Bandeau

Présumées coupables 14e-20e siècle

logo archives nationales Restituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure de la fin du Moyen Âge au 20e siècle, telle est l'ambition de cette grande exposition. Plus de 320 procès-verbaux d'interrogatoires, qui sont parfois les seules traces écrites, nous livrent les propos tenus par des femmes confrontées aux juges. Du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017 (Hôtel de Soubise). Une exposition virtuelle est par ailleurs accessible sur le site des Archives Nationales.

Visite virtuelle de l'exposition

Exposition présumée coupable

 

Présumées coupables afficheL'exposition organisée par les Archives nationales à  l'Hôtel de Soubise (IVe arrondissement) privilégie cinq archétypes : la sorcière en Europe aux 16e-17e siècles, l'empoisonneuse, l'infanticide, la pétroleuse de la Commune de Paris et, enfin, la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération.

Au-delà de la foule des anonymes jugées pour des « crimes atroces », seront bien sûr exposés les interrogatoires des personnalités : Jeanne d'Arc, La Voisin, La Brinvilliers, Violette Nozière, Arletty, etc.

De courts extraits, défilant sur écran, transcrits et traduits, permettront aux visiteurs de lire et entendre des fragments de propos évoquant la violence, la haine, les malheurs et, ça-et-là, l'amour, tels qu'un greffier les a notés dans les procès-verbaux d'interrogatoires, les « auditions de bouche », les confrontations aux témoins, les notes et plumitifs d'audiences, etc.
En regard de ces mots restitués, un environnement iconographique, particulièrement foisonnant, viendra rappeler à quel point l'image véhicule et accentue les stéréotypes dans l'imaginaire social, à travers notamment l'estampe, le livre illustré, la presse illustrée, la photographie, l'image animée (cinéma ou fiction télévisuelle). Confronter archives judiciaires et représentations sociales de la femme dangereuse est aussi un des buts de l'exposition.

 

 

  Edit du roi

   

 

     

 

FRAN 2016 01786

 Édit du Roy pour la punition de différents crimes [...].  Registré en Parlement le 31 août 1682. Arch. nat., AD/+/482

 

 Encore un carreau d’cassé [jeune servante enceinte et sa maîtresse],publié dans Le Rire, 12e année, 1905-1906.

Arch. nat., AE/II/3734

 

VISITES

 

Autour des expositions

Présumées coupables XIVe-XXe siècles

Du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017 : Site de Paris - Hôtel de Soubise

POUR LES ENSEIGNANTS

  • Mercredi des Archives : le mercredi 18 janvier 2017 de 14h30 à 17h00

Formation ouverte aux enseignants de tous les niveaux et de toutes les disciplines.
Inscription obligatoire auprès du service éducatif.

POUR LES CLASSES

  • Visites libres sous la conduite d'un professeur

Tarif : gratuité, sur présentation de la carte enseignant.

Archétypes ou stéréotypes ? Visite guidée, conseillée pour le niveau lycée
Afin d'éclairer notre questionnement contemporain sur les préjugés sexistes, les élèves font une lecture critique des documents exposés. Ils découvrent la permanence de l'imaginaire et des stéréotypes qui entourent cinq archétypes de femmes jugées au cours de l'histoire.
Durée : 1h00
Afin de faciliter la circulation dans l'exposition, les classes sont systématiquement dédoublées. Tarif : 100 € pour la classe (« REP », « REP+ » et établissements de « Plaine Commune » : 50 €)

Pour les visites libres comme pour les visites guidées, la réservation auprès du service éducatif est obligatoire
Contact : 01 75 47 20 06 ou service-educatif.an@culture.gouv.fr

Renseignements et réservations
Permanence téléphonique du lundi au jeudi de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h30
Tél. : +33 (0)1 75 47 20 06
Courriel : service-educatif.an@culture.gouv.fr

 

À voir