Bandeau

"Moi et les autres" : commémoration SEGPA du collège Jacques Prévert

étoile jaune Le 28 janvier 2016, toute la communauté éducative de cet établissement a célébré la Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité. Le bâtiment était, pendant la guerre de 39-45, une école primaire qui a été marquée par la déportation et l'assassinat de son directeur et de ses élèves juifs.

Plaque commémorative au collège Jacques PrevertSur la façade externe et dans l'entrée du bâtiment, situé rue du Pont de Lodi, dans le 6ème arrondissement de Paris,  figure une plaque commémorative qui porte les noms des élèves juifs enlevés par la Gestapo.
Chaque année, les élèves de SEGPA sont formés par toute l'équipe pédagogique, à la connaissances des génocides qui ont bouleversé le XXème siècle et particulièrement du génocide juif qui a touché les anciens élèves de cet établissement scolaire. Cette année, un parcours pluridisciplinaire, citoyen, culturel et artistique a été mené avec l'ensemble des élèves de la 6ème à la 3ème pour la commémoration de cette journée de la mémoire .

Une cérémonie émouvante

Dans le patio de l’établissement, devant une installation, symbolisant l’enfermement , les camps de concentration, les élèves de tous les niveaux ont présenté des lectures publiques sur le thème de la Shoah. Les textes d’Anne Franck, de Primo Levi et Jean Ferrat ont résonné sous les plaques commémoratives dédiées aux élèves assassinés en déportation et à leur directeur, Paul Louis Girard.
D'autres élèves avaient rédigé des messages de paix et de tolérance sur des étoiles jaunes qu'ils avaient confectionnées pour les déposer sur les barreaux et les fils barbelés d’une œuvre qui, au fur et à mesure qu'elle se couvrait d'étoiles, symbolisait des valeurs d'humanité et de fraternité.Des élèves du collège Jacques Prévert portant leur étoile jaune

Un partenariat engagé

  • Le service pédagogique du Mémorial de la Shoah, partenaire du collège,  a encouragé et soutenu ce projet.
  • Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme s’est impliqué dans la réalisation de ce projet en assurant aux élèves un parcours de visiteurs spécialement étudié pour aller dans le sens des orientations pédagogiques et éducatives fixées par les enseignants.
  • La Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration complètera ce parcours par la présentation de la thématique de l’histoire de l’immigration juive en France et de l’exil des juifs.

    Des invités concernés

 Cette journée a été célébrée en présence de :

  •  de déportées, de résistantes ou de représentants de leur famille :

    • Madame Novodorsqui présidente de l’association AMEJD (Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés) et Madame Zdroui,
    • Madame Esther Senot,  membre de l’UDA (Union des Déportés d’Auschwitz) et rescapée des camps d’Auschwitz-Birkenau. Elle a témoigné de l’enfer des camps de concentration dans un discours devant les élèves,
    • Madame Gutman Wajsbaum, sœur de Joseph Gutman, ancien élève de l'école mort en déportation.
  • des conseillères d’arrondissement du 6ème  arrondissement : Mesdames Lacombe et Raoul-Duval
  • de Monsieur Didier Wallon, Inspecteur de l'Éducation Nationale chargé des SEGPA.



    Le mur de la fraternité créé par les élèves


Esther Sénot, rescapée d’Auschwitz-BirkenauMadame Gutman, soeur de Joseph un élève mort en déportation

À voir