Bandeau

Terminales ES & L et S : objectifs et attentes des programmes et des épreuves

Rencontre académique lycée &Ea Rachid Azzouz, Jacqueline Jalta, IA-IPR, Nathalie Rodallec chargée de mission, ont réuni un enseignant représentant l'équipe de chaque lycée public ou privé de l'académie le 9 avril 2014 à l'École alsacienne pour présenter de manière comparée. Le compte rendu de la rencontre figure ci-dessous :
- Onglet 1 : les programmes des classes de Terminale ES & L et S (pour ce dernier applicable à partir de la rentrée 2014) ;
- Onglet 2 : les objectifs et attentes des épreuves du baccalauréat pour les séries ES & L et S : points communs et différences avec un exemple à l'appui et une présentation des résultats de la session 2013 pour les séries ES&L ;
- Onglet 3 : les apprentissages au lycée.
- Onglet 4 : Stéphanie Leu a présenté des pistes documentaires pour la mise en œuvre de l'étude "Socialisme, Communisme et Syndicalisme en Allemagne depuis 1875" du programme d'histoire de la classe des Tles ES & L (Thème 2/Question 1)
- Onglet 5 : Actualités du site disciplinaire et présentation pratique de son arborescence.
Les professeurs présents ont été invités à présenter les informations de cette réunion à leur équipe d'établissement.

Programmes comparés

Vignette Jacqueline Jalta Pour introduire la séance, Jacqueline Jalta a souligné l'obligation de réussite pour la classe de terminale S pour la prochaine rentrée  en raison de la demande des enseignants et de leurs représentants du retour de l’épreuve obligatoire en terminale. Il faut donc essayer de ne pas retomber dans l’écueil du système précédent (avant les réformes successives) : trop de travail pour des résultats décevants. (Cf. Infra les attentes des épreuves du baccalauréat).

Jacqueline Jalta et Nathalie Rodallec présentent de manière parallèle les déroulés des programmes des terminales ES & L et S en soulignant la cohérence interne des programmes, les points communs entre les séries et en attirant l'attention des professeurs sur les différences en matière d'horaires et de nuances de formulation dont il faut tenir compte en ce qui concerne le traitement de certains thèmes, questions et mises en oeuvre.

Les textes de référence

Recommandations

  • Il est essentiel de bien prendre connaissance des textes officiels et des fiches ressources.

  • Les fiches ressources de la classe de Tles S ont été travaillées avec des indications spécifiques à ce programme. Des sujets d’essai (sujets alpha) sont en ligne pour la Tle S,  comme pour les Tles ES & L.

  • Nouveauté : les sujets d'essai de S sont accompagnés d'attendus de corrections très précis.

  • Attention : les volumes horaires diffèrent beaucoup d’une série à l’autre. 

Indications spécifiques

En histoire  

  • ES & L et S. Thème 1/ Question 1
    Traiter la question sous l’angle de « l’historien et …  » et non pas sous celui de « l’histoire de … ». Cf. Dia 5
  • ES & L. Thème 3/Question 1 et S - Thème 2/Question 1 
    Il s’agit de réfléchir à la notion de puissance. Possibilité de faire des passerelles avec la géographie. Il est préférable de traiter des États-Unis avant de traiter de la Chine. Cf. Dia 7
  • ES & L. Thème 4/Question 1  et S - Thème 3 Question 1
    La question relative à l’échelle de l’État-nation est assez distincte entre les ES & L et les S. Cf. Dia 8

En Géographie

  • Les croquis
    Une liste des croquis pouvant donner lieu à des sujets est indiquée pour chaque série. Ils figurent explicitement dans le diaporama en ligne. On peut ainsi disposer d’une liste officielle des croquis à connaître pour les Tles ES & L et la Tle S.
    Des fonds de croquis sont également téléchargeables sur le site académique.
  • Il est vivement recommandé d’accompagner ses cours de petits schémas notamment cartographiques qui permettent de travailler sur la mémorisation et qui valorisent ensuite les copies.
  • Important : le blé et le café ne sont pas des produits élaborés, ils ne peuvent donc être choisis comme produits mondialisés.
  • Attention les programmes sont très proches, mais les volumes horaires diffèrent, il faut en tenir compte.

Comprendre le sens et la cohérence des programmes

Les programmes sont difficiles pour des élèves de terminale, il faut donc qu’ils en comprennent la cohérence.

  • Il est donc nécessaire de présenter le programme aux élèves et de leur expliciter ses articulations au fil de l'année. C’est un point primordial pour le traitement des sujets d’examen. Cette explicitation permet de faciliter la compréhension et la mémorisation des situations géographiques et historiques traitées et de certaines notions que l'on peut également travailler à l'aide de productions graphiques de type schémas.
  • Veiller à mettre en relation l’item de mise en œuvre avec la question et le thème du programme.
  • Veiller aussi à conserver dans le traitement du programme le lien avec le titre général de celui-ci. Titre du programme / Thème / Questions et Mise en oeuvre. Tout est articulé et les élèves doivent le percevoir.
  • Il est nécessaire d'insister sur les notions et de problématiser les questions. Cf. Dias 15 et 16.
  • Attention, les sujets proposés aux élèves en composition reprennent  fidèlement les intitulés des items (partie mise en œuvre).
    Exemples (Cf. Dias 17 à 20) :
    - Socialisme, Communisme et monde ouvrier en Allemagne depuis 1875 ;
    - Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’affaire Dreyfus.
    N.B : par ailleurs, les précisions concernant les éléments qui doivent être maîtrisés par les élèves pour chacune des questions des programmes des Tles ES & L figurent dans les diaporamas téléchargeables ci-dessous intitulés "explicitations du programme d'histoire..." et "explicitations du programme de géographie..." proposés par Jean-Pierre Lauby, IA-IPR.
  • Deux cartes mentales reprenant l’ensemble des programmes sont présentées. Elles peuvent être utilisées par le professeur pour présenter l'articulation du programme. (Cf. Dias 23, 24.)

Réponses aux questions de la salle
Il est difficile de séparer les items d’un même thème, mais à l’exception du thème introductif, il est possible de traiter les thèmes dans un ordre différent.
Pour chacun des thèmes des questions des programmes d'histoire et de géographie des Tles ES & L, une mise au point  sur les problématiques et les pièges à éviter fait l’objet d’un travail réalisé et actualisé par Jean-Pierre Lauby après les aménagements de la rentrée 2013 mis en ligne sur le site académique.
Lors de l’évaluation, il est nécessaire de valoriser le sens et non une approche réduite au  factuel. Valoriser l’aptitude d’un élève à montrer sa capacité à s’inscrire dans une temporalité, dans un espace, à identifier des acteurs et des enjeux…

Épreuves bac ES & L et S

Vignette Jacqueline Jalta Nathalie Rodallec rencontre lycée 9 avril 2014Jacqueline Jalta et Nathalie Rodallec présentent les épreuves du baccalauréat des séries ES & L et Sde manière comparative

 

 

Coefficients et durée de l'épreuve

  • Série L (coefficient 4, épreuve de 4h)
  • Série ES (coefficient 5, épreuve de 4h)
  • Série S (coefficient 3, épreuve de 3h)

Structure de l'épreuve écrite et nature des exercices

L’épreuve comporte deux parties

  • Première partie : une composition. Un sujet au choix parmi deux qui sont proposés dans la même discipline.
  • Deuxième partie : un exercice dans la discipline qui n’a pas fait l’objet de la 1ère partie. 
    En histoire : un travail sur un ou deux documents.
    En géographie : un travail sur un ou deux documents en géographie ou (mais non au choix) la réalisation d’un croquis de géographie. Cf. Dias 28 à 30

Attention : les attentes diffèrent entre les séries ES & L et S en ce qui concerne la composition et le travail sur un ou deux documents !

Premier exercice : la composition 

  • En Tle  S, l’introduction reprend l’intitulé du sujet et annonce le fil directeur. L’introduction et la conclusion attendues sont brèves. Le développement doit comporter plusieurs paragraphes. Les attentes sont proches de celles de l’épreuve anticipée qui existait en 1ère.
  • En Tle ES & L, l’introduction doit dégager les enjeux du sujet et comporter une problématique (plus l’annonce du plan). Le développement doit présenter plusieurs parties structurées et les articulations doivent être travaillées.
  • Des productions graphiques valoriseront les copies en histoire comme en géographie. Cf.dias 32 et 33


Deuxième exercice

  • Le travail sur un ou deux documents
    Les élèves doivent répondre à la consigne et non pas traiter toute la question sur laquelle porte la consigne. Cf. dias 36-37

    Attention, désormais la consigne comporte 2 éléments dans les séries ES & L
    - en premier ce sur quoi porte l’analyse
    - en second ce sur quoi la critique doit porter 

    En Tle S, la consigne amène le candidat à analyser le document et à en dégager les apports et les limites en rapport avec la question. Lorsque deux documents sont proposés, l'élève est amené à préciser l’intérêt de la confrontation des deux documents.

    À partir d'un sujet d'essai de Tle S proposé par Eduscol, Jacqueline Jalta et Nathalie Rodallec font une proposition de sujets comparés sur les mêmes documents pour les deux séries ES & L et S pour pointer les attentes différentes. Cf. Dias 38-39

Réponse aux questions de la salle
Qu’attend-t-on par « regard critique » ? Sur le sujet pris en exemple, il faudrait rappeler notamment les héritages de ces relations, et montrer que le document met plus l’accent sur les aspects géopolitiques que sur la concurrence économique. La dimension critique doit être présente et étoffée. Elle ne peut se limiter à une seule remarque. Elle peut  être intégrée au fil de l’analyse ou faire l’objet d’un paragraphe distinct, ce qui est recommandé et peut-être plus facile de procéder ainsi pour les élèves plus fragiles.

  • Deuxième exercice possible en géographie : la réalisation d’un croquis
    - Précision des attentes  du croquis et des critères d’évaluation. Cf. Dia 40
    - Liste des croquis Cf. Dia 41
    - Mise en ligne de fonds de carte téléchargeables pour les croquis exigibles dans la deuxième partie de l’épreuve.
    Il est important de travailler les croquis de façon progressive dès la classe de seconde.

Evaluation et notation

L’épreuve comporte deux parties mais la copie doit être notée de façon globale. La répartition, première partie 12 points / deuxième partie 8 points, n’est qu’indicative. Cf. dias 28 à 30 / 42

L’épreuve orale de contrôle

Rappel des modalités. Cf. Dias 43, 44

Les ressources en ligne sur le site académique disciplinaire

Une diapositive de synthèse,  intitulée " Synthèse des ressources en ligne sur le site académique pour les Tles ES & L et S _ mai 2014)  et située dans l'encadré : "En savoir plus ci-dessous", regroupe des liens d'accès directs vers l'ensemble des ressources mises à disposition dans l'académie.

  •  Mise en œuvre des programmes de terminales ES & L (programmes aménagés 2013) et S (programme à partir de la rentrée 2014 (liens actifs vers les textes officiels
  • Fiches ressources
  •  Éclairages concernant les programmes par l'inspection pédagogique régionale
  • Focus pédagogiques
  •  Focus notionnels
  • Sujets d’essai Tles ES & L et S, pistes d'évaluation et attentes
  • Fonds de carte téléchargeables pour la réalisation des croquis
  • Propositions de séquences pédagogiques
  • Articles complémentaires sur le baccalauréat

Bilan du baccalauréat 2013

Rachid Azzouz communique les résultats obtenus dans l'académie de Paris.

résultats bac général session 2013

Apprentissages

Nathalie RodallecNathalie Rodallec présente des points centraux concernant les apprentissages au lycée en continuité avec ceux du collège.
En introduction, elle rappelle que les programmes du collège entrés en application en 2008, familiarisent les élèves avec les verbes de consigne. À leur entrée au lycée, ils ont donc été habitués à travailler les capacités.  Ils vont approfondir au lycée des exercices mobilisant les capacités et méthodes : l'écriture d'un texte, l'analyse de document, la réalisation de tâches cartographiques…, avec des différences toutefois dans le degré d'exigence et d’approche notionnelle.  
A propos de la tâche cartographique, celle-ci vient en premier au collège. Au lycée, on ne commence jamais par le « dessin », mais par la légende.

Les capacités et méthodes disciplinaires

  • Définition, continuité collège-lycée, et progressivité des apprentissages  Cf. Dias 3 à 6
  • Les enjeux spécifiques, généraux et d’évaluation au lycée Cf. Dias 7-8
  • Les capacités exigibles aux épreuves de 3e et de terminale Cf. Dias 9 à 11
  • Les objectifs et les attentes désormais clairement exprimés en terme de capacités dans les propositions officielles d’évaluation et de correction des sujets d’examen : exemples Cf. Dias 12 à 16

La place de L’écriture au lycée de la seconde à la Terminale

  • L’écriture au lycée : un enjeu central pour rendre les élèves plus autonomes Cf. Dias 18-19
  • Des situations d’écriture clairement identifiées et cernées Cf. Dia 20

Focus sur l’étude de cas

Dans son exposé, Nathalie Rodallec prend appui sur les réflexions sur l'étude de cas menées par Jean-Pierre Lauby à partir des programmes.

  • Présentation des points communs et différences dans la conduite de l'étude de cas au collège et au lycée. Cf. Dias 22-23
  •  Différences : au lycée, la démarche de l’étude de cas est accompagnée d’une mise en perspective et d’un changement d’échelle, et seulement d’un changement d’échelle en collège.
  •  Des variantes parmi les études de cas au lycée, de la 2de à la terminale Cf. Dias 25 à 27
  •  Points communs et statuts différents dans le traitement d’une question : études en histoire et études de cas en géographie Cf. Dia 29

L’intégration de l’histoire des arts

L’Histoire des Arts doit représenter 25 % de notre temps d’enseignement.

  • Les objectifs Cf. Dias 31-32
  • Les champs d’étude Cf. Dia 33
  • Des situations propices à la mobilisation des capacités des élèves Cf. Dia 34

On pourra aussi consulter avec profit l'onglet histoire des arts du site disciplinaire (éclairages, exemples de séquences intégrant l’Histoire des Arts). On sera attentif en particulier à l’article « présentation générale de l’enseignement de l’histoire des arts »

Conclusion

  • Invitation à repenser nos cours pour favoriser les apprentissages et la mémorisation.
  • De manière générale, il faudrait privilégier, des petits exercices (par exemple : on peut ne travailler qu’un aspect du croquis) qui permettent de travailler certains aspects des épreuves du baccalauréat ou certaines capacités sans viser toujours à l’exhaustivité. Des stages sont proposés au PAF (plan de formation académique).

Pistes documentaires

Stéphanie Leu propose des pistes documentaires commentées pour la mise en œuvre de l'étude "Socialisme, Communisme et Syndicalisme en Allemagne depuis 1875" du programme d'histoire de la classe de Tle ES & L (Thème 2/ Question 1).

 

Rencontre entre Jules Huret et August Bebel (un entretien)

Proposition d’un texte assez long mais très éclairant qui peut donner lieu à un travail de groupe par thèmes, ou à couper pour une évaluation sommative.

 La grève de Crimmitschau (août-décembre 1903)

  • Revendication de  la journée de 8h ou de moins de 10 heures  (au lieu de 11, 12, ou 13 heures). La moitié des travailleurs de Crimmitschau sont des femmes.

  • Possibilité d'aborder la question de la culture ouvrière  à travers le chant « une petite ville dans un empire rouge ». Une chanson reprise ensuite dans les grèves ultérieures.

 La social-démocratie au quotidien

  • Faire comprendre aux élèves que le monde ouvrier se structure par le quotidien et par la rue.

  • Faire comprendre que le socialisme est aussi un projet social  et que la sociale démocratie se fait aussi à l’échelle locale.

  • Exemples étudiés
    Des projets immobiliers de Berlin (Le choix de la Wohnstadt Carl Legien s’explique par un travail possible en fil rouge sur la toponymie).
    Des organisations de rue (Reichsbanner/Eiserne Front) ...

Autres pistes

  • Ernst Busch (1900-1980), « Der Sänger der Arbeiter ». Une biographie particulièrement proche des grands évènements étudiés.

  • Une chanson : Der Rote Wedding, référence au 1er mai 1929 à Berlin qui se termine dans le sang. Plusieurs versions ont été écrites jusqu’à l’après Seconde Guerre mondiale.

  • Le DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund) de 1929 à aujourd’hui.
    Les affiches du 1er mai qui permettent de retracer les différentes périodes de la question et de mettre en évidence les ruptures.
    Le programme de Düsseldorf (1963) peut être mobilisé en alternative ou en regard à Bad Godesberg.

Accéder à la ressource

Arborescence/actualités site

Nathalie RodallecAvant d'exposer les actualités du site disciplinaire, Nathalie Rodallec souligne qu'il est important d’activer sa boîte  mail académique professionnelle (cf. article onglet « Numérique » _ rubrique « didacticiels-outils » : « Webmail, la messagerie académique professionnelle » pour savoir comment y accéder le cas échéant). Elle constitue pour les enseignants un moyen indispensable pour connaître les informations diffusées par les IA-IPR d’histoire et de géographie. Il n’y aura plus de communication qui utilise le support papier.

Précisions sur les contenus de quelques points particuliers de l’arborescence du site

Sont signalés particulièrement signalés les onglets, rubriques et articles dont la consultation complète utilement celles des ressources pédagogiques

« Textes de référence » 

Cette rubrique rassemble les publications du bulletin officiel de l’éducation nationale ou les différentes lettres de cadrage.

 « Inspection »  

  • La « Lettre de rentrée » à consulter en début d'année, regroupe les grands axes annuels de travail
  • Les « Lettres académiques » Il s’agit des lettres d’information de l’inspection
  • Les « Recommandations pédagogiques » : onglet qui regroupe les fiches ressources classées ; les présentations des programmes et des éclairages pédagogiques…, un accès direct à un article contenant les indications pour se préparer à une inspection se situe dans le chapeau en haut de ladite page
  • « Commémorations et concours »

« Numérique »

Rassemble plusieurs onglets utiles dont :

  • « Didacticiels et outils » parallèlement aux autres rubriques permet de prendre en main facilement les équipements et logiciels.N.B. : ouverture du portail Eduthèque. Le ministère a noué des partenariats avec de grandes institutions comme  par exemple la Cité de la musique, édugéo, l’Ina ou le site tv,  qui mettent à la disposition des enseignants et des élèves des ressources libres de droits et téléchargeables. Il est important d’utiliser le portail Eduthèque, car il est en développement et ne sera complété que si le nombre d’utilisateurs est important. Signalons que des propositions de démarches exploitant les ressources d’Eduthèque seront proposées par le groupe de travail académique l’année prochaine

« Espace membres » 

Le but est de partager des ressources ou des propositions entre enseignants. Les IPR ne regardent pas ce qui est déposé.

Espace "1914-1944"

Rachid Azzouz présente cet espace qui rassemble à la fois les textes officiels (rapport Zimet /ex), des articles à caractère scientifique, des propositions d’activités pédagogiques aussi bien sur 1914 que sur 1944.

Les professeurs de l'académie sont invités à faire des propositions pour enrichir le site disciplinaire. Ils peuvent pour cela contacter Samuel Coulon, webmestre ou déposer directement des ressources dans l'espace-membres du site.