Bandeau

Brevet des collèges : nouvelles épreuves

mis à jour le 05/11/13

Photo 2 animation 19 décembre&#x Lors de l'animation pédagogique du 19 décembre 2012 à l’École alsacienne, Jacqueline Jalta, Rachid Azzouz et Jean-Pierre Lauby, IA-IPR, ont apporté des éclairages sur la nouvelle épreuve du brevet des collèges et les capacités à mettre en œuvre. Les professeurs des groupes académiques de travail Nathalie Rodallec, Émilie Giniès, Marie-Pierre Jolly, Jean-Luc Kharitonnoff et Patricia Barbon ont présenté des pistes de réflexion et des démarches afin de préparer les élèves aux épreuves et mettre en évidence la continuité des apprentissages et des capacités à maîtriser en amont dès la sixième.

Présentation

En préambule...

Jacqueline Jalta et Jean-Pierre Lauby, IA-IPR, introduisent la présentation de la nouvelle épreuve. Ils rappellent que :

  • la mise en oeuvre des programmes nécessite une conformité aux instructions officielles. La lecture des textes parus en 2008 fait comprendre les angles d'approche et leurs profondes différences avec le programme précédent ;
  • la pratique et l'intégration dans les leçons des capacités demandées au brevet est un processus continu qui se développe dès la Sixième et qui se poursuit au lycée ;
  • il faut porter une attention particulière aux sens des mots et expressions : qu'ils expriment des capacités, des consignes, des types d'exercices, des notions, etc., ils recoupent des réalités différentes. On ne peut pas confondre des verbes comme "nommer", "hiérarchiser", "identifier", "caractériser". "Développement construit", "paragraphe argumenté" et "synthèse" sont des exercices de rédaction différents. "Espace" et "territoire" ne sont pas des mots interchangeables, etc. Cette rigueur évite notamment les disparités dans les leçons et les corrections.

Quelques permanences et des différences

Rachid Azzouz, IA-IPR, présente la nouvelle épreuve.

La comparaison des BOEN de 1999 et 2012 révèle que l'épreuve reste écrite, de même durée (2 heures) et qu'elle évalue toujours :

  • la maîtrise de connaissances fondamentales constitutives de nos matières ;
  • un travail sur document ;
  • l’aptitude à lire et à rédiger de façon organisée.

Elle porte sur des démarches spécifiques de l'Histoire, de la Géographie, de l'Education civique : acteurs, enjeux, conséquences, portée,  jugement critique et distanciation par rapport au document, etc.

En revanche, la nouvelle épreuve évalue également des connaissances et compétences définies par le Socle commun au palier 3, notamment C1, C2 et C6, ce qui induit des changements d'habitudes et de pratiques dans les enseignements.
Certaines attentes de l’examen sont nouvelles comme les tâches cartographiques, ou profondément renouvelées, comme le développement construit.

Enfin, la structure de l’épreuve est totalement refondue :

  • plusieurs thèmes des trois disciplines sont interrogés, sans choix pour l’élève, ce qui rappelle la nécessité de traiter l’intégralité des programmes ;
  • sur l’ensemble de l’épreuve un seul développement est demandé ;
  • un seul document est analysé dans chaque partie.

Les exercices sont conformes aux pratiques habituelles des démarches de l’histoire et de la géographie scolaires et n’ont pas pour but de rechercher la difficulté inutile. Ils sont toutefois variés afin de ne pas enfermer l’élève dans les mêmes compétences et d’offrir une large palette de tâches possibles, d’où la nécessité de diversifier les évaluations. Cela implique que les professeurs expliquent à leurs élèves tout au long de l'année et dès la Sixième l'importance de la lecture des consignes (localiser, situer, décrire, raconter, expliquer, etc.) et que ces consignes ne demandent pas les mêmes opérations intellectuelles.

Synthèse 1 DNB

Les candidats composent sur le sujet lui-même qu'ils rendent en fin d'examen : la taille des cadres où le candidat inscrit sa réponse sert d’indicateur, mais l’élève pourra composer sur des feuilles intercalaires si besoin.

Structure de l'épreuve

Rachid Azzouz, IA-IPR, décrit et explique les parties de l'épreuve.

Tableau épreuve DNB

Composition des parties

Chaque partie, d’une durée de travail d’environ 40 mn en fonction des sujets, est composée de deux sous-parties :

I. Questions

Elles appellent des réponses de longueur inégale.
L’une d’elle exige un développement construit, repéré par son intitulé. Une page d’écriture (une vingtaine de lignes) est attendue.
L’élève peut rédiger une phrase introductive et conclusive et organise son développement autour de deux ou trois idées.
Les questions peuvent porter sur les études de cas et les questions et exemples au choix.
Certaines portent sur les repères chronologiques et spatiaux étudiés de la 6e à la 3e, d’autres sur plusieurs thèmes des programmes de Troisième.
Elles sont variables en nombre et diverses afin de ne pas figer l’épreuve sur tel ou tel type de questions.

II. Travail sur documents

Un seul document par partie est proposé, de type variable, en relation avec le programme de 3e. Il doit pouvoir être lu et travaillé en 20-25 minutes.
L’étude peut porter sur un seul de ses aspects.
Afin d’éviter les routines, elle est guidée par des consignes et questions de formes variées et portant sur des tâches elles-mêmes diverses (prélèvement d’information, recherche du sens) sur le document lui-même ou en dehors.

Précisions sur chaque partie

Première partie : Histoire

Notée sur 13 points ventilés en fonction des questions.
Les repères chronologiques évalués sont inscrits à la fin de la partie Histoire du BO. Le sens des repères des programmes de 4e et 3e peut être demandé.
Les questions permettent de vérifier la connaissance de notions, d'acteurs et de faits historiques essentiels et l’acquisition des capacités.
Dans le travail sur document, il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, de prélever des informations, et, si on le demande, de porter sur ce document un regard critique en indiquant son intérêt ou ses limites.

Deuxième partie : Géographie

Notée sur 13 points ventilés en fonction des questions.
Les repères spatiaux sont à localiser sur un fond de carte. Ils sont inscrits à la fin de la partie Géographie du BO. Il ne faut pas s’inquiéter de l’absence d’une liste nominative : l’élève devra savoir nommer et placer un nombre limité de repères importants parmi ceux proposés sur le fond de carte.
Les questions permettent de vérifier à la fois la connaissance de notions, d'acteurs et de situations géographiques essentiels et l’acquisition des capacités.
Dans le travail sur document, il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, de prélever des informations.
Si on le demande, le candidat réalise une tâche cartographique simple.

Troisième partie : Éducation civique

Notée sur 10 points ventilés en fonction des questions.
Les questions vérifient la connaissance de valeurs, de principes, de notions, d'acteurs.
Dans le travail sur document, il s'agit de l'identifier, d'en dégager le sens, en rendant compte du problème politique ou social qu'il illustre.

La maîtrise de la langue est notée sur 4 points.

La tâche cartographique

Elle correspond à un objectif des programmes : « L’élève approfondit au collège la capacité à lire et à utiliser des cartes ainsi qu’à réaliser des croquis » (Introduction des programmes du collège). Il s'agit donc de poursuivre le travail commencé dès la classe de Sixième.
La tâche cartographique désigne toute forme de travail sur une carte ou sur un croquis. Exemple : compléter une légende, tracer des flux, mettre en relation des espaces géographiques, choisir ou utiliser un figuré, identifier un espace sur une carte en l’entourant ou le hachurant…
Elle peut être demandée dans la sous-partie « Questions » et dans la sous-partie « Travail sur documents ».

Sujets alpha

Lecture du sujet alpha

A titre d’exemple d’application, Rachid Azzouz analyse les sujets alpha (annales zéro).

Le travail est en rapport avec les compétences C1, C5 et C6 du Socle.

Les questions

  • appellent des réponses de longueur variée : de la réponse courte au texte structuré et argumenté ;
  • correspondent à des tâches et des capacités diverses : connaître des repères, des notions, des faits historiques ou géographiques, localiser et situer sur une carte, citer des valeurs, des principes, sélectionner à partir d’un choix multiple, expliquer, définir, citer un exemple, etc.
  • dans le travail sur les documents il s'agit de : lire et pratiquer différents langages, identifier un acteur, dégager et comprendre le sens, expliquer à l’aide de connaissances, prélever des informations, analyser une évolution historique et ses conséquences, donner un titre, réaliser plusieurs tâches cartographiques, porter un regard critique, exprimer un point de vue.

Lecture sujet alpha DNB histoire

Dans ce sujet  :

  • en Histoire, les repères sont issus du programme de Quatrième et les autres exercices portent sur deux thèmes du programme de Troisième ;
  • en Géographie, les repères sont en rapport avec le programme de Troisième et les autres exercices portent sur deux thèmes du programme ;
  • en Éducation civique, les trois parties du programme sont interrogées.

Autres ressources

Outre les annales zéro, Rachid Azzouz rappelle les ressources utiles :

  • le vade-mecum des capacités au collège ;
  • la présentation des programmes ;
  • les propositions de séquences pédagogiques en ligne sur le site académique.

Proposition de démarches

Les capacités sont exigibles aux épreuves du DNB. "Ce n’est pas l’examen qui commande les pratiques mais les pratiques qui sont vérifiées lors de l’examen." (Nathalie Rodallec). La mise en œuvre des capacités passe par leur intégration dans la leçon et les démarches de cours. Les professeurs des groupes académiques de travail, pilotés par les IA-IPR, en proposent des exemples.

Capacités et enjeux

vignette continuum des capacitésNathalie Rodallec, formatrice, coordinatrice du groupe académique LYCÉE, du GIPTIC et du site académique, professeure au lycée Lavoisier (Ve arr.) propose une réflexion sur le continuum des capacités au collège et au lycée.

 

Accéder à l'article

Présentation d'activités pédagogiques pour mettre en oeuvre des capacités

Décrire et expliquer la guerre des tranchées

Assaut VerdunPour le thème "La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale 1914-1918" en 3e, par Nathalie Rodallec, formatrice, coordinatrice du groupe académique LYCÉE, du GIPTIC et du site académique, professeure au lycée Lavoisier (Ve arr.)

 

Accéder à la ressource

Réaliser un croquis, décrire et expliquer la répartition de la population en France

Vignette répartition population FrancePour le thème "Le territoire national et sa population" (Géographie, 3e) par Emilie Giniès, professeure au collège-lycée François-Villon (XIVe arr.), Marie-Pierre Jolly, professeure au collège-lycée Montaigne (VIe arr.) membres du groupe Collège et Jean-Luc Kharitonnoff, professeur au collège Léon-Gambetta (XXe arr.), coordinateur du groupe Collège.

Accéder à la ressource

Raconter et expliquer le Congrès de Tours

Vignette L. Blum 1Pour le thème "La République de l'entre-deux-guerres, victorieuse et fragilisée" (Histoire, 3e), par Emilie Giniès, professeure au collège-lycée François-Villon (XIVe arr.), Marie-Pierre Jolly, professeure au collège-lycée Montaigne (VIe arr.) membres du groupe Collège. et Jean-Luc Kharitonnoff, professeur au collège Léon-Gambetta (XXe arr.) et coordinateur du groupe Collège.

Accéder à la ressource

À voir