▼ Navigation | ▼ Contenu | ▼ Recherche | ► Glossaire

Rechercher

Un TNI pour apprendre le français, langue étrangère

mis à jour le 02/05/17

Il y a trois ans, l’académie a doté d’un TNI le dispositif UPE2A (anciennement CLIN) de monsieur Alain Peden, 5 rue de Torcy dans le 18e arrondissement, circonscription 18A La Chapelle.
Depuis, ses élèves l’utilisent en permanence avec aisance et prennent plaisir à apprendre le français.

porte 60Dans la classe d’UPE2A de monsieur Peden, le tableau blanc interactif tient une place centrale. Les élèves, assis en demi-cercle face à lui, en prennent possession, tous, chacun leur tour. De la recherche d’un fichier aux exercices de lecture, en passant par le lancement d’un logiciel, ils sont acteurs. Le maître se tient à côté et n’intervient que par la voix : il donne les consignes, guide, conseille, suggère, reformule. Si vraiment l’enfant ne parvient pas à utiliser une fonctionnalité, le professeur demande à un autre enfant de l’aider.

Dans certaines activités, l’intérêt du TNI réside dans le fait qu’un élève lance l’activité ou effectue les réglages devant ses pairs. Sur le tableau, ses gestes sont visibles de tous et donc facilement reproductibles. Chaque élève devient acteur à son tour plus rapidement.

Écrire sa  biographie
Productions orale et écrite

À son arrivée dans l’école, chaque élève rédige avec le professeur une courte présentation. Il commence par son nom, son prénom et le pays dont il est originaire.

presentation 500

Une fois par semaine, chacun prend le micro, lit sa « biographie » et la complète avec d’autres informations : un drapeau, une photo, une carte de géographie, le nom de l’école qu’il fréquente,  le transport  emprunté pour venir en France, les activités scolaires.
Un enregistrement audio, voire même vidéo, vient ensuite.
L’usage du micro facilite la prise de parole et favorise l’attention des auditeurs.

Comprendre, raconter, lire
Production orale et compréhension des écrits

Une planche de la bande dessinée Boule et Bill est découverte, à raison d’une image par séance. Dans un premier temps, on revoit les images précédentes, on se remémore l’histoire. Puis le professeur interroge : Quels sont personnages de la nouvelle vignette ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Quelle est la suite la plus probable ?

image bd 500

Dire et redire ce qui a déjà été dit enrichit le vocabulaire, améliore la diction, favorise la compréhension, conforte l’assurance.

Puis, l’image laisse la place à un texte qui résume l’histoire depuis le début. Des mots nouveaux sont introduits. Des expressions ou tournures de phrases qui n’ont pas été employées à l’oral font leur apparition. C’est l’occasion de combiner les sons ou d’apprendre de nouvelles expressions.

Lecture flash
Apprentissage de la lecture

Alain Peden, avec l’aide d’un collègue, a conçu une application pour consolider la maîtrise de la combinatoire.

flash 500

L’élève détenteur du bâton de parole doit déchiffrer un mot qui s’affiche pour un temps limité. S’il y parvient, il gagne une bonification, sinon un autre élève complète ou corrige sa réponse.
Tous les mots de la séance contiennent une même graphie.

Pour d’autres exercices, ce sont les fonctionnalités du TNI, de son stylet et du logiciel dédié qui permettent des types d’activités impossibles autrement, même avec un vidéoprojecteur.

Relis et relie
Compréhension des écrits

Il s’agit de relier, avec le stylet, les images aux textes qui leur correspondent.

relie 500

Lecture rapide
apprentissage de la lecture

Un texte précédemment lu est recouvert d’un cache. Avec le stylet, l’élève peut déplacer une fenêtre qui découvre partiellement l’écrit. L’objectif est de localiser le plus rapidement possible un mot donné.

recherche rapide 500

Associer
compréhension de l'oral

Quatre images illustrent autant de situations différentes, par exemple : des achats dans un magasin, un déplacement en transport, la réparation d’une voiture ou encore la visite d’un zoo.

dialogue 500

Des dialogues enregistrés sont écoutés, une ou plusieurs fois. Il faut alors établir la correspondance entre les dialogues et les scènes et noter directement les réponses sur le tableau.

Un jour le tableau est tombé en panne. Les élèves se sont retrouvés démunis.
Depuis, dans la classe d’Alain Peden, la question que l’on se pose est : « Mais comment peut-on faire sans TNI ? »