Bandeau

Habiter Salmé, 6e

Salmé vignette Cette séquence décrit les modes d'habiter et les pratiques agricoles à Salmé, village des contreforts de l'Himalaya, au centre du Népal. Pour surmonter les contraintes naturelles et l'isolement, les habitants perpétuent des pratiques anciennes et assimilent des transformations représentatives d'une certaine intégration au processus de mondialisation. Cette étude de cas est une transposition pédagogique de l'article "Un processus de mondialisation observé à l'échelle locale au Népal central : transformations agricoles, économiques, politiques et sociales au bout du monde" de la géographe Blandine Ripert du Centre d’Études de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS) publié sur Géoconfluences en mars 2015. Elle a été réalisée par Jean-Luc Kharitonnoff, professeur d'histoire et de géographie, avec ses élèves de 6e du collège Léon-Gambetta (Paris, XXe arr.).

Objectifs

Place dans les programmes

  • Cycle 3, 6e, géographie, thème 2 : " habiter un espace de faible densité".
  • Sous-thème 1 : habiter un espace à forte(s)contrainte(s) naturelle(s) ou/et de grande biodiversité.
  • Sous-thème 2 : habiter un espace de faible densité à vocation agricole.
  • Démarches et contenus d'enseignement : certains espaces présentent des contraintes particulières pour l’occupation humaine. Les sociétés, suivant leurs traditions culturelles et les moyens dont elles disposent, les subissent, s’y adaptent, les surmontent voire les transforment en atouts. On mettra en évidence les représentations dont ces espaces sont parfois l’objet ainsi que les dynamiques qui leur sont propres, notamment pour se doter d’une très grande biodiversité. Les espaces de faible densité à vocation agricole recouvrent tout autant des espaces riches intégrés aux dynamiques urbaines que des espaces ruraux en déprise et en voie de désertification. Les cas étudiés sont laissés au choix du professeur mais peuvent donner lieu à des études comparatives entre les « Nords » et les « Suds ».

Objectifs de contenu

La séquence est une étude de cas construite à partir de l'article "Un processus de mondialisation observé à l'échelle locale au Népal central : transformations agricoles, économiques, politiques et sociales au bout du monde" de la géographe Blandine Ripert, publié sur le site Géoconfluences en 2015. L'article scientifique est une démonstration de l'interaction entre le global et le local et décrit les voies originales par lesquelles la mondialisation entre dans un lieu reculé, ainsi que ses conséquences. Les informations et documents fournis par Blandine Ripert permettent à un professeur de 6e d'enseigner comment les Tamang du village de Salmé vivent au cœur de l’Himalaya, au centre du Népal, et s’adaptent aux contraintes naturelles : altitude, pente à fort dénivelé, isolement. Salmé est également un espace de faible densité à vocation agricole, où les habitants pratiquent une agriculture vivrière étagée. Blandine Ripert explique que les modes d’habiter et de cultiver mêlent traditions et influences extérieures récentes. Nous la remercions d'avoir accepté cette transposition pédagogique et de nous permettre d'utiliser son travail.

Problématique

Comment les habitants de Salmé habitent-ils leur territoire pour s’adapter aux contraintes ?

Objectifs de compétences

Capture

 

Description

Organisation de la séquence

Durée :  4 heures

Salmé déroulé séquence

Outils et ressources mobilisés

Corpus documentaire

Sauf mention contraire, les documents sont extraits de l'article de Blandine Ripert.

Pour l'introduction et présenter Salmé :

Pour étudier les modes d'habiter :

  • se déplacer : texte décrivant les difficultés de circulation (2015), photographies de piste de montagne (2013), d'écoliers se rendant à l'école (2013) et de portage à dos d'habitantes (1995, 2013) ;
  • résider : photographies prises entre 1995 et 2013 des maisons (extérieur et intérieur)  et des équipements du village ;
  • consommer : photographies de vêtements portés par les habitants et des commerces prises entre 1995 et 2013, qui peuvent être complétées par la rue principale du bourg de Trisuli ;
  • pratiquer l'agriculture : paysages des pentes aménagées en terrasses et texte décrivant les transformations agricoles, qui peuvent être complétés par les documents présentant les nouvelles cultures comme les oignons avec tuyau d'arrosage (2013) ou les pâturages d'altitude.

Pour décrire l'évolution des migrations des Tamang des dernières décennies :

  • cartes établies grâce aux enquêtes de Blandine Ripert.

Outils numériques

  • Un service de cartes en ligne comme Google Maps permet de localiser Salmé et les routes depuis Katmandou.
  • Les outils du TNI : spot, zoom et détourage pour étudier les photographies, copier-glisser-déposer ou surligneur pour relever les informations dans les textes et les classer.

Déroulement de la séquence

1re heure

Introduction

Une photographie du versant de la moyenne montagne de la Salankhu Khola (entre 1 300 et 3 000 m) au Népal central, où est localisé le village de Salmé, est proposée aux élèves en document d'accroche pour une première découverte du site et des contraintes.

Versant Salankhu KholaVersant des contreforts himalayens. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

Le professeur pose la problématique : comment les habitants de Salmé habitent-ils leur territoire pour s’adapter aux contraintes de la montagne ?

I. Salmé, un espace à fortes contraintes et de faible densité

Les élèves localisent Salmé sur un service de cartes en ligne (type Google maps) : au centre du Népal, en Asie, dans les montagnes de l'Himalaya.

Ils décrivent le paysage du document introductif et celui centré sur le village de Salmé, accroché sur le versant à 1 800 m, pour relever les contraintes : altitude, pente des versants, isolement. Ils en déduisent une définition simple de contraintes naturelles : éléments naturels permanents qui gênent, qui créent des difficultés pour les habitants, à distinguer des contraintes urbaines étudiées dans le thème 1. Ils situent le Népal central sur le planisphère des espaces à fortes contraintes de leur manuel.

Une photographie de maisons de Salmé détruites par le tremblement de terre d'avril 2015 permet de différencier les notions de risques et de contraintes.

La photographie du village sur la pente est aussi l'occasion d'introduire la faible densité, par exemple en remarquant qu'on pourrait presque compter les maisons du village (2 180 habitants en 2011), par opposition aux fortes densités urbaines déjà étudiées, et de la mettre en relation avec les contraintes.

Salmé sur le versantSalmé. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

2e heure

II. Vivre avec les contraintes naturelles à Salmé

Le professeur réactive la notion d'habiter, fil conducteur du cycle 3, et établit le lien avec les contraintes pour rappeler la problématique de la séquence. Il introduit la deuxième partie : les habitants s'adaptent aux contraintes pour se déplacer, se loger, consommer, travailler, en mêlant modes de vie traditionnels et, depuis les années 1990 et 2000, nouvelles pratiques issues des contacts avec l'extérieur.

La classe est divisée en quatre groupes. Chaque groupe travaille sur un mode d'habiter : se déplacer, résider, consommer, pratiquer l'agriculture. En amont, en travail à la maison, les élèves ont étudié un petit dossier documentaire portant sur le thème attribué à leur groupe.

En cours, guidés par le professeur, les élèves restituent à l'oral leur étude des documents au reste de la classe. Le professeur valide les réponses. Les informations sont mises en commun et classées en renseignant un tableau de prise d'information qui sert de trace écrite.

A. Les modes d'habiter

1. Se déplacer

Télécharger le dossier documentaire se déplacer pour le groupe 1 avec les consignes.

Les habitants circulent uniquement à pied avec des durées de trajet considérables sur des chemins escarpés. Après 2010, une nouvelle piste permet de gagner du temps, mais elle est peu stabilisée. Des cartes complémentaires permettent de localiser les trajets depuis Katmandou et depuis le bourg de Trisuli.

Les élèves décrivent également le portage traditionnel des marchandises sur le dos, effectué par les femmes en 1995 comme en 2013.

Portage à dos d'habitantePortage de bois par une jeune habitante. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

2. Résider à Salmé

Télécharger le dossier documentaire résider à Salmé pour le groupe 2 avec les consignes.

Habitat traditionnelIntérieur traditionnel. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

Les habitants ont dû aménager des terrasses sur les versants pour y supporter les maisons. Surélevées à cause des risques d'inondation, elles sont ouvertes sur une véranda qui prolonge la pièce principale. L'espace de stockage et la chambre se trouvent à l'étage. L'outil "spot" au TNI permet de focaliser sur certains détails de l'intérieur des maisons : un mobilier rudimentaire en bois et pierre, des jarres en cuivre, des nattes en tiges de riz. Le sol est en terre et un foyer est creusé. On peut détourer grâce à l'outil "capture" les différents matériaux utilisés pour les toits : en plus de la pierre plate et du bois traditionnel, la tôle ondulée à fait son apparition. Les élèves citent les autres nouveautés : les petites cheminées pour éviter l'enfumage intérieur et les premières toilettes (2012).

Premières toilettesConstruction des premières toilettes (2012). Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

3. Consommer à Salmé

Télécharger le dossier documentaire consommer à Salmé pour le groupe 3 avec les consignes.

Les élèves décrivent et classent les vêtements portés : la siama, robe traditionnelle tissée sur place, est concurrencée par les vêtements de style occidental (jeans, chemises, tongs), achetés dans les boutiques du bazar du bourg de Trisuli. Les commerces, récents et peu nombreux, vendent surtout du riz, comme en témoignent les sacs et la balance.

 Magasin
Magasin à Salmé. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

En fin de 1re heure, une conclusion partielle rédigée en autonomie par les élèves récapitule les informations essentielles : les habitants surmontent les contraintes de la pente par l’aménagement de terrasses (pour les maisons, les sentiers). Toutefois, malgré les difficultés de communication et l'isolement, ils améliorent leurs conditions de vie en s’ouvrant à des innovations venues de l’extérieur.

3e heure

B. Pratiquer l'agriculture à Salmé

Une heure entière, voire davantage, est consacrée aux pratiques agricoles car cette 3e séance constitue également une des deux études de cas préconisées dans le sous-thème 2 : habiter un espace de faible densité à vocation agricole.

4. Pratiquer l'agriculture

Télécharger le dossier documentaire pratiquer l'agriculture à Salmé pour le groupe 4 avec les consignes.

Grâce aux photographies de paysage des versants, les élèves étudient l'aménagement en terrasse. L'étude du texte permet de comprendre les transformations récentes qui pallient le manque de production récurrent jusque dans les années 1990. Les habitants ont introduit de nouvelles semences alternées en fonction des saisons (riz l'été ; blé, orge et maïs l'hiver), adaptées à l'altitude, comme lez riz rouge, et dont les cycles végétatifs plus courts permettent deux récoltes. Ils utilisent systématiquement de l'engrais chimique acheté au bourg local et ont diversifié leurs cultures : légumes, arbres fruitiers, arbres fourragers. Le travail permet ainsi de définir une agriculture vivrière de subsistance.

Terrasses agricolesAménagement des terrasses en haut des versants. Photographie de Blandine Ripert sur Géoconfluences.

L'étude est complétée par des photographies illustratives d'autres pratiques : plantation d'oignons irriguée avec tuyau d'arrosage en bas de versant, pâturages sur les terres de haute altitude. Les élèves étudient les caractéristiques climatiques en situant Salmé sur le planisphère des domaines climatiques.

En conclusion à l'étude de cas, le professeur peut utiliser les cartes des migrations des habitants de Salmé depuis les années 1970 réalisées par Blandine Ripert. De plus en plus lointaines, les migrations, d'abord saisonnières (plusieurs mois) sont devenues temporaires et plus longues (plusieurs années). D'un côté, elles vident Salmé de ses ressources humaines et risquent de faire perdre des éléments de culture locale ; de l'autre, elles ouvrent le village aux moyens modernes qui expliquent les transformations décrites.

4e heure

III. Les espaces à fortes contraintes naturelles dans le monde (mise en perspective)

Comme le suggère la fiche ressources Éduscol, le professeur reprend le planisphère des contraintes naturelles qui a permis de situer Salmé sur les espaces de chaînes de montagnes. Grâce au planisphère, aux images et paysages choisis dans le manuel, il fait localiser, décrire et identifier les autres espaces à fortes contraintes : régions arctiques, steppes et désert, forêts denses. Il croise le planisphère avec ceux du peuplement et des espaces de grande biodiversité à protéger.

Pistes pour l'évaluation

Le devoir effectué à la maison pour analyser les documents peut être ramassé et évalué. Les élèves étudiant le même thème peuvent, en travail de petits groupes, élaborer une réponse commune en mutualisant leurs propositions individuelles préparées à la maison.

Déroulé complet de l'étude de cas

pdf downloadTélécharger le déroulé complet.

 

Filtrer les contenus par :

Niveaux

Mot Clé

Résultats