Bandeau

Arduino, Ardublock, base simple pour la créativité

mis à jour le 26/09/16

La rentrée 2016 lance officiellement le début des nouveaux programmes de technologie au collège. En les parcourant, on peut s’apercevoir que la programmation prend une place beaucoup plus importante qu’auparavant. La progression pédagogique du cycle 4 se fait de façon spiralaire et il est naturel de devoir commencer la programmation en 5e. Mais les professeurs de technologie ne seront pas les seuls concernés, le programme de mathématiques fait lui aussi l’apprentissage des notions d’algorithme. D’ailleurs, dans le sujet 0 du brevet, la part de la programmation est clairement mise en évidence, aussi bien dans la partie mathématique que technologique. Il ne faut pas se tromper : la programmation est notre priorité. Pour arriver à préparer au mieux nos élèves, il faut bâtir de bonnes bases pour apprendre à programmer. Comment débuter ? Comment se lancer ? Avec quels matériels ? Comment bien préparer nos élèves au brevet ?

Pour rappel, c’est avec la réforme de 2008 que la programmation est entrée dans les programmes de technologie. Avec elle, les fournisseurs ont proposé des solutions diverses. Ce sont les cartes Picaxe avec leur logiciel propriétaire et la gamme de composants associés qui ont envahi les salles de technologie. Pour seulement une centaine d’euros, les cartes Picaxe permettaient de gérer une dizaine d’entrées/sorties, sans les composants associés. Aujourd’hui, on peut programmer une vingtaine d’entrées/sorties avec une carte Arduino premier prix à 10 € et en utilisant des composants standard.

Malheureusement, beaucoup de professeurs ont peur de se lancer dans la programmation, soit par manque (ou absence) de connaissance, soit par manque d’équipement.

La logique de programmation par bloc

Pour aborder la programmation en toute simplicité, nous vous proposons une structure algorithmique par blocs de commande.

La méthode graphique openblock développée par le MIT reprend graphiquement la structure des langages de programmation type C. Le principe est simple, chaque type de commande possède une forme (et une couleur). Puis, comme pour un puzzle, on peut assembler des bouts de programme en respectant les formes d’assemblage. La boucle a une véritable forme de boucle, comme les crochets du langage C. Les conditions « si » imposent de tester des variables. Enfin, les ordres peuvent être donnés à la suite comme pour un programme en langage syntaxique.

image002

Avant de se lancer sur Arduino, il est possible d’initier les élèves à la logique des blocs. Le site https://studio.code.org/ est une solution très simple pour commencer cette initiation. Parrainé par les plus fameux « informaticiens » du monde (Facebook avec M. Zukerberg, Microsoft avec B. Gates, Twitter avec Jack Dorsey, etc.), studio.code.org propose une formation accélérée. Quelques heures pour apprendre à programmer avec des jeux populaires tels que Angry birds, Minecraft ou encore Stars Wars. Cette formation s’effectue sans inscription et ne nécessite aucune connaissance. Elle est idéale pour découvrir l’environnement de la programmation par blocs. L’heure de code peut être abordée en fin de 6e, de cette manière, les élèves pourront profiter des vacances pour jouer à l’apprenti programmeur en suivant les 20 h d’apprentissage que propose le site.

Lire la suite de cet article publié dans la revue Technologie n°24 | Canopé| septembre-octobre 2016.

 image003