Bandeau

Programme des Journées de Langres 2021-22 : La justice

Capture d’écran 2021-09-08 à 20.24.08

Capture d’écran 2021-09-08 à 20.24.08 
 

Problématique et enjeux

La justice n’est pas seulement sujette à dispute. Sans doute est-elle constamment remise en jeu et parfois même violentée, que ce soit dans le champ de bataille des intérêts et des passions ou dans le brouillage habituel des excuses, des justifications et des indignations. Comme décision et aussi comme question, la justice prend la forme de l’échange, du partage, de la distribution ou de la hiérarchisation, plus ou moins bien ajustés, plus ou moins bien acceptés. Il ne va jamais de soi de décider où se tient la véritable équité : qu’est-ce qui revient à l’un ou à l’autre ? Ou encore, qu’est-ce qui doit revenir à tous, comme ces choses sacrées que nous tenons à garder en commun et à ne pas diviser – une dignité, une manière d’égalité, des libertés, des lieux ou des espaces, des liens qui nousrassemblent, en bonne justice ?

Or l’embarras ne tient pas seulement à la variété des peuples ou des cultures. S’il est des hommes qui ne sont ni plus ignorants, ni plus iniques que nous, mais qui s’étonnent ou même se scandalisent de nous voir si assurés dans nos manières de régler nos échanges ou nos propriétés, c’est parce que la justice est incertaine, tant dans sa réalité que dans ses ressorts ou dans les raisons qui la sous- tendent.

D’une part, en effet, elle s’enrichit des plis et des replis de l’institution judiciaire et de sa capacité à ordonner les mœurs : prescrire et interdire, surveiller et punir. Ainsi considérée, la justice est sans cesse déplacée, mais elle se concrétise pourtant dans le foisonnement des décisions que l’autorité de la chose jugée sédimente et stabilise. D’autre part, elle déborde ou même repousse ses propres déterminations institutionnelles et sociales pour déployer des forces bien singulières, poussant parfois, contre vents et marées, à la désobéissance ou à la révolte. On sait ce que l’histoire meurtrie des sombres temps doit aux « justes » et à leur capacité à tenir, en hommes et en femmes ordinaires, le cap d’une droiture qui passe les règles du droit comme celles de la conformité sociale.

Qu’est-ce alors que justice ? Où se tient-elle vraiment ? Qui osera s’en dire inspiré ? Ce ne serait pas le moindre des paradoxes – que les Rencontres Philosophiques de Langres permettront d’explorer – qu’il faille se faire sceptique et suspendre son jugement pour comprendre ce que « justice » signifie, sinon « vraiment », du moins « problématiquement ».

 

Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports (Dgesco)
Rencontres philosophiques de Langres 2021
www.eduscol.education.fr