Bandeau

Lettre de rentrée et commémorations

La lettre de rentrée n°21 du 22 mai 2014 (education.gouv.fr) rappelle l'importance des journées commémoratives, des visites des sites mémoriels et, plus globalement, toutes les actions éducatives menées dans le domaine de la mémoire qui constituent des moyens privilégiés pour mener un travail pédagogique et éducatif visant notamment à faire acquérir aux élèves les valeurs de la République.

Annexe 17 (lettre de rentrée 2014)

La construction d'une mémoire collective

 En lien avec les programmes scolaires, ceux d'enseignement de l'histoire en particulier, mais aussi ceux d'histoire des arts, de lettres, de langues ou de philosophie, l'institution scolaire poursuit et développe un important travail de sensibilisation dans le champ des actions éducatives pour transmettre un véritable patrimoine de mémoire aux élèves. Ce travail met notamment l'accent sur certains faits historiques dans le but de construire une mémoire collective autour de valeurs partagées et de contribuer au sentiment d'appartenance commune : le vivre ensemble.

Les journées commémoratives, les visites des sites mémoriels et, plus globalement, toutes les actions éducatives menées dans le domaine de la mémoire constituent des moyens privilégiés pour mener ce travail pédagogique et éducatif visant notamment à faire acquérir aux élèves les valeurs de la République.

Le pilotage de ces actions, recensées chaque année au sein du Programme prévisionnel des actions éducatives, est assuré par la direction générale de l'enseignement scolaire.

Au niveau académique, le référent « mémoire et citoyenneté » assure la coordination des différentes actions, sous l'autorité du recteur.

1 - Les commémorations

La communauté éducative est invitée à s'associer aux principales commémorations nationales qui ont lieu pendant l'année scolaire. Lors de ces temps forts, des actions peuvent être mises en œuvre avec les collectivités territoriales (notamment les communes), ainsi que les fondations et les associations de mémoire, les mémoriaux, les musées, etc. Ces journées offrent l'occasion aux enseignants de sensibiliser les élèves à des thématiques citoyennes.

  • 11 novembre : commémoration de l'armistice de 1918
  • 27 janvier : journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité.
  • dernier dimanche du mois d'avril : journée du souvenir des victimes de la Déportation
  • 8 mai : commémoration de la victoire de 1945
  • 10 mai : journée nationale de la mémoire de la traite négrière, de l'esclavage et de leur abolition
  • 27 mai : journée nationale de la Résistance.

Par ailleurs, lors de l'année scolaire 2014-2015, l'éducation nationale participe activement à la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale et à celle du 70e anniversaire de la Résistance, de la libération de la France et de la lutte contre la barbarie nazie.

2 - Les lieux de mémoire

La France possède un important patrimoine historique. Les grands sites de mémoire, tels que les tranchées de la Première Guerre mondiale, les plages du Débarquement, les camps d'internement, ainsi que les nombreux musées d'histoire, mémoriaux et nécropoles nationales témoignent d'un siècle de conflits.

Les équipes éducatives sont encouragées à appuyer leur action sur la visite des lieux de mémoire, en privilégiant la découverte du patrimoine local, dans le cadre de projets pédagogiques en cohérence avec les programmes d'enseignement.

3 - Les concours scolaires

Parmi les nombreux concours scolaires existant, on notera principalement deux actions organisées à l'échelle nationale dans le domaine de la mémoire :

  • Concours national de la Résistance et de la Déportation (collégiens de 3e et lycéens)
    Institué officiellement par le ministre de l'éducation nationale Lucien Paye, en 1961, à la suite d'initiatives d'associations d'anciens résistants et déportés, ce concours, organisé par le ministère de l'éducation nationale avec le soutien du ministère de la défense et de nombreux autres partenaires institutionnels et associatifs, vise à transmettre aux jeunes générations l'histoire et la mémoire de la Résistance et de la Déportation.


  • Concours des petits artistes de la mémoire (CM2)
    Créé et organisé par l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) avec le soutien du ministère de l'éducation nationale, du ministère de la défense et de plusieurs associations mémorielles, ce concours permet aux élèves de mieux comprendre la vie des combattants de la Grande guerre en retraçant l'histoire d'un « poilu » originaire de leur département, de leur commune ou parfois même de leur famille.

4 - Le soutien aux projets des équipes éducatives 

Dans le cadre du partenariat avec le ministère de l'éducation nationale, le ministère de la défense peut apporter un soutien financier à des projets pédagogiques mis en œuvre dans les écoles et les établissements publics et privés sous contrat des premier et second degrés. Les projets présentés sont étudiés dans le cadre d'une commission bilatérale de coopération pédagogique, composée de représentants des deux ministères.