Bandeau

travaux de groupe

Synthèse proposée par Laurent RIBET

Contexte : plusieurs classes de lycée général et technologique

Déroulement :

En seconde générale et technologique

À plusieurs occasions, j’ai proposé aux élèves de se répartir en groupes pour préparer une évaluation à venir. Les élèves ont été très enthousiastes et l’on peut penser, vu la rapidité avec laquelle ils organisent la salle, qu’ils ont des habitudes de travail en groupe, sûrement héritées du collège.

Pour la première séance, j’ai constitué les groupes (un leader, un élève aux connaissances solides et un ou deux élèves plus en difficulté). Puis comme j’ai constaté que la composition des groupes restait stable pendant les autres séances, je ne suis plus intervenu.

Durant la séance, je mets des exercices au tableau, tous susceptibles de tomber à l’évaluation qui va suivre. Chaque groupe choisit de travailler sur tel ou tel exercice et je passe pour résoudre des difficultés ou valider des réponses ou des méthodes. En m’assurant que chaque groupe avance et que la séance est profitable à tous.

À l’exception de deux ou trois élèves, l’ensemble de la classe a joué le jeu ; le bilan est très positif.

J’ai fait la même proposition en terminale STMG, mais les élèves ont refusé, « préférant que ce soit le professeur qui explique ». Un collègue qui a fait la même proposition dans une autre terminale STMG a reçu un meilleur accueil et il a pu faire plusieurs séances très satisfaisantes. À retenter donc.

En terminale ES

À la fin de chaque chapitre, je propose aux élèves, par groupes de 3 ou 4 d’élaborer une fiche de synthèse (ou de révision) du chapitre. La meilleure est notée puis corrigée par mes soins et ensuite redistribuée à tous les élèves de la classe. N’étant jamais vraiment certain que les élèves suivent mes conseils et élaborent ces fiches de révisions, j’ai pensé à cette méthode qui me permet de contrôler qu’ils ont bien des fiches de révisions et qu’elles sont bien réalisées. Charge à eux, ensuite, de les personnaliser s’ils le souhaitent.

Les élèves adhèrent assez facilement à ces séances, car ils ont conscience que c’est un travail qui les inscrit dans la préparation du baccalauréat mais que certains auraient beaucoup de mal à faire seuls chez eux.

En BTS Métiers de la Mode et du Vêtement

Face à la diversité des élèves et l’hétérogénéité de leurs parcours et de leurs niveaux et afin de les inciter à s’entraider, je leur ai proposé de travailler en groupe sur des problèmes ouverts (Exemple : déterminer le volume maximal d’une boîte en papier réalisée à partir d’une feuille de format A4).

Là encore, j’ai dirigé la constitution des groupes (un ou deux élèves sur lesquels s’appuyer et un ou deux élèves plus en difficultés), mais, comme en seconde, les élèves ont reconduit les mêmes groupes pour les séances suivantes. Certains élèves moins motivés et intéressés ont pu décrocher ou sembler s’ennuyer, mais dans l’ensemble les séances ont permis aux élèves d’échanger sur leurs habitudes (« En bac pro, on fait comme ça... ») et sur leurs façons d’aborder le problème.

À poursuivre donc, même si le nombre d’heures et les exigences du programme font qu’il est assez difficile d’y consacrer beaucoup de séances.

Revenir à la synthèse