indicateurs représentatifs de la productivité. C’est l’Afnor qui a mis un terme aux nombreuses discussions sur la façon de calculer et de nommer ces indicateurs de productivité, par la norme NF E60-182, qui définit une méthode d’évaluation des performances des moyens de production. Voici donc l’essentiel de ce qu’il faut savoir pour déterminer ces indicateurs.

L’entreprise est réellement gagnante si elle peut augmenter sa production sans investir dans des moyens supplémentaires. Pour cela, elle cherche à obtenir le maximum de la capacité de production en limitant le plus possible les pertes de quelque nature que ce soit. Le gain escompté passe donc par la suppression des pertes. La démarche adoptée est nécessairement globale pour circonscrire toutes les causes de ces pertes de production. Elle consiste à calculer le ratio entre la quantité de produits bons fabriqués – donc vendables – et la quantité de produits bons du premier coup (BPC) que l’on aurait pu fabriquer dans des conditions idéales. Ce ratio maximaliste s’appelle le taux de rendement global (TRG).

Dans certaines entreprises, le TRG est de l’ordre de 40 à 60 %. Un TRG égal à 50 % signifie que la moitié de l’investissement n’est pas utilisée, alors que son amortissement sur sa valeur totale est bien inclus dans le prix de revient de fabrication (PRF). Avoir un TRG de 50 % signifie aussi que l’entreprise dispose – sans avoir à investir – d’un « deuxième équipement » pour produire plus, mais aussi pour être plus flexible et pour pouvoir respecter ses délais.

On le voit bien, augmenter le TRG permet, pour un même investissement, soit de produire plus (augmentation de valeur ajoutée créée), soit de produire plus vite (réduction des délais de production), soit encore de dégager des plages de temps pour les réglages nécessités par les changements de productions (augmentation de la flexibilité).

Pourquoi aborder cette question de la détermination de la performance d’un système de production ? Tout simplement parce que les formations de BTS qui touchent de près la fonction de production traitent dans les programmes des démarches d’amélioration continue de la productivité BTS CRSA, BTS IPM, BTS MI). 

Lire la suite de l'article de Philippe Taillard extrait de la revue Technologie [CNDP] n°154.

Bandeau Amelioration