Bandeau

Voyages et découvertes, XVIe-XVIIIe siècle (2014)

visuel histoire CAP et 2nde Bac Pro
En quoi un travail cartographique sur le TNI facilite-t-il le passage de la lecture comparée de cartes historiques à l’interprétation de ces cartes tant à l’oral qu’à l’écrit ? Par Valérie Legallicier, professeure au lycée technique d’Alembert (19e), formatrice et membre du groupe TrAam.

Objectifs

La démarche propose d’utiliser les outils TICE pour rédiger un développement explicatif sur les évolutions du monde connu par les Européens entre le XVe siècle et le XVIe siècle. Elle s'inscrit dans le cadre national des TRAAM (travaux académiques mutualisés) 2013-2014 ayant pour thème : "Dire et écrire avec les TICE en Histoire et en Géographie".

Objectifs de contenus

Avoir des connaissances et des repères relevant du temps, situer dans le temps des événements, des découvertes scientifiques, des ensembles géographiques (compétence 5 du socle commun)

  • Les acteurs : les grands découvreurs (Christophe Colomb, Bartolomeus Dias, Magellan…) ; les puissances européennes (ibériques, puis françaises et anglaises) ;

  • Les enjeux : économiques (la recherche d’une route maritime des épices et de la soie, la conquête et la colonisation des Nouveaux Mondes), politiques (le partage du monde entre les Espagnols et les Portugais, rivalités entre les puissances européennes) ;

  • Les voyages de découverte : explorations portugaises le long de la côte africaine dès le début du XVe siècle, doublement du cap de Bonne espérance par Bartholomé Dias en 1488, découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (1494), voyage de Vasco de Gama vers l’Inde (1497-1499), circumnavigation de Magellan (1519-1522), voyage de Jacques Cartier à Terre-Neuve (1534-1535) ;

  • Les connaissances scientifiques et techniques : redécouverte de la Géographie du grec Ptolémée au XVe siècle ; les outils de navigation au XVe siècle (cartes portulans, boussole, bâton de Jacob) qui ne permettent que le cabotage et la seule connaissance de la latitude ; développement de la caravelle à la fin du XVe siècle, qui combine voile carrée et voile triangulaire et qui permet la navigation hauturière ; évolution de la cartographie (projection Mercator en 1569).

Problématique : En quoi et pourquoi la représentation du monde par les Européens change-t-elle entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle ?

Objectifs de capacités

  • Capacités contenues dans la compétence 5 du socle commun (culture humaniste) et la compétence 1 (maîtrise de la langue) : lire et employer différents langages (textes, cartes).

    Il s’agit de :

    • lire des cartes anciennes, les comparer avec des cartes actuelles et les comparer entre elles pour repérer et nommer les espaces connus par les Européens à des époques différentes, pour dire à  l’oral les évolutions du monde connu au début des Temps modernes ;
    • préparer une production écrite : décrire et expliquer l’élargissement du monde connu par les Européens entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle.

     

  •  Capacités contenues dans la compétence 4 (maîtrise des techniques usuelles de l'information et de la communication)

    • Créer, produire, traiter, exploiter des données : compléter un fond de carte et une carte à l’aide d’un logiciel de dessin (type inskscape) ou des fonctions graphiques du TNI en créant les figurés, la légende et en titrant la carte ;
    • Communiquer, échanger : écrire un texte, envoyer un texte en pièce jointe.

Description

Durée : 1h00

Outils et ressources numériques utilisés

  • Cartes numériques (Bristish Library : expositions en ligne http://www.bl.uk/onlinegallery)

  • fond de carte numérique réalisable grâce au logiciel de dessin Inkscape ; 

  • outils graphiques du TNI, logiciel Interwrite Workspace

  • messagerie électronique

  • logiciel de traitement de texte

Déroulement
Selon le matériel à disposition dans la salle de cours, soit les élèves travaillent sur poste informatique et complètent les cartes et fonds de cartes grâce au logiciel Inskcape, soit ils viennent individuellement au TNI pour réaliser le travail pendant que les autres l’effectuent sur des documents papier.

Phase 1 : travail collaboratif en classe

À l’aide d’un atlas actuel, les élèves repèrent et nomment les espaces représentés sur la mappemonde de Martellus (Henricus Martellus Germanicus, Insularium illustratum, 1489, Bibliothèque Laurent de Médicis, Florence). Un élève complète le fond de carte au TNI en notant en bleu les espaces marins, en noir les espaces terrestres.

Par comparaison avec l’atlas, ils énumèrent les erreurs de la carte de Ptolémée et reportent leurs remarques sur le fond de carte.

Le professeur les invite à formuler des hypothèses sur les causes de ces erreurs puis donne à la classe des éléments d’explication et de contextualisation (une vision européenne du monde en 1489 ;  un monde connu restreint et dont l’image est héritée en grande partie des connaissances redécouvertes de l’Antiquité grecque – la carte de Ptolémée se diffuse en Europe jusqu’en Allemagne et est actualisée par Martellus qui intègre les découvertes portugaises de la côte africaine jusqu’au doublement du cap de Bonne espérance par Bartolomeus Dias en 1488 ; un mouvement d’exploration qui s’accélère sous la pression des enjeux économiques : trouver une route maritime vers l’Inde et la Chine  et déjouer les contrôle des musulmans sur la route terrestre de la soie et des épices ; des techniques de navigation rudimentaires qui expliquent le choix du cabotage).

Un élève vient compléter le fond de carte au TNI pour figurer les différentes routes de la soie en 1489 (terrestre et maritime) et les étapes de l’exploration portugaise.

Henricus Martellus Germanicus, Insularium illustratum, 1489 Le monde connu par les Européens à la fin du XVe siècle
 Henricus Martellus Germanicus, Insularium illustratum, 1489
© Bibliothèque Laurent de Médicis, Florence.

Le monde connu par les Européens
à la fin du XVe siècle


Phase 2 : travail collaboratif en classe


Les élèves doivent ensuite comparer la mappemonde de Desceliers à la précédente (Mappemonde de Pierre Desceliers, cartographe français, 1550, British Library, Londres). Leurs réponses orales servent à élaborer une trace écrite sur la carte.

Sur la carte projetée au TNI, un élève trace en rouge le contour des nouvelles terres représentées (réelles et imaginées/imaginaires). Les autres élèves font le même travail sur le document papier distribué à chacun.

À partir de la carte des « Voyages de découverte et premiers empires coloniaux » page 156 du manuel d’histoire-géographie CAP BELIN, les élèves doivent expliquer la représentation de ces nouvelles terres par Desceliers.

Au TNI, un élève trace la route des différents voyages de découverte qui expliquent la connaissance des terres précédemment repérées. Par un jeu de couleurs, il distingue la nationalité des découvreurs. Une légende est créée ; la carte est titrée. Chaque élève suggère un titre.

Outils numériques utilisés pour les phases 1 et 2

  • Vidéo projection au TNI

  • Outils du logiciel de TNI : stylet, saisie de texte, palette de couleurs, outils de dessin, retour en arrière, effacement des annotations, suppression, gomme, enregistrement

    Mappemonde de Pierre Desceliers, cartographe français (1500-1558), 1550 Mappemonde de Pierre Desceliers. Annotations
    Mappemonde de Pierre Desceliers,
    cartographe français (1500-1558), 1550
    Mappemonde de Pierre Desceliers. Annotations


    Phase 3 : travail individuel en classe ou à la maison

Les élèves rédigent un texte qui explique en quoi et pourquoi la représentation du monde par les Européens a changé entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe siècle. Ils rappellent les principaux acteurs et enjeux de l’élargissement du monde connu et utilisent les notions clefs (Grandes découvertes, Nouveau Monde). L’exercice peut se réaliser en classe ou à la maison, sur support numérique ou non.


  • Outils numériques
    •    Logiciel de traitement de texte
    •    Messagerie électronique pour envoi de la synthèse en pièce jointe au professeur

    Prolongement et évaluation
    Les synthèses des élèves  ont été notées une première fois sans correction sur la copie. Elles sont ensuite vidéo projetées pour une correction collective. Les élèves trient les éléments de réponse selon leur pertinence et le professeur peut apporter des compléments sur les éventuels éléments manquants. L’accent est aussi mis sur la forme et la construction logique du propos.

    À partir de ces éléments de correction, les élèves réécrivent leur synthèse qui sera notée une deuxième fois.

    Plus-values

  • Projeter des cartes anciennes numérisées sur grand écran permet de conserver leur qualité graphique et ainsi de garantir une lisibilité optimale de documents sources.  Les cartes anciennes sont par essence difficiles à interpréter pour des élèves qui ont déjà des difficultés à lire des cartes du XXIe siècle dans les atlas et leur manuel scolaire. Les élèves présentent en effet parfois des troubles de l’orientation et/ou méconnaissent la géographie physique du monde d’aujourd’hui.  La cartographie ancienne avec son langage graphique propre et ses erreurs ne peuvent que perturber encore davantage ces élèves. Mais cette vision historique de la cartographie donne aux élèves des clefs de compréhension de la représentation actuelle du monde – monde nommé essentiellement par une toponymie d’origine européenne. Elle leur démontre aussi que la carte est une construction conventionnelle et datée du monde.

  • Utiliser l’outil numérique pour construire des cartes offre la possibilité de corriger proprement ses erreurs pour des élèves qui manient parfois difficilement les outils graphiques traditionnels.

  • Le TNI permet de conserver une version numérique du travail réalisé par les élèves en classe.

  • Le recours au traitement de texte pour écrire facilite la correction collective et la réécriture individuelle.


Moins-values

  • Dans les usages ici pratiqués, le numérique est un facilitateur d’apprentissage dans la mesure où il met en scène et peut rendre plus lisible le savoir et le discours. Mais il ne se substitue en rien aux processus de cognition.