Bandeau

Des « infografiches » de révision pour le brevet

Le mois de juin approche et les élèves de 3e commencent à s’inquiéter pour le brevet ? C’est le moment de leur proposer de réaliser des fiches de révision sous forme d’infographies. Ce travail sera l’occasion de s’approprier les notions importantes, tout en constituant des fiches utiles à tous. Par Caroline d'Atabekian

1. La phase de conception : identifier et restituer l’essentiel d’un cours

En classe, les élèves commencent par choisir un thème pour leur fiche parmi ceux proposés, par exemple : les temps du récit, les figures de style, la formation des mots, les voix active et passive, les genres littéraires, etc. Chacun doit réaliser une fiche de révision récapitulant l’essentiel à retenir sur la notion, ainsi que des exemples tirés des textes lus dans l’année et de l’analyse qu’on peut en faire.

Les élèves peuvent avoir à leur disposition le manuel, le cours, des dictionnaires, Internet… ces étayages peuvent être différenciés selon les besoins de chacun.

Lorsque chacun a réuni les éléments pour sa fiche, les élèves se mettent en groupe en fonction du thème qu’ils ont choisi, et confrontent leur travail pour aboutir à une unique fiche par thème (et donc par groupe). Une première correction met en évidence les points forts de la fiche et les points à retravailler ou à compléter. Dans une deuxième séance, les groupes doivent tenir compte des améliorations proposées pour finaliser leur fiche. Cela donne lieu à une validation, qui est le feu vert pour passer à la phase de réalisation.

A ce stade, on demande aux élèves de s’ouvrir un compte (de chez eux de préférence, quand c’est possible), sur le site Piktochart, que l’on utilisera pour réaliser les infographies.

2. La phase de réalisation : imaginer une représentation visuelle des informations

infograficheDans un premier temps, les élèves doivent réaliser, sur une feuille A4 blanche, le brouillon d’une représentation visuelle de leur fiche de révision. On leur donne  pour cela quelques modèles d’infographies, que l’on trouvera facilement sur internet. La consigne : la fiche doit pouvoir être « photographiée » d’un regard, pour être facilement mémorisée. A eux de trouver les représentations visuelles les plus percutantes pour mettre en valeur les informations de leur fiche.

Une fois le brouillon validé, les élèves se connectent sur Piktochart et réalisent l’infographie correspondant à leur brouillon. Ils peuvent, selon leur goût pour la manipulation (et selon le nombre d’ordinateurs disponibles…), présenter une fiche par groupe ou une fiche  individuelle.

n temps est donné pour finir les fiches à la maison (ou au CDI) en se connectant à Piktochart, pour ceux qui le souhaitent. Passé le délai imparti, les fiches doivent être exportées et restituées (via l’ENT, Pronote, le réseau du collège, etc.). Elles sont alors évaluées.

3. La phase de présentation et d’exploitation : présenter oralement son travail, exploiter les fiches réalisées par  d’autres

Les fiches sont-elles parfaites ? A ce stade, les plus gros problèmes ont été résolus grâce à la première phase de correction, mais il subsiste toujours quelques oublis, quelques imprécisions. L’enseignant peut choisir soit d’exiger une deuxième correction pour finaliser les fiches, soit d’exploiter les faiblesses de chaque fiche comme occasion d’un travail en classe où chacun complèterait ce qui manque, à la manière des exemples ci-dessous, après que chaque groupe a présenté sa fiche à la classe. C’est ce dernier choix que nous avons fait, et nous avons donc imprimé  chaque fiche pour chaque élève, afin qu’ils l’aient sous les yeux lors de la présentation et qu’ils puissent éventuellement la modifier à la main.

Les classes grammaticales

classesDans la fiche sur les classes grammaticales, les élèves ont fait un paquet de « pronoms », incluant les pronoms relatifs, et ont par ailleurs oublié les conjonctions de subordination. Lors de leur présentation, on peut leur faire remarquer cet oubli et demander à chacun de créer un ensemble de « mots subordonnants » dans les mots « invariables » et dans les mots « variables ». Ainsi, on ajoutera dans les premiers les  conjonctions de subordination, et dans les seconds on séparera les pronoms relatifs des autres pronoms.

 

 

 

 

Les figures de style

figuresDans la fiche sur les figures de style, on pourrait proposer d’ajouter l’énumération dans les figures d’exagération, et de trouver un exemple dans les textes lus dans l’année. Mais cette fiche est surtout l’occasion d’un travail d’écriture : reprenons au vol les mots de tel ou tel élève (ou texte lu récemment), et demandons aux élèves de les réécrire en employant l’une des figures présentées. Puis comparons les trouvailles… etc, de nombreux exercices d’écriture, de transposition, d’imitation, peuvent être imaginés à partir des figures proposées.

Les genres littéraires

genresLa fiche sur les genres littéraires est assez pauvre. Excellente occasion pour faire un rappel de tous les textes et œuvres intégrales vus dans l’année et les classer dans cette typologie ; pourquoi ne pas, en passant, ajouter quelques sous-genres, et conclure en donnant une définition de chaque genre, oubliée par les rédacteurs de la fiche ?

 

 

 

 

 

Les temps du récit

temps recitCette fiche peut être l’occasion de réfléchir sur la transposition visuelle des informations : les flèches sont-elles claires ? Ne faut-il pas d’abord avoir une compréhension claire du contenu pour imaginer une représentation visuelle facile à mémoriser ?
On peut demander aux élèves de proposer d’autres manières de la présenter, et surtout, d’ajouter des exemples… tirés des lectures de l’année, bien entendu.

Ateliers GIPTIC
  • Utiliser des ressources multimédias adaptées avec des élèves allophones
  • Entrer dans les textes grâce au numérique avec des élèves allophones
  • Travailler avec les ceintures en classe de FLS/langues vivantes
  • Produire des ressources interactives grâce à un outil tel que Genial-ly
Ma cl@sse ouverte
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A
  • Différencier et faire collaborer les élèves grâce au numérique en UPE2A