Bandeau

Rome, du mythe à l'histoire, 6e

Niveaux : 6ème
Mot(s) Clé(s) : Rome - mythe - religion - Enée - Romulus
Résumé

Vignette sq rome 1 Séquence pour le sous-thème 2 du thème 2 - Récits fondateurs, croyances et citoyenneté dans la Méditerranée antique au Ier millénaire av. J.-C. Par Christophe Primault.ici

Chapeau

Vignette mythe Rome Cette séquence a pour but de faire comprendre le rôle des mythes fondateurs dans la Rome antique. Les élèves utilisent des ressources numériques : sites Internet, reconstitution 3D et extraits d'une captation de conférence en ligne, pour pouvoir raconter les mythes d’Énée et de Romulus, distinguer histoire et fiction et interpréter ces mythes. Ce travail a été réalisé par Christophe Primault, professeur TZR dans l'académie de Paris, en collaboration avec Jean-Luc Kharitonnoff. Pour accompagner sa ressource, Christophe Primault a rédigé une mise au point scientifique également publiée sur le site.

Objectifs

Place dans les programmes

  • Cycle 3, 6e, histoire, thème 2 - Récits fondateurs, croyances et citoyenneté dans la Méditerranée antique au Ier millénaire av. J.-C.
  • Sous-thème 2 : Rome, du mythe à l’histoire
  • Démarches et contenus d’enseignement : Ce thème propose une étude croisée de faits religieux, replacés dans leurs contextes culturels et géopolitiques. Le professeur s’attache à en montrer les dimensions synchroniques et/ou  diachroniques. Toujours dans le souci de distinguer histoire et fiction, le thème permet à l’élève de confronter à plusieurs reprises faits historiques et croyances. Les récits mythiques et bibliques sont mis en relation avec les découvertes archéologiques. [...]
    Comment le mythe de sa fondation permet-il a Rome d’assoir sa domination et comment est-il mis en scène ? [...]
    Athènes, Rome, Jérusalem... : la rencontre avec ces civilisations anciennes met l’élève en contact avec des lieux, des textes, des histoires, fondateurs d’un patrimoine commun.

Objectifs de contenu

Les élèves prennent connaissance des principaux mythes de la fondation de Rome (Énée, Romulus) qui renvoient aux racines de la civilisation européenne. Ils distinguent l’histoire de la fiction en confrontant ces croyances avec les traces archéologiques. Ils comprennent que les mythes donnaient aux Romains une explication religieuse de leurs origines, de la construction de leur identité, de leur conception de la citoyenneté, de l’organisation de leur société, de leur œuvre de conquête, et légitimaient les pouvoirs.
Comme le suggère la fiche ressources Éduscol, « cette étude est centrée sur les faits religieux, déclinés sous les trois aspects du récit fondateur, des croyances et de la citoyenneté, ce dernier aspect renvoyant à la religion civique. Il s’agit donc pour les élèves de saisir la place structurante de la religion dans les sociétés antiques, et son lien avec l’identité des différents groupes humains [...] ».
L’étude privilégie la mise en scène de ces mythes à l’époque d’Auguste et par conséquent « ancre systématiquement ces faits dans leurs contextes culturel et géopolitique. »

Problématique : quelle place les mythes fondateurs occupent-ils à Rome ?

Mise au point scientifique pour les professeurs

On pourra se reporter utilement à la mise au point scientifique sur les mythes d'Énée et de Romulus, par Christophe Primault.

Objectifs de compétences

Le préambule du programme d’histoire de cycle 3 énonce  que « en travaillant sur des faits historiques, les élèves apprennent d'abord à distinguer l'histoire de la fiction et commencent à comprendre que le passé est source d'interrogations. [...]. Comment confronter traces archéologiques et sources écrites ? » Cela renvoie également au domaine 3 du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture : « En histoire plus particulièrement, les élèves sont amenés à distinguer l’histoire de la fiction ».

La compétence centrale mise en œuvre dans la séquence est donc le raisonnement historique.

Rome compétences 1

On pourra également s'appuyer sur les acquis des élèves en français. Les choix de lecture et les activités d'écriture et d'oral qui leur sont liées sont organisés à partir de grandes entrées qui peuvent servir de premier socle de compréhension au sous-thème étudié ici :
« CM1-CM2
Entrée 1: héros/héroïnes et personnages
- découvrir des œuvres, des textes et des documents mettant en scène des types de héros/d'héroïnes, des héros/héroïnes bien identifiés ou qui se révèlent comme tels
- comprendre les qualités et valeurs qui caractérisent un héros/une héroïne. [...]
Entrée 3 : se confronter au merveilleux, à l'étrange.
- découvrir des contes, des albums adaptant des récits mythologiques [...]
- comprendre ce qu'ils symbolisent. [...]
Sixième
Entrée 3 : récits de création, création poétique.
- découvrir différents récits de création [...]
- comprendre en quoi ces récits et ces créations poétiques répondent à des questions fondamentales, et en quoi ils témoignent d'une conception du monde [...] » (Bulletin officiel spécial n°11 du 26 novembre 2015).

Dans cette séquence, les élèves mettent également en pratique les compétences suivantes :
Rome compétences 2

Description

Organisation de la séquence

Durée : 3 heures (4 heures avec un prolongement possible)

Déroulé séquence

Ressources et outils numériques

  • Film sur l’autel de la paix d'Auguste (Ara Pacis), montage à partir d’extraits des films L’Ara Pacis d’Auguste par la Réunion des Musées nationaux - Grand Palais-Rmn, sur le site du Grand Palais et L’ara com’era, un racconto in realtà aumentata del Museo dell’Ara Pacis par le musée de l’Ara Pacis (10 octobre 2016), sur le site du musée, vidéo hébergée sur You Tube

Déroulement de la séquence

Travail préparatoire à la maison

En amont, à la maison ou au CDI, à l’aide du manuel et par une recherche personnelle, les élèves complètent une fiche de présentation des mythes, une moitié du groupe classe sur Énée, l’autre moitié sur Romulus.
Pour guider les élèves, on peut leur proposer une sitographie adaptée aux enfants :

1re heure

Introduction
Le professeur localise et situe Rome sur une carte de l’Italie et/ou du bassin méditerranéen au Ier millénaire av. J.-C. (situation au VIIIe -Ve s. av. J.-C.). Il explique que le thème a pour but de confronter les mythes fondateurs aux sources archéologiques et de comprendre le sens de ces mythes. Il pose la problématique : quelle place les mythes fondateurs occupent-ils à Rome ?

I. Les mythes de la fondation de Rome

Dans quels mythes croyaient les Romains pour expliquer la fondation de leur cité ?

Les élèves relèvent sur une fiche de travail (voir également son corrigé) des informations à partir d’un montage d’extraits de films sur l’Autel de la paix (Ara Pacis, érigé par Auguste à partir de 13 av. J.-C.). Ils étudient les fresques des reliefs de l’enceinte de l’autel : Énée sacrifiant la truie, présage de la fin de son voyage dans le Latium ; Rémus et Romulus allaitant la louve, sous l’œil de Mars. Visionner ici une version du film contenant les consignes.

Relief Enée Aria PacisReconstitution de la fresque sur un côté de l'autel de la Paix, extrait du film
L’ara com’era, un racconto in realtà aumentata del Museo dell’Ara Pacis

À l’aide de leur travail maison (fiche sur Énée et son corrigé, fiche sur Romulus et son corrigé), du film et de son commentaire, ils racontent à l’oral ou à l’écrit les mythes d’Énée et de la fondation de Rome par Romulus.

2e heure

II. Les origines historiques de Rome

Ces mythes fondateurs ne sont que des croyances, comme le révèlent les sources archéologiques.

En s’appuyant sur les documents du manuel (cartes descriptives, photographies de vestiges et d’objets archéologiques), le professeur fait distinguer histoire et fiction : les archéologues n’ont trouvé aucune trace des cités mythiques fondées par Énée et Iule (Lavinium et Albe-la-Longue ) ni des héros : Énée, Romulus, etc.

Les fouilles témoignent, après une présence humaine discontinue dès le IIe millénaire av. J.-C., de la présence de hameaux formés de cabanes datant des XIe-Xe s. av. J.-C. Au VIIIe s. av. J.-C. il existe sur les collines un village structuré. Il est urbanisé par les Étrusques à partir du VIe s. av. J.-C.

3e heure

III. Le sens des mythes

Quel rôle jouent les mythes fondateurs pour les Romains ?

Pour contextualiser, le professeur présente Auguste premier « empereur » et fils adoptif de César. (Cette introduction peut être éventuellement préparée par un travail maison de lecture guidée de la fiche de présentation d'Auguste publiée sur le site du Grand palais, en particulier la courte biographie "Aut Caesar, aut nihil : "Empereur ou rien" !")

Les élèves étudient de courts extraits d’une conférence décrivant le forum d’Auguste. La prise d’information (voir aussi le corrigé) leur permet d’identifier et de décrire les représentations statuaires des dieux et des mythes fondateurs (Mars, Vénus, Énée, Romulus, la guerre contre les Sabins, le duel avec Acron) dans le forum d’Auguste. Visionner ici une version du film contenant les consignes.

Image de la captation vidéo forum d'AugusteImage extraite de la captation vidéo de la conférence "Architecture et pouvoir"
par Sophie Madeleine à l'Université de Caen-Normandie

Grâce à cette étude du forum, le professeur explique l’instrumentalisation des mythes et les prétendus liens d’Auguste avec Enée et Romulus pour légitimer son pouvoir. Il réactive dans le même sens la présentation de L’Énéide (questionnaire maison de la 1re séance) et celle de l’autel de la paix d’Auguste (2e séance).
En conclusion, les élèves comprennent que l’un des rôles des mythes est de faire croire dans les origines divines des empereurs.

4e heure : prolongement possible

S’il veut approfondir l’interprétation des mythes, le professeur peut proposer de travailler à partir d’un schéma sagittal qui fait le lien entre les éléments des mythes et leur rôle dans le fonctionnement de la politique et la société romaines. Ces éléments justifient en effet :
-  la conception large de la citoyenneté dans une ville ouverte à tous (asile des brigands par Romulus, métissages des Latins et des Sabins) ;
- le prestige et la primauté dans la société et la République romaines de certaines familles de citoyens (ceux qui prétendent descendre d’Énée, de Romulus ou de leurs compagnons) et par là l’ascension des Iulii (Jules César, Auguste) ;
- la croyance en l’origine divine des empereurs ;
- la violence et la domination par les guerres de conquêtes (duels de Romulus avec Rémus et avec Acron, guerre contre les Sabins) ;
- une filiation avec les Grecs, modèle culturel (lien avec l’Iliade).

Le schéma sagittal fourni aux élèves contient déjà les principaux éléments des mythes (personnages, quelques événements du récit) qu'ils reconnaissent. En cours dialogué, ils complètent le schéma en reliant ces éléments à tout ou partie de leurs significations, selon les choix du professeur ou le niveau des élèves. Il conviendra de simplifier ou réduire le schéma selon ces choix.

En conclusion, les élèves rédigent une ou deux phrases qui leur permettent de s’approprier l’idée générale du schéma : par les mythes fondateurs, les Romains trouvent des explications de nature religieuse sur leur identité, le fonctionnement de leur citoyenneté et des pouvoirs.

Bibliographie et sitographie

Textes des récits de Virgile et Tite-Live traduits en français :

Adaptation de L’Énéide pour la jeunesse :

  • LAFFON Martine, VIRGILE, L'Énéide, Paris, Hatier, « Classiques et Compagnie Collège » 2014
  • LAPORTE Michel, 12 récits de l'Énéide, Paris, Flammarion Jeunesse, 2010

Bibliographie :

  • BEARD Mary, SPQR. Histoire de l'ancienne Rome, Paris, Perrin, 2016
  • DUPONT Florence, La vie quotidienne du citoyen romain sous la République, Paris, Hachette, 1989
  • DUPONT Florence, Rome, la ville sans origine, Paris, Gallimard, « Le Promeneur », 2011
  • FLOBERT Annette (dir.), Rome sous le regard des historiens latins. Anthologie, Paris, Flammarion, « GF », 2008.
  • GRANDAZZI Alexandre, « Lavinium, Alba Longa, Roma : à quoi sert un paysage religieux ? », Revue de l’histoire des religions, n°4, 2010, p. 573-590
  • GRANDAZZI Alexandre, Les Origines de Rome, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2014
  • HURLET Frédéric, Auguste, les ambiguïtés du pouvoir, Paris, Armand Colin, 2015

Sitographie :

 

Filtrer les contenus par :

Niveaux

Mot Clé

Résultats