Bandeau

Projet collaboratif: STS IRIS - Ecole des mines

Logo BTS IrisDepuis quelques années, l’École des mines de Paris, en partenariat avec des lycées technologiques de la région Île-de-France, a mis en place son « projet mécatronique » : des élèves ingénieurs collaborent avec des étudiants de STS pour concevoir et réaliser un objet technique. L’année dernière, c’était un robot mobile autonome, avec pour objectif la Coupe de France de robotique. 
 
Un minisatellite, un drone, une voiture solaire engagée dans le challenge ÉducÉco, une bouche artificielle joueuse de trompette pour l’Ircam, un robot rover, autant de productions réalisées dans le cadre du « projet mécatronique » de l’École des mines, en collaboration avec des STS CPI (Conception de produits industriels) du lycée Léonard-de-Vinci de Melun et Iris (Informatique et réseaux pour l’industrie et les services) du lycée Diderot de Paris. L’expérience, qui arrive à maturité, est, de l’avis général, un succès au regard des bénéfices réels acquis par tous les étudiants. Voici ce qu’il faut retenir de cette belle aventure pédagogique.

Des hommes, des nombres et de la technologie

Est-ce qu’il suffit de donner à des groupes d’hommes et de femmes l’accès aux technologies numériques de pointe pour qu’un résultat observable et pertinent en émerge ? Serge K. Levan évoque à ce propos « un taxi pour l’enfer ». Mais c’est quand même bien sur ces bases que vient de se créer l’école d’informatique 42, où les étudiants apprennent en collaborant. Miracle ? Pas tant que cela, quand on connaît la série d’épreuves qui attend ceux qui désirent l’intégrer… L’école de la république, qui offre l’accès aux mêmes outils modernes (et même plus), procède avec un peu plus de précautions et des méthodes différentes, comme nous allons le voir. L’audace n’excluant pas la responsabilité, il s’agit d’identifier clairement les critères de réussite et mettre en place les outils, les structures humaines et matérielles ainsi que les méthodes adéquates.

Arene coupe de france robotique

Les mots d’élèves

 

  • Cette expérience a été très enrichissante
  • Sur le plan technique, elle nous a permis de mettre en application les connaissances acquises au cours des deux années de formation, et d’avoir une idée concrète de l’usage que l’on peut en faire. De plus, l’apprentissage sur le terrain de nouvelles notions techniques a été un élément clé dans la réalisation de ce projet
  • Sur le plan humain, elle nous a mis face à la réalisation d’un projet complexe nécessitant la coopération avec plusieurs pôles. La communication avec ceux-ci était donc un facteur déterminant pour le développement du projet
  • Sur le plan logistique, elle nous a appris à gérer les situations d’urgence ainsi que les imprévus : tout ne se passe pas toujours comme planifié.

Photo Eleves coupe robotique

L’égalité des chances

Les intellectuels de la pédagogie, tout en affichant les meilleures intentions – « ne laissons personne au bord du chemin » – inspirent au système, depuis toujours, des directives éducatives officielles établies en référence à leurs propres échelles de valeurs. Mais les méthodes imposées ne sont pas forcément adaptées à une population hétérogène ; tout le monde n’en possède pas toutes les clés. Nous sommes persuadés, car nous l’avons observé, que la pédagogie par projet, par la richesse de ses propositions et ses espaces de liberté, permet à des profils très différents de s’exprimer et de réussir.
Les bénéfices évidents de cette pédagogie ne doivent pas masquer les difficultés qu’il faut surmonter en permanence. Malgré les résultats, nous avons parfois l’impression de travailler à contre-courant, les incompréhensions sont toujours là, et les critiques pas toujours justifiées. Il faut, en particulier, comprendre que le projet n’est pas un gros TP, qu’il faut du temps, beaucoup de temps et de liberté pour que les étudiants comprennent les enjeux et modifient leur manière d’aborder les problèmes. Malgré les difficultés, nous sommes persuadés de la pertinence et du devenir de cette pédagogie. Reste à persuader les décideurs et les professeurs de s’engager sur cette voie.

Article de Jean-Pierre Lamy en document joint (professeur agrégé de sciences industrielles de l’ingénieur, article dans la revue Technologie |CNDP| n° 188 de novembre-décembre 2013).

Ateliers GIPTIC
  • HySy : un enseignement Hybride-Synchrone (formation en PRESENTIEL)
  • HySy : un enseignement Hybride-Synchrone (formation en DISTANCIEL)