Lutte contre le décrochage scolaire

Logo Decrochage

En préambule à la conférence de Fabien Fenouillet sur la motivation scolaire le 21 mars 2013, nous vous présentons quelques éléments de réflexion sur le rôle de l'enseignant dans la lutte contre le décrochage scolaire. Des pistes pour agir venues du Canada.

Mieux réussir avec le sentiment d’efficacité personnelle (SEP)

« Se sentir compétent pour agir efficacement dans son milieu. » Mme Thérèse Bouffard, professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, a abordé ce sujet et présenté les résultats de ses recherches sur la motivation des élèves au primaire. Ces résultat démontrent entre autres l’importance du sentiment d’efficacité personnelle dans la réussite des élèves.

Définir le SEP

La sous-évaluation, à tous les ordres d’enseignement, est « un facteur négatif dans la qualité de l’adaptation, du fonctionnement et du rendement scolaires des élèves ». En effet, un élève qui a un SEP faible tentera de protéger son image de soi en se désengageant, en étant passif et en déniant l’importance de l’école. À long terme, une telle situation ne peut qu’engendrer le décrochage, l’isolement et la difficulté de faire un choix de carrière adéquat.

Le caractère subjectif du SEP n’illustre pas les capacités réelles de l’élève, mais mesure plutôt ce qu’il en pense.

Vous trouverez ci-après un diaporama sur le SEP.

Programme de recherche sur la persévérance et la réussite scolaires

Les facteurs qui conditionnent la persévérance et la réussite ont été étudiés dans 18 recherches récentes réalisées au Québec. Plusieurs sujets y sont traités en lien avec l’enseignement primaire et secondaire, l’enseignement collégial, la formation professionnelle et technique ou l’enseignement supérieur. Les résultats de recherche sont présentés dans le dossier "Persévérance scolaire" ci-après.

Evaluation de dispositif expérimental

Le Céreq a évalué un dispositif expérimental visant à favoriser le retour vers une formation qualifiante des jeunes non diplômés en rupture scolaire. L'absence d'impact sur les parcours mesuré par une méthode randomisée contraste avec la satisfaction des acteurs et des bénéficiaires.