Bandeau

Sélection de ressources bibliographiques et numériques sur l’histoire de la 1ère Guerre Mondiale

Enseigner la Première Guerre Guerre mondiale : sélections bibliographiques et numériques par Juliette Courmont.

La liste complète est téléchargeable au format PDF dans la rubrique "En savoir plus" située en bas de l'article.

Ressources générales

Synthèses

  • Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard, 2004, réédition Perrin, Tempus, 2012.

Une mine d’articles publiés par les meilleurs spécialistes de la question qui présente des mises au point rapides et d’une grande qualité sur tous les aspects du conflit. Les cahiers iconographiques (13 cartes commentées et 6 cahiers d’illustrations rassemblant plus d’une centaine d’objets et d’œuvres pour la plupart inédits et tous issus de la très riche collection de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne) n’ayant pu être intégrés à la réédition sont accessibles en ligne. (http://www.historial.org/Centre-international-de-recherche/Encyclopedie-de-la-Grande-Guerre-1914-1918-Illustrations-et-cartographie)

  •  Nicolas Beaupré, Anne Duménil, Christian Ingrao (dir.), 1914-1945 : L’ère de la guerre.T. 1 : Violence, mobilisations, deuil (1914-1918), Paris, A. Viénot, 2004.

 

  • S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, C. Ingrao, H. Rousso (dir.), La violence de guerre, 1914-1945, Paris/Bruxelles, IHTP-CNRS/Complexe, coll. « Histoire du temps présent » 2002, 348 pages.

Une approche comparatiste qui recense des contributions très utiles organisées en trois thèmes : les violences du champ de bataille, les violences contre les populations, et traumatismes, deuils, réactions.

  • François Cochet et Rémy Porte (dir.), Dictionnaire de la Grande Guerre, 1914-1918, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008, 1120 pages.

Un instrument de travail très utile de façon générale et plus particulièrement en ce qui concerne l’histoire militaire et les enjeux politiques et diplomatiques de la guerre.

  • Nicolas Beaupré , Les Grandes Guerres 1914-1945, Belin, Histoire de France, 2012.

Un des treize volumes de l’ambitieuse collection Histoire de France dirigée par J. Cornette. 5 chapitres sont consacrés à la Grande Guerre mêlant des perspectives d’histoire sociale, politique et culturelle du conflit. L’atelier de l’historien donne des éclairages sur les sources et leurs usages, et sur l’historiographie de la période.

 

  • Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean-Jacques Becker, Damien Baldin, Nicolas Beaupré, Manon Pignot (dir.), État de guerre, l’année 1914 à travers les publications officielles, Paris, La Documentation française, 2013.

Des textes officiels et de personnalités de la France de 1914, éclairés par le regard d’historiens spécialistes de la question.

  • Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, Cambridge History /Fayard, 2013, 3 tomes prévus (Combats, Etats, Sociétés). Parution à partir d’octobre 2013.

Un ouvrage réalisé en collaboration avec le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, dont l’ambition est de devenir le livre de référence sur ce conflit. Il réunit  les plus grands spécialistes  du monde entier, afin de rendre compte des avancées les plus récentes dans une perspective d’histoire globale : « Véritable synthèse transnationale, cet ouvrage englobe tous les espaces et les temps de la guerre » (Note de l’Editeur).

  • Site du Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 (http://www.crid1418.org/).

Un site qui propose des ressources en ligne, des pistes pédagogiques, des bibliographies thématiques et l’actualité de la recherche par les tenants de l’école d’une approche sociale de la guerre.
 

  • 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War (http://www.1914-1918-online.net/)

Une encyclopédie internationale, qui proposera progressivement une somme de contributions en anglais organisées par thèmes et par régions. Le projet est dirigé par des spécialistes de la question et mobilise des chercheurs du monde entier. C’est le plus important projet scientifique du côté allemand à être réalisé en vue du centenaire.

Historiographie

  • Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker,  « Violence et consentement : culture de guerre du premier conflit mondial », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 251-271.

Un article fondateur de la notion de « culture de guerre », qui développe le questionnement sur le consentement.  


  • Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, 2004.

Une réflexion sur les écritures de l’histoire de la Grande Guerre qui démêle les différentes narrations pour en resituer le cheminement et la richesse.

  • « La querelle du consentement, partir à la guerre : contrainte ou enthousiasme ? », Guerre et Société 4/4, La Fabrique de l’Histoire, France Culture, 17 janvier 2013. (http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-guerre-et-societe-44-2013-01-17)

Une rencontre organisée par Emmanuel Laurentin entre Stéphane Audoin-Rouzeau et Nicolas Offenstadt, qui revient sur le débat historiographique né dans les années 1990 et ses prolongements. Un échange stimulant qui dissipe les tensions pour se retrouver sur l’essentiel, voire un « Locarno historiographique » pour certains selon Nicolas Beaupré.

 

Ressources thématiques

Les civils

  • Anne Duménil, « La guerre au XXe siècle, 2. l’expérience des civils », La Documentation photographique, Paris, La Documentation française n° 8041, 1er trimestre 2005.

 

  • Annette Becker, Les cicatrices rouges 14-18. France et Belgique occupées, Paris, Fayard, 2010, 373 pages.

Un essai sur une autre expérience de guerre, le quotidien des civils en région occupée, fondé entre autres archives sur des journaux intimes et des dessins. Un cahier iconographique central riche.

 

  • Philippe Nivet, La France occupée. 1914-1918, Armand Colin, 2011, 480 pages.

Une référence qui restitue l’extrême dureté de cette autre réalité de la guerre. Un ouvrage illustré qui tient compte des travaux les plus récents et s’appuie sur des sources extrêmement variées et renouvelées.

Les femmes

  • Françoise Thébaud, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986, 319 pages.

Spécialiste de l’histoire des femmes et du genre, auteur de nombreux articles sur la question des femmes pendant la Première Guerre mondiale.

 

  • Morin-Rotureau Évelyne, Combats de femmes 1914-1918. Les femmes, pilier de l'effort de guerre, Paris, Autrement « Mémoires/Histoire », 2004, 256 pages.

Un ouvrage qui rassemble des contributions de spécialistes, dont Françoise Thébaud, Annette Becker ou Marie-Pascale Prévost Bault (Conservateur en chef de l’Historial de la Grande Guerre-Péronne), une iconographie riche, signature des éditions Autrement et accessible à tous publics. (Présentation et premières lignes consultables en ligne :  http://www.cairn.info/combats-de-femmes-1914-1918--9782746705159.htm)

Les enfants

  • Les enfants dans la Grande Guerre, CRDP, Académie d’Amiens, juin 2003. Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de la Grande Guerre. (http://crdp.ac-amiens.fr/crdp/historial/expo2003_1/accueil.htm)

Outil pédagogique à destination des enseignants et des élèves du primaire et du secondaire. Mini-site comprenant des archives, des articles thématiques synthétiques, des commentaires d’objets et des propositions d’activités pédagogiques.

 

  • Manon Pignot, La guerre des crayons : quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Paris, Parigramme, 2004.

Un album qui reproduit les dessins d’écoliers parisiens pendant la guerre, avec un appareil scientifique d’une grande qualité. Les documents se prêtent facilement à une exploitation pédagogique.

  • Manon Pignot, Allons enfants de la Patrie. Génération Grande Guerre, Paris, Le Seuil, 2012.

Ouvrage issu de la thèse de l’auteur qui entend écrire une histoire de l’expérience enfantine, en envisageant ceux-ci comme des acteurs, des observateurs et des témoins à part entière.

La culture de guerre

  • Laurent Veray, Les films d'actualité français de la Grande Guerre, Paris, AFRHC/SIRPA, 1995.

Un ouvrage qui met l’accent sur l’innovation que constitua la médiatisation de la Première Guerre mondiale. L’auteur y  interroge les questions de propagande, de représentations et de réception des actualités françaises. Une réflexion que l’on peut retrouver dans l’article, « Les images de la Grande Guerre. Des archives retrouvées pour des hommes oubliés » (Matériaux pour l’histoire de notre temps 1/2008 (N° 89-90), p. 5-19, accessible en ligne à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2008-1-page-5.htm) et aussi dans le beau livre La Grande Guerre au cinéma. De la gloire à la mémoire (Paris, Ramsay, 2008) qui présente en outre la représentation cinématographique de la Première Guerre mondiale, jusqu’à aujourd’hui, ce qui peut s’avérer précieux pour qui souhaite travailler cette entrée avec les élèves.

  • C. Prochasson et A. Rasmussen (dir), Vrai et faux dans la Grande Guerre, Paris, La Découverte,  2010, 360 pages.

Une série d’articles qui interroge le nouveau régime de vérité qui se met progressivement en place pendant la Première Guerre mondiale. Les approches sont diversifiées et signées par des spécialistes de la période.  (Sommaire consultable : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Vrai_et_faux_dans_la_Grande_guerre-9782707155597.html)

  • A. Becker et S. Audoin-Rouzeau, 1914-1918. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, réédition Folio-Histoire, 2003.

Un ouvrage qui explore les différentes dimensions d’une histoire culturelle de la guerre, à travers trois entrées : la violence, la croisade, le deuil. Stimulant.

  • Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre (France, Allemagne 1914-1920), Paris, CNRS éditions, 2006, 300 pages, réédition CNRS édition, coll. Biblis, Paris, 2013.

À la faveur d’un mouvement de publication de carnets et de journaux d’anciens soldats de la Grande Guerre, l’auteur examine le sens de l’écriture de l’expérience de guerre. Il s’intéresse de façon privilégiée à l’engagement des écrivains combattants et montre comment la guerre et les configurations d’après-guerre influent sur leurs pratiques.

  • Thierry Pech, Entretien vidéo avec Stéphane Audoin-Rouzeau, « Les sciences sociales face à la violence de guerre », La vie des idées.fr, 20 février 2008.

« Les sciences sociales ont longtemps occulté ou refoulé le « fait guerrier » alors même que les grands historiens et sociologues de l’entre-deux guerres furent aussi, pour beaucoup d’entre eux, des héros de la Grande Guerre. Cet étrange silence s’explique par une volonté farouche d’opposer la civilisation au conflit. Mais pour Stéphane Audoin-Rouzeau, la culture de guerre n’est pas un dehors de la culture ». (Notes du site) (http://www.laviedesidees.fr/Les-sciences-sociales-face-a-la.html)

  • Juliette Courmont, L’odeur de l’ennemi, Paris, Armand Colin, 2010.

Un petit ouvrage qui pose la question des représentations et de la diabolisation de l’ennemi, à partir de l’exemple des représentations françaises des Allemands pendant la guerre. Un cahier iconographique central très expressif.

Après la guerre

  • George L. Mosse, Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the World Wars, New York, Oxford University Press, 1991 (traduction : De la Grande Guerre au totalitarisme, la brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999, réédition Hachette Littérature, 2003).

Le livre inaugural de la thèse de la brutalisation.

  • Sophie Delaporte, Gueules cassées de la Grande Guerre, Paris, Noésis, 1996, réédition Agnès Vienot 2004.

Un ouvrage majeur, devenu un « grand classique », sur la question de la spécificité des blessures du combat en 1914-1918, et de leurs séquelles dans la vie des soldats, de leurs proches, et de la société d’après-guerre.

  • O. Faron,  Les enfants du deuil. Orphelins de la guerre et pupilles de la nation de la Première Guerre mondiale, la Découverte, 2001.

Un ouvrage qui examine l’élaboration d’une politique sociale à destination des « pupilles de la nation », l’affirmation d’un mouvement des orphelins de guerre, et sa complexe évolution dans l’entre-deux-guerres.

  • Bruno Cabanes,  La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Éditions du Seuil, collection « l’Univers historique », 2004, 560 pages.

Un livre qui examine les processus de la démobilisation principalement sous l’angle culturel. L’ouvrage nuance la rupture de la fin de la guerre et met l’accent sur le poids du deuil dans cet immédiat après-guerre.


Ateliers GIPTIC
  • Produire des ressources interactives grâce à un outil tel que Genial-ly
  • Devenir un cyber citoyen : Agir et utiliser le Web de façon écologique, responsable et civique.