▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Les relations avec les familles : une directrice d’école et l’équipe utilisent la vidéo

mis à jour le 24/03/16

L’école maternelle Louis Vierne met l’accent dans son projet d'établissement sur la relation avec les familles.

Relation entre l’école maternelle et les familles

luis vierne

Madame Demazière et l’équipe, à l’école maternelle Louis Vierne, mettent l’accent dans leur projet sur la relation avec les familles. Quand on entre le matin dans le hall, on est accueilli par un écran sur lequel tourne en boucle le dernier événement partagé par les enfants et leurs parents à l’école, un bal durant lequel les enfants ont appris à leurs parents les danses qu’ils pratiquent à l’école. Des enfants qui arrivent devant l’écran tirent leur parent par la manche : « Je suis là… Tu es là, regarde… » Les échanges autour des progrès des enfants prennent appui sur les vidéos ou les diaporamas que madame Demazière réalise dans les classes. Motricité, motricité fine, activités langagières, mathématiques, les parents voient précisément ce qui est travaillé et où en sont leurs enfants ; la vidéo est un outil de rendu compte.

De nombreux événements jalonnent l’année et soutiennent des relations régulières et de confiance entre l’école et les familles : cafés des parents autour de vidéos des enfants ; en grande section des rendez-vous individuels avec les familles qui prennent appui sur un support vidéo ; sensibilisation, lors d’un conseil d’école puis durant la réunion de rentrée, sur les effets des écrans par exemple ; partage des savoirs durant lesquels les élèves montrent à leur famille ce qu’ils ont appris avant de faire avec leurs parents …

Parents et enfants à l'écoleLes idées fortes de cette relation : mettre en évidence les objectifs de l’école (les documents vidéo relient les activités des enfants aux objectifs des programmes) ; créer des occasions de transparence et d’échanges ; souligner les besoins et les progrès des enfants ; mettre en place une information rapide et réciproque sur ce qui arrive à l’enfant (une petite bosse donne immédiatement lieu à une information de la famille, une grosse colère aussi…) ; établir ainsi la confiance des familles, mais aussi faire confiance aux familles ; comprendre les situations dans lesquelles elles peuvent se trouver ; « L’école est sensible à la très grande difficulté d’être parent aujourd’hui, elle évite de juger. L’école sans la famille ne peut rien ; les familles sont nos alliées », dit madame Demazière.

Tout cela prend appui sur un projet large de pédagogie active : les enfants travaillent selon des principes empruntés à l’école Montessori avec des équipements spécifiques et les classes sont à double niveau ; beaucoup de liberté et d’autonomie pour les enfants dans l’organisation, ainsi qu’une grande attention aux besoins individuels ; derrière chaque enfant qui « fait des colères » il y a une réelle souffrance ; l’équipe se constitue comme une équipe élargie pour que tous les adultes agissent en cohérence : du temps est institutionnalisé pour les relations entre l’enseignant et l’ASEM ; le conseil des maîtres est parfois élargi aux ASEM ; la directrice vient en appui des enseignants (surveillance de la cour, remplacements…).

Les constats : pas ou peu de chamailleries, de l’entraide et de la coopération entre enfants ; des activités de groupe et des activités individuelles en autonomie dans la classe ; la récréation est active et joyeuse ; une intégration d’un enfant à besoins particuliers est particulièrement réussie avec des progrès importants.  Après avoir accompagné leur enfant dans la classe, des parents, dont les enfants ont été accueillis individuellement à leur entrée par l’agent d’accueil et la directrice, sortent de l’école en souriant.

Les objectifs que se fixait l’école à la rentrée scolaire 2014 «  favoriser un meilleur investissement des enfants dans leurs apprentissages ; assurer un suivi plus individualisé et laisser du temps aux enfants ; apaiser le climat scolaire » semblent atteints.