▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Concertation sur l'entrée et la réussite dans l'enseignement supérieur

mis à jour le 20/10/17

La concertation sur l’accueil et la réussite des étudiants voulue par Frédérique Vidal, a abouti à une série de propositions concrètes remises à la ministre par Daniel Filâtre, rapporteur général de la concertation. Un plan d’action global applicable à la rentrée 2018 sera annoncé au retour des vacances de la Toussaint.

3 mois de concertation, 11 groupes de travail, 55 réunions, 250 participants, 29 organisations représentées...

La phase publique du projet de réforme sur l'entrée et la réussite dans l'enseignement supérieur a démarré ce jeudi 19 octobre à 15 heures, avec la restitution des propositions des groupes de travail à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

DMgWjlZXcAAYoAp

Consulter le déroulé de la restitution des travaux de la concertation pour l'accueil et la réussite des étudiants

Plus d'informations sur le site du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

3 mois de débats riches et intenses dans lesquels tous les acteurs ont apporté leur contribution

Engagée en juillet dernier par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, la concertation portant sur l’accueil et la réussite des étudiants a réuni les représentants de l’enseignement supérieur et de l’enseignement scolaire qui ont été invités à élaborer des propositions au sein de 11 groupes de travail.

Cinq thématiques ont été abordées : l’accès à l'enseignement supérieur, l’ingénierie de l'offre de formation, le renouvellement de la pédagogie, la vie étudiante, ainsi qu’une réfexion spécifique sur les études de santé, les STAPS et la psychologie.

Daniel Filâtre, rapporteur général de la concertation a remis à la ministre, jeudi 19 octobre 2017, les propositions issues de ces 11 groupes de travail. Il a salué "la qualité de la consultation, la richesse des débats avec leur dynamisme voire leur vivacité parfois". Il a également rendu hommage "au travail des rapporteurs, tant dans la conduite des échanges que dans la rédaction des propositions".
Il a souligné que cette concertation avait permis une avancée notable : la nécessité de prendre en compte le profil des bacheliers, au cours du processus d’affectation post-bac.

La ministre salue une concertation fondée sur un dialogue ouvert et constructif

La ministre a salué la qualité des échanges, riches et francs : "Cette méthode, fondée sur la concertation et le dialogue, je la revendique pleinement. Pour une raison simple : ce qui se joue, au travers de la question de l’accès et de la réussite des étudiants, c’est une part déterminante de l’avenir du pays".

Elle a rappelé que "notre ambition - je crois pouvoir dire qu’elle est partagée -, c’est de rendre accessible l'enseignement supérieur au plus grand nombre, c’est de permettre aux générations qui viennent d’accéder à des niveaux de formation plus élevés, c’est d’armer nos jeunes pour qu’ils puissent, demain, construire leur parcours, leur vie et leur histoire. C’est la clef de tout progrès, individuel et collectif. La meilleure assurance face aux changements et aux ruptures technologiques, économiques et politiques, ce sont le savoir et la formation".

Enfin, le dialogue ne s’arrête pas aujourd’hui. Il entre à présent dans sa dernière phase. Dans les jours qui viennent, la ministre aura occasion d’échanger sur les conclusions du rapport général. Puis le gouvernement, sur la base de ces trois mois de dialogue et de réflexion partagée, prendra ses responsabilités. Avec un objectif : celui de supprimer la sélection par le tirage au sort dès la rentrée 2018 et de mettre en place un accès au premier cycle rénové.

> Consulter les 17 propositions pour réformer le premier cycle de l'enseignement supérieur et améliorer la réussite des étudiants

DMgXUe2W4AAyKfI.jpg large