Bandeau

Michael Kohlhaas, l'homme révolté d'après Heinrich Von Kleist

mis à jour le 20/09/17

Affiche Kohlhaas Dans cette pièce, Gilbert Ponté réalise une véritable performance. Le comédien/conteur par la seule puissance du geste et de la parole, sans décor ni accessoire, nous raconte la tragédie épique de Michael Kohlhaas, éleveur de chevaux. Il parvient à nous faire ressentir la révolte de cet homme face à l'injustice, sa fureur et sa dérive. Une dérive oh combien d'actualité, qui conduit à s'interroger sur les processus de radicalisation. Où se situe la frontière entre la lutte armée politique et le meurtre ? Entre la résistance à l'oppression et le terrorisme ?

« Il y a bien des années, en terre d’Allemagne, vivait un marchand de chevaux, un homme qui s’appelait Michel Kohlhaas. Il était fils d’un maître d’école. Ce fut un des hommes les plus intègre. Mais son amour de la justice fit de lui un brigand et un meurtrier ».

Le personnage de Michel Kohlhaas rejoint les grands personnages de la mythologie. Il se trouve confronté à l’injustice des hommes, à la guerre, à la mort, au pouvoir, à la justice de Dieu. Il se retrouve face à ses actes qu’il doit assumer seul.

L’histoire de Michel Kohlhaas est merveilleusement retranscrite dans l’adaptation de Marco Baliani. Peut-on vivre ensemble si nous n’acceptons pas les règles qui permettent à des hommes de vivre en harmonie avec d’autres hommes ? Le puissant, celui qui possède, en un mot le riche, a-t-il plus de droits ? L’argent permet-il d’outre passer les règles, de « déchirer » le juste, de bafouer la justice et le droit ? Peut-on s’engager jusqu’à donner sa vie pour des causes que l’on croit juste ? C’est toutes ces interrogations que soulève ce texte chargé de sens.

Michel Kohlhaas refuse l’injustice, et ce refus radical le pousse à détruire, à massacrer, à bafouer à son tour le droit. Son histoire défend une idée toute romantique du combat contre l’injustice. Elle nous renvoie à l’actualité. Non seulement le terrorisme, mais aussi certaines affaires judiciaires qui s’éternisent, s’embrouillent et s’évanouissent dans le temps. À se demander si la justice ne protège que les grands et les puissants.

Lieu : Théâtre Essaïon, 6 rue Pierre au Lard, 75004 Paris

Représentations : Le lundi et le mardi à 21h 30, du 17 octobre 2017 au 23 janvier 2018

Durée du spectacle : 1 h 10

Professeurs : Des séances pour vos élèves peuvent être organisées à la demande. Un dossier pourra vous être transmis par simple demande. Possibilité de vous offrir gratuitement une intervention sous forme d’atelier. Pour les joindre : 06 84 08 36 50

Ateliers Giptic
le mer. 31 janv. 2018 de 09:00 à 12:00
Lycée d’État Jean Zay 10 rue du docteur Blanche 75016 PARIS
le mer. 13 déc. 2017 de 14:00 à 17:00
Collège Condorcet